le choléra fait 82 morts au milieu de fortes inondations

Le choléra fait des victimes aux Comores. Le dernier bulletin épidémiologique fait état de 82 décès à travers l’archipel. Nous apprenons “247 nouveaux cas de choléra, 380 nouvelles guérisons, 04 nouveaux décès » dans la seule journée du mercredi 1euh Mai après le terrible bilan de dix morts enregistré mardi 30 avril sur l’île d’Anjouan qui a enregistré le plus grand nombre de victimes, soit 63 au total, sur 82 décès. Il y a eu une quinzaine de victimes en Grande-Comore et 4 à Mohéli.

3 950 cas enregistrés depuis le 4 février

Depuis le début de la lutte contre l’épidémie de choléra, le pays a enregistré le plus grand pic de la maladie au cours de la semaine S15 de l’année 2024 avec 409 cas de la maladie et 15 décès communautaires. Ce pic pourrait être lié à la mobilité de la population, sans respect des mesures de contrôle à la fin du mois de Ramadan et le jour de la fête de l’Aïd, notamment sur l’île de Ndzuwani.», (Anjouan), explique une note détaillée du ministère de la Santé.

D’énormes dégâts dus aux récentes inondations

Les autorités comoriennes ont mobilisé des équipes pour lutter contre la maladie qui semblent limiter les dégâts puisqu’un nombre important de cas ont été soignés, soit 3.620 personnes guéries sur un total de 3.950 cas enregistrés dans les différents districts sanitaires depuis le 4 février, date à laquelle le choléra a été officiellement déclaré aux Comores. Il y a quelques jours, les autorités proposaient des mesures restrictives renforcées » si avant le 10 mai si la situation ne se stabilise pas « .

L’unité en charge de la surveillance anti-choléra note « efforts déployés » pour contenir l’épidémie mais note « un manque d’électrolytes et de solutés dans les CTC, des ressources humaines insuffisantes pour la prise en charge des cas, les investigations des cas confirmés et le suivi des contacts des cas confirmés notamment à Anjouan, des moyens de déplacement insuffisants pour l’encadrement des activités ” mais aussi ” l’absence d’appareil ionogramme au laboratoire Samba», le centre de santé qui accueille les malades du choléra en Grande-Comore.

Solidarité en faveur des sinistrés des inondations

Elle partage également le « déni de la population accompagné de consultations tardives, insuffisance de pulvérisateurs pour PCI dans les îles, insuffisance de DLM pour les lieux publics, un retard de remplissage sur Kobo du BDD sur la notification des cas à Mohéli et Anjouan et un manque de locaux au port pour agents de surveillance aux points d’entrée à Ngazidja »Grande Comore. Les équipes de la Sécurité Civile et du Croissant Rouge se sont mobilisées pour prêter main forte aux agents de santé. Le journal Al-watwan parle de « les conditions météorologiques actuelles qui n’arrangent pas la situation» en reprenant les propos du docteur Ibrahim Salim qui estime, dans le journal, que « le mauvais temps contribue à la propagation des bactéries du choléra et l’hôpital est débordé.

Le président Azali dans une zone sinistrée

La situation est compliquée car l’archipel a également été confronté à de fortes inondations alors qu’une tempête tropicale est annoncée.dans les jours à venir”, selon un communiqué de la Direction générale de la sécurité civile, basé sur des informations des services météorologiques. Les équipes sont en alerte pour venir en aide aux personnes touchées par les probables inondations. « Cette tempête tropicale pourrait affecter spécifiquement le nord de Ngazidja et les côtes du nord-est de Ndzuani, ce qui provoquerait de fortes pluies et des vents d’environ 45 km/h. Conformément au plan d’urgence du pays, cette situation ne donne pas lieu à l’état d’alerte. », indique ce communiqué publié hier mercredi 1euh peut.

L’heure est désormais à une grande vigilance face au choléra et à la solidarité avec les personnes touchées par les inondations. Le président Azali Assoumani, de retour d’un voyage au Kenya, s’est immédiatement rendu dans les zones sinistrées, accompagné de son épouse Ambari Darouech et de nombreux ministres. Des représentants du FMI et de la Banque mondiale, aux côtés du ministre des Finances, Mze Abdou Mohamed Chanfiou, ont également rendu visite aux sinistrés dans une localité fortement touchée. L’entreprise malgache TELMA ainsi que des bénévoles leur apportent leur aide.

ASKemba, Moroni

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cohen admet avoir volé la Trump Organization
NEXT Lidl frappe fort en cassant le prix de ce salon de jardin complet