« On sait que Basket Landes est à notre portée », affirme le capitaine Camille Droguet avant la demi-finale du championnat

« On sait que Basket Landes est à notre portée », affirme le capitaine Camille Droguet avant la demi-finale du championnat
« On sait que Basket Landes est à notre portée », affirme le capitaine Camille Droguet avant la demi-finale du championnat

l’essentiel
Exclu pour cinq fautes en Coupe de France, Camille Droguet, le capitaine tarbais, retrouvera Basket Landes à 19 heures pour le match aller de la demi-finale. L’infatigable poste 3 du TGB ne cache pas son ambition avant le grand rendez-vous.

Si on revient sur le match retour à Bourges, quelle est votre analyse ?

Le piège de ce match, c’était de se dire qu’on avait de la marge par rapport à nos 18 points de l’aller et de mal commencer. J’étais un peu inquiet sur ce point, par rapport à l’état d’esprit de l’équipe mais, en fait, on est tout de suite entré dans le match. Il y a même eu des moments où ils ont pris l’avantage mais nous sommes revenus à chaque fois. Nous n’avons pas lâché prise et nous nous attendions d’ailleurs à plus d’agressivité de leur part défensivement. Nous n’avons pas été trop attaqués et cela nous a permis de rivaliser avec Bourges.

Jusqu’au dernier quart-temps.

Ils ont un peu changé leur stratégie en devenant plus agressifs et on s’est dit que c’était bien, que ça allait le faire. Une fois leur machine lancée, nous avons paniqué. On a commencé à avoir peur de perdre à nouveau des ballons, d’encaisser à chaque panier. Mais on s’accroche quand même au match et on retiendra qu’on avance en demi-finale.

A la fin, il y a la libération.

Peut-être pas parce qu’on y voit plus comme un exploit et c’était plus de fierté d’avoir éliminé Bourges et de se dire qu’on était capable de le faire. Après, oui, ça n’arrive pas souvent de perdre et de pouvoir faire la fête comme on l’a fait. D’ailleurs, dans une salle du Prado qui était devenue silencieuse… Nous étions donc les seuls à faire du bruit devant nos présidents, quelques supporters et nos familles.

Vous avez battu Bourges qui a remporté le Basket Landes en finale de la Coupe de France….

(sourire) alors, alors… On sait que Basket Landes est à notre portée. Clairement, on joue les demi-finales pour les gagner et aller en finale. Mais il faudra mettre les mêmes ingrédients que contre Bourges à domicile pour pouvoir gagner Basket-Landes. Au final, on a presque plus d’ambitions pour cette demi-finale que pour le quart de finale parce que maintenant on se dit qu’on est capable de le faire.

Sachant que Basket Landes a joué entre les deux tours de barrage.

Oui, ils avaient moins de temps que nous pour se reposer. Après, ils jouent avec un banc plus long que le nôtre. Il y a beaucoup de facteurs qui seront importants et pour nous, le principal sera de nous concentrer sur nous-mêmes et sur notre basket. Après sur le niveau de motivation et de détermination qu’on met car ça va aussi se jouer au mental.

En tant que capitaine, pensez-vous que l’équipe a confiance ?

Il se passe quelque chose, c’est sûr. Et en tant que capitaine, quand je n’ai besoin de rien faire pour que tout se passe bien, cela veut dire que le groupe vit bien et qu’il est motivé. Il n’y a pas besoin de dire quoi que ce soit car tout le monde est déterminé et pleinement impliqué. Mon style de capitaine consiste davantage à le montrer sur le terrain en étant à fond.

Jeudi soir, vous aurez à nouveau du public avec vous.

Il est clair ! La salle sera pleine. A domicile, contre Bourges, le public nous a soutenu et je pense que je n’ai jamais vu autant de folie. La fin du match, quand tu gagnes et que tu vois tout le monde comme ça, c’est des émotions indescriptibles. Nous comptons toujours sur notre public pour être à nos côtés et même dans les moments difficiles il nous porte.

Peut-on dire que le TGB est serein ?

Oui, en effet le TGB est entré en play-offs avec un statut d’outsider plus facile à supporter. Personne n’attendait rien de nous, même le public et quand on a gagné Bourges par 18 points, tout le monde a été surpris. On a l’impression que tout ce qui nous arrive n’est que positif. Alors oui, à l’approche des demi-finales, c’est un TGB qui est serein. Nous sommes super motivés pour prouver et montrer que Tarbes est là !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV un départ explosif, suivez la course
NEXT Hülkenberg aimerait que Sainz rejoigne le projet Audi