Projet de loi sur l’influence étrangère, les manifestations, les violences… Que se passe-t-il en Géorgie ? – .

Projet de loi sur l’influence étrangère, les manifestations, les violences… Que se passe-t-il en Géorgie ? – .
Projet de loi sur l’influence étrangère, les manifestations, les violences… Que se passe-t-il en Géorgie ? – .

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues mercredi soir en Géorgie pour protester contre le projet de loi controversé sur « l’influence étrangère », adopté en deuxième lecture par le Parlement malgré des semaines de mobilisation massive de ses détracteurs.

1 Que comprend ce projet de loi ?

Si elle est adoptée, la loi obligerait toute ONG ou organisation médiatique recevant plus de 20 pour cent de son financement de l’étranger à s’enregistrer comme « organisation poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère ».

Une première version du texte, inspirée d’une loi russe utilisée par le Kremlin pour réprimer les voix dissidentes, a été abandonnée l’année dernière après de vastes manifestations de rue.

Les députés ont voté par 83 pour et 23 contre ce texte que le parti au pouvoir Rêve géorgien veut adopter définitivement d’ici la mi-mai, malgré trois semaines de mobilisation dans les rues des opposants au projet de loi. Le texte doit encore passer en troisième lecture et la présidente Salomé Zourabichvili, en conflit avec le parti au pouvoir, devrait y opposer son veto, mais le rêve géorgien dispose de suffisamment de voix pour l’annuler.

2 Manifestations importantes

Comme l’année dernière, d’importantes manifestations ont été organisées pour protester contre ce texte jugé liberticide. Dimanche, 20 000 personnes ont défilé à Tbilissi, la capitale.

L’Union européenne a déjà averti que l’adoption de ce type de loi pourrait ruiner les chances de la Géorgie d’adhérer à l’UE.

Dimanche, les manifestants ont entamé une « marche pour l’Europe » d’un kilomètre sur l’avenue principale de la ville pour atteindre le Parlement géorgien. “Je suis ici pour défendre l’avenir de la Géorgie”, a déclaré l’un des manifestants, Lacha Tckheidze, 19 ans. « Non à la Russie, non au droit russe, oui à l’Europe ! » »

« Cette loi, tout comme ce gouvernement, est incompatible avec le choix historique de la Géorgie d’être membre de l’Union européenne », a déclaré Nika Gvaramia, chef du parti d’opposition Akhali.

3 Une répression condamnée

Mardi soir, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et tiré des balles en caoutchouc pour disperser les milliers de manifestants rassemblés contre ce texte considéré comme un obstacle aux aspirations du pays à adhérer à l’UE. Les autorités géorgiennes ont annoncé l’arrestation de 63 manifestants pro-européens.

Le ministère de l’Intérieur a assuré que la police avait eu recours à la force « légitimement » car la manifestation était « devenue violente » et a indiqué que 63 personnes avaient été arrêtées pour avoir « désobéi à la police » et commis des actes de violence. vandalisme.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV France Boissons célèbre le CHR avec la troisième édition du Terrace Day
NEXT l’essence et le diesel plus chers aujourd’hui