Appel urgent aux jardiniers et aux propriétaires d’animaux de compagnie en ce mois d’action contre les espèces envahissantes

Appel urgent aux jardiniers et aux propriétaires d’animaux de compagnie en ce mois d’action contre les espèces envahissantes
Appel urgent aux jardiniers et aux propriétaires d’animaux de compagnie en ce mois d’action contre les espèces envahissantes

Crédit photo Matthieu Syvenko

Mai est le mois d’action contre les espèces envahissantes en Colombie-Britannique et l’Invasive Species Council of BC implore les jardiniers et les propriétaires d’animaux de compagnie de faire des choix responsables pour empêcher la propagation des espèces envahissantes.

Alors que la main verte de toute la Colombie-Britannique fouille leurs jardins, l’ISCBC fait appel aux jardiniers pour qu’ils s’assurent qu’ils ne plantent pas d’espèces envahissantes. La directrice générale de l’ISCBC, Gail Wallin, affirme que certaines des plantes envahissantes qui causent le plus de dégâts dans la province aujourd’hui ont été initialement introduites comme plantes ornementales de jardin : « Le lierre anglais a été intentionnellement introduit d’Europe comme couvre-sol à croissance rapide. Depuis, il s’est propagé dans les forêts où il peut former des tapis denses supprimant les plantes indigènes, grimpant et étouffant les arbres, les rendant vulnérables aux tempêtes. Daphné (Euphorpe-laurier) était autrefois un choix populaire pour les jardins. Sa sève toxique peut provoquer des éruptions cutanées, des nausées, un gonflement de la langue et même le coma. Wallin exhorte les jardiniers à passer du temps à faire le point sur les plantes de leurs jardins, en s’assurant qu’ils font des choix PlantWise, rendus plus simples grâce au guide Cultivez-moi plutôt du Conseil.

Et si vous découvrez des plantes envahissantes sur votre propriété, Wallin vous conseille de vous en débarrasser correctement : « Ne compostez jamais de plantes envahissantes. Les installations de compostage peuvent ne pas atteindre des températures suffisamment élevées pour inactiver certaines matières végétales envahissantes comme les graines ».

Les propriétaires d’animaux sont également priés de prêter attention à ce Mois d’action contre les espèces envahissantes. Les poissons rouges, les tortues à oreilles rouges, les lézards des murailles et les lapins européens n’ont pas leur place dans la nature sauvage de la Colombie-Britannique. Mais lorsque les propriétaires d’animaux, fatigués de leurs responsabilités, les ont libérés, ces compagnons domestiques préférés ont causé d’énormes problèmes aux cours d’eau et aux zones riveraines sensibles : « Dans la nature, les poissons rouges peuvent atteindre la taille d’un ballon de football. Ils mangent de tout, ne laissant rien aux espèces de poissons indigènes. Ils peuvent survivre à des températures extrêmes et propager des maladies. Relâcher des animaux domestiques dans la nature est illégal.

Les espèces envahissantes constituent l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité, avec la perte d’habitat. Chaque année, la province de la Colombie-Britannique proclame le mois de mai « Mois d’action contre les espèces envahissantes », reconnaissant l’impact des espèces envahissantes sur l’environnement, l’économie, la société et la santé humaine de la Colombie-Britannique. Ce mois-ci, l’ISCBC exhorte tout le monde à apprendre à identifier les espèces envahissantes dans leurs jardins, leurs communautés et dans les grands espaces, et à rejoindre le projet I Spy Ensure sur iNaturalist et à faire partie de la communauté active qui observe la nature et protège les espaces extérieurs du Canada contre les espèces envahissantes.

Il est possible de prévenir l’introduction et la propagation en modifiant simplement nos habitudes, notamment PlantWise pour les jardiniers et Don’t Let it Loose pour les propriétaires d’animaux.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV où en est-on de la lutte contre les violences conjugales en Eure-et-Loir ? – .
NEXT une marche organisée ce jeudi