Breaking news

un seigneur de Dordogne vend quelques souvenirs de famille

C’est Arbalette, le chien beige qui mène presque les visiteurs à travers la cour du château jusqu’au petit chapiteau blanc installé pour l’occasion. Tout y est, des chaises, des fauteuils, de la vaisselle, des morceaux de tissus vieux de plus de 100 ans, des plateaux, un cadre avec un ancêtre dont on ne connaît pas le nom. La famille d’Odile Bertaux est propriétaire de ce château depuis près de 300 ans.depuis 1732.

300 ans d’histoire

C’est Odile Bertaux elle-même, 89 ans, qui tient la caisse à l’entrée, assise devant une caisse en fer. Chaque objet ici lui rappelle un souvenir, le tissu suspendu “avec lequel ma grand-mère a confectionné une robe”les fauteuils, les « de belles assiettes blason, utilisées pour les grands dîners là-haut, avec les nappes brodées, les serviettes sur la table qui pouvait accueillir plus de 40 convives ».

Objets ayant été utilisés, “qui a une âme” mais qu’aujourd’hui elle n’utilise plus. A 89 ans, Odile Bertaux recherche des fonds pour financer les travaux de ce château qui remonte en partie au XVe siècle : “Je me dis, l’argent servira à plus utilement que dans les placards”.

« Repartir avec un petit morceau du château »

José et sa femme repartent avec un plateau, des vieilles boîtes, des petits encriers et des haricots “comme quand nous étions petits”. Chantal et Jean-Jacques ont jeté leur dévolu sur un fauteuil rouge et un chauffe-plat, la chaise n’est pas très ancienne, mais pour Chantal, c’est une manière « repartir avec un petit morceau du château ». Le couple aime tous les châteaux de Dordogne, mais celui de Lanquais tient une place à part, “peut-être à cause du propriétaire” sourit Chantal, “elle est là depuis si longtemps, son histoire est belle”.

Une grange à rénover

Odile Bertaux dirige ce château depuis plus de 50 ans.. Elle l’a connu enfant, lorsqu’elle a fui avec ses parents le rationnement de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle n’avait que cinq ans et la vie était un peu plus souple en Dordogne auprès de son oncle l’abbé de Gourgue.

Odile Bertaux y revient alors adulte et y vit une partie de l’année. Le Château de Lanquais se visite durant l’été et y organise des animations, notamment en juillet.

Les prochains travaux sont déjà prévus, ce sera la grange dans la cour qui menace de s’effondrer. “Nous avons fait les devis, nous commençons l’année prochaine, mais ils coûtent plus de 200 000 euros”. Odile Bertaux souhaite restaurer le bâtiment et installer une cuisine pouvant servir aux traiteurs.

Odile Bertaux a réalisé une grande sélection de ces objets, avec un certain nombre de chaises et fauteuils. © Radio-France
Charlotte Jousserand
La famille d’Odile est propriétaire de ce château depuis 1732 © Radio-France
Odile Bertaux
Les plats coûtent plus de 100 euros, Odile Bertaux ne voulait pas brader le patrimoine familial. © Radio-France
Charlotte Jousserand
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Restauration du cumul des mandats, facilitation du RIP… Ces réformes institutionnelles que propose le Sénat
NEXT une information judiciaire ouverte après le marquage du tableau à Metz