il y a des choses pires que les réunions… – .

il y a des choses pires que les réunions… – .
il y a des choses pires que les réunions… – .
--

Elles sont inévitables : les interruptions de travail. Même l’employé le plus assidu peut avoir des difficultés à accomplir ses tâches quotidiennes en raison des petits événements chronophages qui ponctuent sa journée. Réunion, question d’un collègue, formalité administrative… Les raisons d’être en retard sont nombreuses, mais les plus intrusives ne sont pas forcément celles qu’on pense.

Selon une étude menée par iVOX auprès de 1.000 salariés belges francophones pour le compte du spécialiste de la gestion du temps et du personnel Protime, diverses interruptions surviennent plus de 10 fois par jour pour pas moins de 12,1% des personnes interrogées. ! Cela représente une perte de temps d’environ une heure par jour.

Problèmes informatiques avant les « retrouvailles »

De manière inattendue, l’interruption qui prend le plus de temps concerne les problèmes deInformatique ou encore l’informatique (12,9 %), qui passent même devant le fameux fléau de la « réunionite » (12,7 %). A noter que plus d’hommes (14%) que de femmes (11,4%) considèrent les réunions comme particulièrement chronophages.

Un chômeur wallon sur 30 se forme à un métier en pénurie

---

Viennent ensuite les appels téléphoniques (10,7%), les formalités administratives (9,5%), les problèmes logiciels (9,1%) et les interruptions de collègues (7,7%). Selon l’étude, les salariés belges francophones sont interrogés par leurs collègues en moyenne 5 fois par jour. Par exemple, lorsque l’un d’eux vient à votre bureau et vous demande de « jeter un coup d’œil rapide » à quelque chose lorsque vous avez atteint le bon niveau de concentration. En moyenne, il faut 5 minutes pour retrouver son cheminement de pensée et son rythme de travail, ce qui entraîne une perte de temps quotidienne d’environ une demi-heure.

Parmi les autres événements qui provoquent des retards, on distingue les tâches dont trop de personnes sont responsables (7,1%), les emails (6,6%), l’attente que les collègues terminent leur travail (5,9%) ou enfin les applications (WhatsApp, Skype, Equipes, etc.) à 4,2%.

Retrouver l’efficacité

Mais alors, comment retrouver de l’efficacité ?

« Une bonne organisation avec nos collègues peut nous aider à mieux gérer notre temps, analyse Sophie Henrion, porte-parole de Protime. Pour près de 8 % des salariés, les demandes et questions des collègues sont la principale cause de perte de temps au bureau. Et ce, alors que de nombreuses questions pourraient être temporairement mises entre parenthèses sans aucune conséquence. Vous devrez peut-être alors convenir avec vos collègues de fixer des horaires « dédiés » pendant lesquels vous serez disponible pour les aider. Ou prévoyez des périodes pendant lesquelles vous pourrez vous immerger dans votre travail sans être interrompu.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

---

PREV Le Département de la Sarthe reçoit un « Gold D » ! – .
NEXT qu’est-ce que « no way », cette politique australienne contestée que Marion Maréchal veut mettre en œuvre en France ? – .