Concours Eurovision de la Chanson – EDU questionne l’ESC en Suisse – Actualités – .

Concours Eurovision de la Chanson – EDU questionne l’ESC en Suisse – Actualités – .
Concours Eurovision de la Chanson – EDU questionne l’ESC en Suisse – Actualités – .

L’EDU, des parties de l’UDC et d’autres organisations veulent recueillir des signatures contre le financement public de l’ESC.

Auteur:

Elmar Plozza

09.07.2024, 02:23

Le concours Eurovision de la chanson est l’un des plus grands événements télévisés au monde. Plus de 180 millions de personnes regardent chaque année le concours musical. Cela représente un énorme potentiel publicitaire pour le pays organisateur. Pourtant, en Suisse, il existe une certaine résistance à ce que l’événement soit financé par des fonds publics.

EDU : « Le satanisme est célébré »

Le parti chrétien conservateur EDU a annoncé mardi qu’il organiserait un référendum contre le soutien public à l’ESC dans tous les lieux possibles, c’est-à-dire à Zurich, Berne, Bâle et Genève. Sebastian Kullmann, député au Grand Conseil bernois et membre du comité exécutif d’EDU Suisse, explique que l’ensemble du développement de l’ESC lui paraît problématique : « Ce qui nous dérange le plus, c’est que le satanisme et l’occultisme sont de plus en plus célébrés ou du moins tolérés. De plus en plus d’artistes présentent ouvertement des messages occultes et les soulignent avec le symbolisme approprié. »

Légende:

Bambie Thug : Cet artiste représentait l’Irlande à Malmö.

Reuters/Leonhard Foeger

Il cite comme exemple le chanteur irlandais Bambie Thug, qui s’est présenté comme une sorcière. L’EDU s’agace également du fait que le CSE ait alimenté toutes les discussions sur les identités de genre et le troisième genre, et s’indigne de la manière dont la chanteuse israélienne Eden Golan a été huée et sifflée lors du dernier CSE. En Suisse, aucun argent public ne devrait être dépensé pour un tel événement, affirme le parti d’orientation évangélique – et il n’est pas le seul à le faire.

Les jeunes UDC lancent un référendum contre le prêt ESC à Zurich


Boîte ouverte
Boîte à lunch

Après que l’EDU Suisse a menacé d’organiser un référendum contre tous les prêts aux salles de l’Eurovision (ESC), les Jeunes UDC de Zurich prennent les choses au sérieux: ils organisent un référendum contre le prêt de 20 millions accordé par la ville. Le parti des Jeunes UDC l’a annoncé dans un communiqué mardi soir.

Le prêt accordé pour « un événement majeur aussi controversé » n’est en aucun cas justifié. Il est étrange que des fonds publics soient utilisés pour soutenir un événement qui est détourné à des fins politiques. Les jeunes UDC évoquent l’introduction d’un troisième genre et un « antisémitisme flagrant ».

L’Union des contribuables entend également soutenir le référendum, du moins à Zurich, où le parlement de la ville a approuvé un prêt de 20 millions pour la CSE. Dans le canton de Berne, l’UDC recueille également des signatures contre un prêt de la CSE.

L’événement est fixé

Les villes qui souhaitent accueillir le concours européen de musique se trouvent dans une situation difficile. Le temps presse : les référendums ne peuvent avoir lieu qu’en novembre au plus tôt et l’événement doit avoir lieu en mai prochain. Lukas Wigger, responsable de la communication du maire de Zurich, déclare : « Si ce référendum a lieu, il faudra le présenter et le conseil municipal devra alors décider de la suite à donner à la candidature. »

Légende:

Nemo a remporté le concours pour la Suisse.

Keystone/JESSICA GOW

Dans ce cas, il faudrait vérifier si une demande est toujours judicieuse et si la tenue de la manifestation est possible sur le plan organisationnel. Des réflexions similaires seront menées dans d’autres villes. La SSR, qui possède également Radio SRF et est responsable de l’organisation du CSE, s’inquiète également de l’éventuel référendum. Le porte-parole de la SSR, Edi Estermann, déclare : « Les engagements financiers sans référendum sont bien sûr moins risqués et nous offrent plus de sécurité en termes de planification. Mais il ne s’agit en fin de compte que d’un aspect d’une liste plus complète d’exigences. »

Même si un référendum est adopté, cela ne signifie pas que la ville en question ne peut pas accueillir le CEC. Mais toute l’organisation risque de devenir plus compliquée et de prendre plus de temps. En fin de compte, il s’agit aussi de savoir si le CEC est un événement digne d’être soutenu. Les électeurs de différentes villes pourraient bientôt être en mesure de se prononcer sur cette question.

Rendez-vous, 09.07.2024. 12h30 ; venez

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Homme de 56 ans recherché dans le Maine-et-Loire – .
NEXT Ciro Immobile quitte la Lazio et signe avec Besiktas – .