Emmanuel Macron refuse la démission du Premier ministre – .

Emmanuel Macron refuse la démission du Premier ministre – .
Emmanuel Macron refuse la démission du Premier ministre – .

Paris, France –


Le président français Emmanuel Macron a refusé la démission du Premier ministre du pays, lui demandant lundi de rester temporairement à la tête du gouvernement après que des résultats électoraux chaotiques ont laissé le gouvernement dans l’incertitude.


Les électeurs français ont divisé le Parlement entre la gauche, le centre et l’extrême droite, ne laissant aucune faction proche de la majorité nécessaire pour former un gouvernement. Les résultats du scrutin de dimanche font craindre une paralysie de la deuxième économie de l’Union européenne.


Macron a fait le pari que sa décision d’organiser des élections anticipées donnerait à la France un « moment de clarification », mais le résultat a montré le contraire, moins de trois semaines avant le début des Jeux olympiques de Paris, où le pays sera sous les projecteurs internationaux.


L’indice boursier français a ouvert en baisse, mais s’est rapidement redressé, peut-être parce que les marchés craignaient une victoire totale de l’extrême droite ou de la coalition de gauche.


Le Premier ministre, Gabriel Attal, avait déclaré qu’il resterait en poste si nécessaire, mais il a présenté sa démission lundi matin. Macron, qui l’a nommé il y a seulement sept mois, lui a immédiatement demandé de rester en poste « pour assurer la stabilité du pays ». Les principaux alliés politiques de Macron ont rejoint Attal lors de la réunion au palais présidentiel.


Dimanche, Attal a clairement exprimé son désaccord avec la décision d’Emmanuel Macron de convoquer des élections surprises. Les résultats des deux tours de scrutin ne laissent aucune voie claire pour former un gouvernement, que ce soit pour la coalition de gauche arrivée en tête, pour l’alliance centriste de Macron ou pour l’extrême droite.


Les législateurs nouvellement élus et ceux qui revenaient au pouvoir devaient se réunir à l’Assemblée nationale pour entamer de sérieuses négociations.


Macron lui-même partira plus tard dans la semaine pour un sommet de l’OTAN à Washington.


L’impasse politique pourrait avoir des conséquences à long terme sur la guerre en Ukraine, la diplomatie internationale et la stabilité économique de l’Europe. Pourtant, au moins un dirigeant a déclaré que les résultats étaient un soulagement.


« À Paris, enthousiasme, à Moscou déception, à Kiev soulagement. De quoi être heureux à Varsovie », a écrit le Premier ministre Donald Tusk, ancien président du Conseil de l’Union européenne, dans la soirée de dimanche sur X.


Selon les résultats officiels publiés tôt lundi, les trois principaux blocs sont loin d’atteindre les 289 sièges nécessaires pour contrôler l’Assemblée nationale, la plus puissante des deux chambres législatives françaises, qui compte 577 sièges.


Les résultats ont montré qu’un peu plus de 180 sièges pour la coalition de gauche du Nouveau Front populaire, qui s’est classée première, devant l’alliance centriste de Macron, avec plus de 160 sièges. Le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen et ses alliés ont été limités à la troisième place, bien que leurs plus de 140 sièges soient toujours loin devant le précédent meilleur résultat du parti de 89 sièges en 2022.


Il reste trois ans à Macron pour terminer son mandat présidentiel.


En annonçant sa démission, Attal a exprimé plus clairement que jamais sa désapprobation de la décision choc de Macron de convoquer des élections, déclarant : « Je n’ai pas choisi cette dissolution » de l’Assemblée nationale sortante, où l’alliance centriste du président était le groupe le plus important, bien que sans majorité absolue.


Plutôt que de se rallier derrière Macron comme il l’espérait, des millions de personnes ont profité du vote pour exprimer leur colère face à l’inflation, à la criminalité, à l’immigration et à d’autres griefs, y compris son style de gouvernement.


Les dirigeants du Nouveau Front populaire ont immédiatement fait pression sur Macron pour qu’il leur donne la possibilité de former un gouvernement et de proposer un Premier ministre. La faction s’engage à revenir sur de nombreuses réformes phares de Macron, à se lancer dans un programme coûteux de dépenses publiques et à adopter une ligne plus dure à l’égard d’Israël en raison de sa guerre contre le Hamas. Mais il n’est pas clair, même à gauche, qui pourrait diriger le gouvernement sans aliéner des alliés cruciaux.


“Il nous faut quelqu’un qui propose un consensus”, a déclaré Olivier Faure, chef du Parti socialiste, qui a rejoint la coalition de gauche et qui était encore en train de déterminer lundi combien de sièges il obtiendrait.


Macron prévient que le programme économique de la gauche, qui prévoit des dépenses publiques de plusieurs dizaines de milliards d’euros, financées en partie par des impôts sur la fortune et des hausses pour les hauts revenus, pourrait être ruineux pour la France, déjà critiquée par les organismes de surveillance de l’UE pour sa dette.


Un parlement sans majorité absolue est un territoire inconnu pour la France moderne.


Malgré l’incertitude, les partisans de la gauche ont applaudi place de la République, dans l’est de Paris, à l’annonce des premiers résultats, avec des embrassades spontanées entre inconnus et des applaudissements ininterrompus pendant plusieurs minutes.


Marielle Castry, secrétaire médicale, se trouvait dans le métro à Paris lorsque les résultats prévisionnels ont été annoncés pour la première fois.


« Tout le monde avait son smartphone et attendait les résultats, puis tout le monde était ravi », a déclaré l’homme de 55 ans. « J’étais stressé depuis le 9 juin et les élections européennes. (…) Et maintenant, je me sens bien. Soulagé. »


L’accord politique entre la gauche et le centre pour bloquer le Rassemblement national a été largement couronné de succès. De nombreux électeurs ont décidé qu’il était plus important pour eux d’empêcher l’extrême droite d’accéder au pouvoir que toute autre chose, et ont soutenu ses adversaires au second tour, même s’ils n’appartiennent pas au camp politique qu’ils soutiennent habituellement.


« Déçu, déçu », a déclaré Luc Doumont, 66 ans, partisan d’extrême droite. « Bon, content de voir notre progression, parce que depuis quelques années, on fait mieux. »


La cheffe du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui devrait se présenter pour la quatrième fois à l’élection présidentielle française en 2027, a déclaré que les élections avaient jeté les bases de « la victoire de demain ».


Le racisme et l’antisémitisme ont entaché la campagne électorale, ainsi que les campagnes de désinformation russes, et plus de 50 candidats ont déclaré avoir été agressés physiquement, ce qui est très inhabituel en France.


Contrairement à d’autres pays européens, plus habitués aux gouvernements de coalition, la France n’a pas pour tradition de réunir des députés de camps politiques rivaux pour former une majorité. La France est également plus centralisée que de nombreux autres pays européens, avec beaucoup plus de décisions prises à Paris.


Les journalistes d’Associated Press Helena Alves, Diane Jeantet, Jade Le Deley et Alex Turnbull à Paris et Barbara Surk à Nice, en France, ont contribué à ce rapport.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le programme de paniers alimentaires pour les familles s’étend à Yellowknife – .
NEXT Donald Trump choisit JD Vance comme vice-président, l’Europe s’inquiète de l’isolationnisme américain – Euractiv FR – .