Deux astronautes attendent toujours à bord de l’ISS de revenir sur Terre

Deux astronautes attendent toujours à bord de l’ISS de revenir sur Terre
Deux astronautes attendent toujours à bord de l’ISS de revenir sur Terre

Avions F-16, batteries de défense antiaérienne, une « trajectoire irréversible » vers l’adhésion : les pays de l’Otan ont multiplié mercredi leurs promesses de soutien accru à l’Ukraine, au premier jour d’un sommet historique marqué par des incertitudes politiques.

« La Russie est sur le pied de guerre », avec l’aide de la Chine, de la Corée du Nord et de l’Iran pour son industrie d’armement, a averti le président américain Joe Biden, lors de ce sommet marquant le 75e anniversaire de l’alliance militaire.

À cet égard, les dirigeants de l’OTAN ont exprimé leurs «profondes inquiétudes» face au rapprochement entre la Russie et la Chine, et ont dénoncé le soutien de Pékin à l’effort de guerre russe en Ukraine, selon un communiqué final.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser l’alliance prendre du retard », a ajouté d’une voix forte Joe Biden, après des questions sur son état de santé et sa capacité à défendre les couleurs du camp démocrate, à quatre mois de l’élection présidentielle américaine.

F-16 et défense aérienne

Avant même l’ouverture officielle de leur réunion, plusieurs pays de l’Otan ont annoncé avoir commencé à transférer des avions de combat F-16 à l’Ukraine. Ces appareils « rapprochent d’une paix juste et durable », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, présent dans la capitale américaine.

Les F-16, en provenance du Danemark et des Pays-Bas, « voleront dans le ciel ukrainien cet été », a assuré le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

La Maison Blanche a ajouté que la Belgique et la Norvège s’étaient engagées à fournir des avions supplémentaires à l’Ukraine, qui fait face à un barrage croissant de missiles russes contre ses villes et ses infrastructures.

Après avoir célébré en grande pompe la veille au soir le 75e anniversaire de l’alliance militaire occidentale, les dirigeants se sont réunis au Conseil de l’Atlantique Nord, l’organe politique suprême de l’OTAN.

Le président américain a confirmé mardi soir que les alliés fourniraient également à l’Ukraine un total de cinq systèmes de défense aérienne supplémentaires, dont quatre batteries Patriot. L’Allemagne, les Pays-Bas, la Roumanie et l’Italie devraient également y contribuer.

« 40 milliards »

La Russie a récemment intensifié ses frappes de missiles contre l’Ukraine, dévastant notamment le plus grand hôpital pour enfants du pays, à Kiev.

Plus de deux ans après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les alliés se sont engagés à développer leurs industries de défense, a déclaré mercredi le secrétaire général sortant de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

« Ce nouvel engagement envoie un message sans ambiguïté au monde », a souligné sur ce point Joe Biden, se félicitant que 23 pays sur les 32 de l’alliance consacreraient désormais 2% de leur produit intérieur brut aux dépenses militaires.

Les alliés ont également décidé que leur aide militaire à l’Ukraine atteindrait au moins 40 milliards d’euros au cours de l’année à venir, selon leur déclaration commune.

L’Ukraine espérait recevoir une invitation officielle à rejoindre l’OTAN, mais devra attendre en raison de l’opposition de plusieurs pays, dont les États-Unis.

Les membres de l’organisation s’accordent toutefois à dire que l’Ukraine est sur une « trajectoire irréversible » vers l’adhésion à l’Alliance atlantique, selon le communiqué final. Pour le chancelier allemand Olaf Scholz, les décisions prises par l’OTAN « apportent à l’Ukraine la clarté dont elle a besoin ».

Incertitudes

Le sommet de Washington intervient dans un contexte d’incertitude politique aux États-Unis, où le président Biden est confronté à l’opposition des législateurs démocrates qui l’exhortent à abandonner la course à un second mandat en novembre contre Donald Trump.

L’ombre de l’ancien président républicain, souvent critique à l’égard de l’Otan et dont certains propos ont semblé porter atteinte au principe d’assistance mutuelle prévu à l’article 5 du traité, plane sur le sommet.

« Je m’attends à ce que, quel que soit le résultat des élections, les États-Unis restent un allié fort et loyal de l’OTAN », a déclaré mercredi M. Stoltenberg. Le président finlandais Alexander Stubb a toutefois reconnu que la polarisation aux États-Unis était « très toxique ».

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban participera également au sommet après ses récents déplacements à Moscou et Pékin, très mal accueillis, notamment à Washington et Bruxelles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Google surprend en dévoilant ses nouveaux smartphones – .
NEXT Un fossile de dinosaure « en très bon état » découvert après des pluies torrentielles au Brésil – .