La météorite d’Angers, tombée il y a 200 ans, « permet de comprendre notre planète » – .

La météorite d’Angers, tombée il y a 200 ans, « permet de comprendre notre planète » – .
La météorite d’Angers, tombée il y a 200 ans, « permet de comprendre notre planète » – .

Elle trône là, dans une salle du Muséum des sciences naturelles d’Angers (Maine-et-Loire). Enfermée entre cinq vitres, éclairée par des mini-projecteurs, telle une star de cinéma. Il faut dire que la météorite d’Angers est une véritable célébrité locale. « C’est le seul de la ville » explique Benoît Mellier, responsable des collections de zoologie, sciences de la terre et préhistoire du musée. « Au moins le seul connu ! » Depuis le 3 juin 2022, elle fait l’objet d’une exposition anniversaire au musée visible jusqu’au dimanche 7 juillet 2024. L’occasion de retracer ses 200 ans d’histoire et bien plus encore. Car oui, notre très chère météorite renferme même les secrets de l’univers…

« C’est un phénomène assez rare. »

Mais d’abord, revenons à son arrivée à Angers. C’était le 3 juin 1822. Elle quittait la ceinture d’astéroïdes où elle se trouvait depuis ses débuts, pour se diriger vers la Terre, à 42 kilomètres par seconde. Dans l’espace, l’objet pèse plus de 10 kilos, mais avec la vitesse et la chaleur, il va fondre. La météorite, pesant finalement 1 kg, atterrit dans un jardin, rue Gauvin dans le quartier de la Doutre, à Angers, provoquant quelques frayeurs chez les témoins de la scène.

La météorite de Doutre est exposée au Muséum des Sciences Naturelles d’Angers. | JÉRÔME FOUQUET/OUEST-FRANCE
Voir en plein écran
La météorite de Doutre est exposée au Muséum des Sciences Naturelles d’Angers. | JÉRÔME FOUQUET/OUEST-FRANCE

« C’est un phénomène assez rare », Benoit Mellier explique. Entre 50 et 100 tonnes tombent par an, la majorité finit dans les océans ou dans des endroits isolés et déserts où ces pierres se perdent. Cette arrivée en ville est alors bien remarquée.

Un grand voyageur

La municipalité de l’époque l’acquiert pour 120 francs et l’expose au musée. Ces objets intriguent les hommes. Ce n’est qu’en 1803 et grâce à la chute d’une météorite que les scientifiques ont pu déterminer leurs origines cosmiques.

Lire aussi : Une météorite s’est écrasée près d’Angers : des recherches sont en cours pour la retrouver

La météorite attira également les convoitises. Un beau jour de 1839, elle disparut dans les airs. « Un professeur l’a retrouvé un an plus tard sur un marché… à Liège, en Belgique ! Il avait été volé, puis vendu devant le musée », dit le conservateur. Pas question de la perdre à nouveau.

La météorite s’est écrasée dans un jardin du quartier de la Doutre à Angers en 1822. | JÉRÔME FOUQUET/OUEST-FRANCE
Voir en plein écran
La météorite s’est écrasée dans un jardin du quartier de la Doutre à Angers en 1822. | JÉRÔME FOUQUET/OUEST-FRANCE

Elle est ensuite découpée en tranches et envoyée aux quatre coins du monde : Vatican, Berlin, Chicago, Calcutta… La plus grande partie reste à Angers, où elle continue d’être étudiée. Il faut dire que cette météorite renferme une partie de l’histoire de l’univers.

« Elle est le témoin du passé »

« C’est un témoin du passé. De ce qui s’est passé il y a 4,5 milliards d’années, lors de la création de la Terre. » explique Benoit Mellier. Pour faire simple, ce petit caillou venu du cosmos a participé à la formation de notre système solaire, dont la Terre fait partie. « Cela nous permet de comprendre notre planète ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV livraison de nourriture justfood pour android
NEXT Connexion Internet dans votre sac, bientôt en France – .