Homo sapiens a incubé ses petits plus longtemps que les Néandertaliens

Homo sapiens a incubé ses petits plus longtemps que les Néandertaliens
Homo sapiens a incubé ses petits plus longtemps que les Néandertaliens

Vraisemblablement, le premier Homo sapiens couvait sa progéniture plus longtemps que les Néandertaliens, ce qui a peut-être contribué à leur meilleure survie, affirment les paléoanthropologues dans un article paru jeudi dans Rapports scientifiques.

Ces chercheurs de l’Université de Tübingen, en Allemagne, ont examiné l’émail dentaire des Néandertaliens et des Homo sapiens du Paléolithique supérieur, et ont noté d’éventuelles anomalies (sillons, rainures, trous) résultant d’une hypoplasie — maladie qui survient lors du développement de l’émail et qui perturbe le développement de l’émail. sa formation – qu’ils ont présentée. Sachant que ces anomalies sont des indicateurs de stress vécu pendant la période de développement de l’enfant, ils ont pu comparer l’intensité du stress vécu par les jeunes enfants des deux groupes d’hominidés, ainsi que les moments particuliers où ils l’ont vécu. souffert.

Couvrant 423 dents de 74 Néandertaliens et 444 dents de 102 humains modernes du Paléolithique supérieur (il y a entre 50 000 et 12 000 ans) trouvées sur un total de 56 sites différents, leur analyse de l’apparition d’anomalies de l’émail dentaire a montré que les deux groupes étaient confrontés à des niveaux comparables. du stress physiologique durant l’enfance. Ces dernières pourraient prendre la forme de « malnutrition, carences nutritionnelles, maladies, infections ou traumatismes ».

Cette observation contredit une hypothèse de longue date selon laquelle les Néandertaliens menaient une vie bien plus stressante qu’Homo sapiens, notamment à cause de conditions environnementales rudes et fluctuantes, qui auraient contribué à leur extinction.

Compte tenu du développement séquentiel des différents types de dents permanentes (molaires apparaissant avant les incisives, qui sont suivies par les canines, puis par les prémolaires et les secondes molaires), l’identification de celles qui portaient des marques d’hypoplasie a permis de mettre en évidence des moments lorsque l’enfant a vécu des épisodes de stress. Il est d’abord apparu que dans les deux groupes, les dents de lait présentaient très peu de défauts hypoplasiques, bien moins que les dents permanentes. Pour expliquer ce phénomène, les chercheurs émettent l’hypothèse que peut-être l’émail de ces dents de lait serait moins sujet à l’hypoplasie ou que ces dents se formeraient dans l’environnement fœtal qui le protège du stress.

Épisodes ultérieurs de stress

En revanche, chez l’homme moderne, ce sont principalement les incisives et les molaires qui étaient touchées, tandis que chez l’Homme de Néandertal, ce sont principalement les canines, les prémolaires et les secondes molaires, dents qui ont fait éruption plus tard. Ces observations reflètent donc la survenue d’épisodes de stress plus tardive chez l’Homme de Néandertal que chez l’Homme moderne.

Selon les auteurs de l’étude, les anomalies dans le développement de l’émail chez Homo sapiens se produisaient principalement lors du sevrage des enfants, qui constitue pour eux une période très stressante. « Durant le processus de sevrage qui s’étend de l’âge de six mois, moment où sont introduits les premiers aliments solides, jusqu’à deux ans et demi, âge moyen auquel le sevrage est complété, l’énergie de l’enfant a des besoins croissants et doit être satisfaite en ajoutant alimentaire au lait maternel, sinon une nutrition insuffisante à ce moment-là peut entraîner une malnutrition, des problèmes digestifs chroniques et un risque plus élevé de maladie, autant de situations qui peuvent provoquer un stress métabolique important, une perturbation de la croissance et, par conséquent, une augmentation de l’hypoplasie de l’émail dentaire », soulignent les chercheurs.

Chez les Néandertaliens, les épisodes de stress intense sont survenus un peu plus tard.

“Bien que la période de sevrage ait été stressante pour les deux groupes, la période post-sevrage a été encore plus stressante pour les enfants de Néandertal, alors que ce n’est pas le cas pour les enfants d’Homo sapiens”, ont indiqué les chercheurs par courrier électronique. les principales chercheuses de l’étude, Sireen El Zaatari et Laura Limmer.

Selon les auteurs de l’article, ces observations suggèrent que les humains du Paléolithique supérieur ont adopté « des stratégies sociales et comportementales pour fournir suffisamment de nourriture riche en énergie après le sevrage afin de réduire le stress ». chez les jeunes enfants : ils prolongent leur dépendance à l’égard de leurs parents, ils leur assurent toujours un bon accès à la nourriture et ils exploitent les ressources plus efficacement. Ces stratégies, qui n’étaient probablement pas utilisées par les Néandertaliens, auraient pu contribuer à assurer une meilleure survie à long terme aux humains modernes. »

Comparaison difficile

Antoine Balzeau, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle et au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), ne corrobore pas dans l’immédiat cette interprétation sur « les modes de comportement possibles et l’avantage qu’ils pourraient donner à Homo sapiens » proposée par les auteurs. de l’étude.

Mais il loue la qualité et l’originalité de l’étude et qualifie les résultats de très intéressants et nouveaux. « C’est un joli travail sur un matériel abondant et de nombreux spécimens. Le résultat principal montrant une différence [temporelle dans la présence de stress] entre les deux groupes, qu’une fois le sevrage terminé, l’Homo sapiens aurait subi moins de stress que les Néandertaliens, c’est super intéressant et nouveau. Interprétez-le comme une meilleure façon de gérer les enfants [pour Homo sapiens, qui aurait conduit à] Un meilleur succès évolutif est délicat et difficile à démontrer, d’autant plus que l’échantillon de Néandertal s’étend sur des dizaines de milliers d’années, alors que celui d’Homo sapiens ne s’étend que sur quelques milliers d’années. Les deux groupes d’échantillons sont difficiles à comparer », commente-t-il.

Mais n’est-il pas probable qu’Homo sapiens couvait davantage ses petits ? « C’est probable, pourquoi pas, mais pouvoir le démontrer sur la base de données scientifiques est extrêmement complexe. Cela semble logique et attendu, mais il faut être prudent lorsque l’on est dans des disciplines où l’on dispose de peu d’informations. Ce qui est logique en science n’est pas nécessairement ce qui est juste. [L’interprétation] ça ne me choque pas, pourquoi pas, mais le plus important ce sont les résultats qu’ils obtiennent qui sont solides et intéressants », conclut le chercheur.

A voir en vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Une Maison des Vins à La Havane