Le nouveau boîtier 100 Mpx de Fujifilm est (beaucoup) moins cher et intègre la traçabilité des images

Le nouveau boîtier 100 Mpx de Fujifilm est (beaucoup) moins cher et intègre la traçabilité des images
Le nouveau boîtier 100 Mpx de Fujifilm est (beaucoup) moins cher et intègre la traçabilité des images

Fujifilm fait à nouveau le truc de la miniaturisation. Basé sur l’électronique du GFX100 II lancé en septembre 2023, voici le GFX100S II, une version plus compacte, légèrement bridée techniquement et moins chère. On pourrait même dire beaucoup moins cher : alors que le premier boîtier a été lancé à 7 999 €, le GFX100S II est proposé à 5 499 € TTC, soit 2 500 € de moins, pour la même qualité d’image — c’est dire ce qu’il y a de mieux au niveau moment.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

En ce qui concerne les coupes, Fujifilm a commencé par les dimensions physiques. 2 mm plus étroit, 13 mm plus bas et 2 mm plus fin : le GFX100S II est une version plus robuste de son prédécesseur. Plus compact, il est également plus léger puisqu’il pèse 147 g de moins que le GFX100 II (avec son viseur amovible). Compte tenu de la taille et du poids des optiques du système GFX, ce petit bonus vaut toujours la peine d’être pris ! A noter que si la lunette arrière reste orientable, le viseur électronique est intégré au corps et n’est plus amovible, comme c’est le cas pour le GFX100 II.

Même capteur et même processeur (mais quelques ajustements)

type="image/webp">> type="image/webp">> type="image/webp">>>>>>>>

Il s’agit du même capteur 100MP de deuxième génération que celui du GFX100 II.

© Fujifilm

Le GFX100S II est doté du même capteur 100 MP de deuxième génération et du même processeur d’image X Processor 5 que la génération précédente, ce qui signifie que l’autofocus et la qualité d’image sont les mêmes. Il profite également de la même stabilisation mécanique du capteur (toujours 8 vitesses) et du même écran LCD orientable de 2,36 Mpx. Cependant, une partie de la note électronique a été réduite, ce qui est logique vu la différence de prix !

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

type="image/webp">> type="image/webp">> type="image/webp">>>>>>>>

Si la définition d’image du viseur est moindre, elle n’en reste pas moins confortable.

© Fujifilm

Le premier rabotage se trouve du côté du viseur. La magnifique dalle Oled de 9,44 Mpx laisse place à un modèle de 5,76 Mpx. Ensuite, la réduction de taille (et la segmentation marketing ?) fait perdre à ce GFX100S II les modes vidéo 6K et 8K (4K30p maximum), laissant au GFX100 II le rôle de caméra de cinéma. Finalement, le sursaut et sa profondeur sont diminués. L’obturateur mécanique monte à 7 ips (contre 8 ips pour le GFX100 II), la rafale électronique plein format à 3 ips (contre 5,3 ips). Mais surtout, le nombre d’images consécutives diminue considérablement.

La plus faible capacité de la mémoire tampon ainsi que l’absence de carte mémoire CF Express haut débit (uniquement compatible SDXC, UHS-II et V90) limitent la rafale mécanique de 7 ips à 337 bruts compressés, contre plus de 1000 pour le grand frère. Si cela limite son utilisation en mode sport, il n’en reste pas moins que pour la grande majorité des utilisateurs, cela devrait largement suffire.

Enfin la traçabilité des images !

type="image/webp">> type="image/webp">> type="image/webp">>>>>>>>

Le GF100S II sera le premier boîtier Fujifilm à intégrer les mécanismes de signature d’image CAI et C2PA.

© Fujifilm

Le GFX100S II apporte une nouveauté qui manque actuellement à son grand frère : la compatibilité avec les dispositifs techniques de la Coalition for Content Provenance and Authenticity (C2PA) et de la Content Authenticity Initiative (CAI). En souscrivant aux projets C2PA et CAI, Fujifilm fait sensation pour son entrée dans la traçabilité des images.

Après Leica, Nikon et Sony, Fujifilm va donc intégrer dans ses appareils des mécanismes permettant de fournir des informations contextuelles dans des fichiers. Cela permet d’offrir une traçabilité des éventuelles modifications, constituant un moyen de défense potentiellement intéressant pour lutter contre les fausses nouvelles. Et comme la base technique du GFX100S II est la même que celle de son prédécesseur, Fujifilm s’engage à intégrer cette fonction prochainement dans son premier boîtier, ainsi que dans d’autres déjà lancés.

Attention cependant : l’introduction de ces fonctionnalités dans d’autres boitiers déjà lancés dépendra du processeur embarqué. En effet, un coprocesseur de chiffrement doit être intégré à la puce. Si l’on sait désormais que le X-Trans Processor 5 en intègre un (jusqu’ici inutilisé), Fujifilm n’a fourni aucune information sur une telle présence dans les puces précédentes.

Commercialisé à partir du 17 juin, le Fujifilm GFX100S II sera lancé à 5 499 €. Un prix non seulement 2 500 € inférieur au GFX100 II, mais aussi 500 € inférieur à celui de son ancêtre direct, le GFX100S, lancé en 2021 à 5 999 €.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’univers Fallout arrive dans la nouvelle saison
NEXT Apple corrige un bug rare de réapparition des photos supprimées