Sennheiser transforme l’audio en son de données et du cloud

Sennheiser transforme l’audio en son de données et du cloud
Sennheiser transforme l’audio en son de données et du cloud

Projets

Pour pivoter vers des offres 100% digitales, l’allemand Sennheiser fait basculer son informatique vers l’agile, le cloud et le datamesh. (Photo : Racpro)

Le fabricant allemand de technologies audio professionnelles Sennheiser s’oriente vers le développement de produits purement numériques. Pour atteindre ses objectifs et déployer de nouveaux business models, elle s’est lancée dans une transformation de son SI autour des données dans le cloud.

PublicitéSennheiser a décidé de développer un produit entièrement numérique basé sur la technologie des systèmes audio multicanaux sans fil (WMAS). Cela permet la transmission sans fil à haut débit de plusieurs canaux audio avec un seul équipement. Aujourd’hui, pour capter et diffuser chaque voix d’une chorale dans une salle de concert ou un studio par exemple, chaque microphone doit encore être équipé d’un équipement séparé. Cependant, un seul appareil WMAS suffit pour gérer jusqu’à 32 entrées audio et autant de sorties audio. Comme l’explique Rediger Hein, CIO de Sennheiser, la solution adapte individuellement et numériquement le nombre, la qualité et la gamme de canaux en fonction des besoins de chaque microphone.

Un backend dans le cloud

Derrière ce produit, un nouveau business model auquel la DSI contribue en travaillant sur le socle technologique sous-jacent. Nous intégrons le backend de la solution dans le cloud, explique Redier Hein, pour personnaliser l’expérience client, mais aussi connaître le niveau de satisfaction des utilisateurs et leurs fonctions préférées grâce à l’analytics, pour ensuite leur faire des recommandations. d’autres produits et d’autres fonctions.

Pour accompagner la transformation de l’entreprise vers ces nouvelles offres digitales et rendre tangible sa contribution, la direction informatique a défini une stratégie en 3 piliers. Le premier réside dans la génération de business grâce au numérique. La seconde consiste à passer d’une équipe informatique traditionnelle centrée sur les processus à une entité ayant un rôle de facilitateur numérique. Enfin, le 3ème pilier repose aujourd’hui sur la délivrance de réalisations concrètes.

Entre Scrum et Kanban

Pour le backend de ses futurs produits numériques basés sur WMAS, Sennheiser a opté pour Microsoft Azure. Il intégrera la solution complète et les applications analytiques, de gestion des identités et des clients. Les trois principaux hyperscalers cloud [Azure, AWS et GCP, ndlr] auraient tous accepté notre projet, souligne le DSI, mais Azure assure une meilleure intégration de nos systèmes d’information internes dans le cloud.

Le service informatique collabore avec les équipes de développement logiciel, de développement commercial et de vente, notamment celles qui gèrent les futures offres WMAS. Cela demande beaucoup de coordination, insiste Rüdiger Hein. Il faut concilier le développement matériel et logiciel des produits, le développement logiciel des systèmes métiers et l’intégration étroite de l’ensemble. Et c’est là qu’intervient le deuxième pilier stratégique, qui fait de l’informatique un facilitateur. L’équipe a déployé une organisation agile en seulement six mois. Nous n’avons pas dit adieu à l’organisation traditionnelle, précise le DSI, mais nous avons mis en place des équipes transversales qui rassemblent développeurs, responsables commerciaux et opérationnels au sein de groupes virtuels. Ils fonctionnent selon un modèle que Rediger Hein appelle Scrumban, le croisement entre Scrum et Kanban. Nous planifions le projet dans un Kanban dans Azure, mais nous utilisons Scrum pour déployer les releases et donner les premiers résultats dès les premières semaines de travail.

PublicitéGénéraliser la culture agile

Mais pour le CIO, Sennheiser a besoin d’une culture agile qui va bien au-delà du simple développement de logiciels et il a donc décidé fin 2022 de faire passer l’ensemble du département informatique à Scrumban. La méthode a été définie au printemps 2023, avec une première formation aux nouveaux workflows en juin suivant. Le basculement est enfin effectif depuis novembre 2023. Nous avons déjà plus de 900 « éléments de travail » dans nos tableaux Kanban, précise Rdiger Hein. Et nous commençons déjà à utiliser cette méthode pour collaborer avec les métiers. Le Scrumban de Seinnheiser est également utilisé pour construire un modèle opérationnel numérique (DOM) commun à tous pour le lancement de chaque produit WMAS.

Avec Scrumban, nous n’avons pas dit adieu à l’organisation classique, mais nous avons mis en place des équipes interfonctionnelles qui rassemblent développeurs, responsables commerciaux et opérationnels dans des groupes virtuels, explique Rediger Hein, CIO de Sennheiser (Photo : Sennheiser).

Peu à peu, d’autres unités commerciales ont demandé un backend similaire intégré et exploité par l’informatique. Pour y répondre, l’équipe informatique a mis en place un centre de services partagés, le Digital Shared Service (DSS), en Pologne, qui lui permet de disposer d’un large vivier de compétences nearshore. Les employés de DSS possèdent également une expertise cloud, sont organisés en équipes DevOps et seront responsables à la fois de l’ingénierie et des opérations.

Trois hackathons de données

Ce que nous souhaitons à terme, c’est développer des composants métiers utilisables dans différentes business units pour obtenir une architecture modulaire, insiste le DSI. Et pour lui, le modèle agile aide l’informatique et les entreprises à transformer rapidement les idées en solutions. La DSI a par exemple organisé 3 data hackathons avec des équipes de 12 personnes métiers, développement et informatique. Ils ont développé en quelques jours seulement des produits de données, dont plusieurs ont été déployés, comme la mesure du niveau d’acceptation des produits Sennheiser par leurs utilisateurs, mais aussi un bot d’IA générative, SennAI. Les collaborateurs peuvent par exemple interroger ce bot sur la portée d’une campagne marketing ou les différents formats de contenus disponibles. Pour ces modules, nous avons utilisé les services cloud AI existants, les avons étendus, configurés et adaptés à partir de nos sources internes. Nous n’avons absolument pas eu besoin de développer de logiciel supplémentaire.

Maillage de données et gouvernance des données

Le produit de données SennAI deviendra l’un des composants du maillage de données mis à la disposition de tous, appelé Dataverse. Les employés peuvent s’approprier les données et décider d’en placer une partie dans le maillage de données. Et à l’inverse, ils peuvent extraire des données d’autres produits de données, explique le DSI. Le marketing peut accéder aux données de la chaîne d’approvisionnement et vice versa.

Pour relier les produits de données entre eux dans le cloud de manière standard, Sennheiser prévoit d’utiliser des outils d’éditeurs comme Snowflake ou Databricks dans Azure. Ainsi, tous les composants que nous développons suivent certaines règles précises en termes de technologie et d’API. Seinnheiser construit également une place de marché pour ses produits de données. La gouvernance centrale régule la manière dont les données et les outils d’IA doivent être gérés ou le type de technologies pouvant être utilisées dans les produits. Il comprend un guide pour créer de nouveaux produits de données auquel les propriétaires de données doivent adhérer.

Dernière brique : la consolidation de l’ERP

Enfin, pour que cette stratégie data fonctionne efficacement, l’équipe de l’éditeur Hein a entrepris de consolider la vingtaine d’ERP installés chez Sennheiser depuis 20 ans. Ce projet, baptisé Kopernikus, est le plus important dans notre planification pour les 4 prochaines années, insiste le CIO. Sennheiser souhaite repartir de zéro avec un tout nouvel ERP qui regroupera toutes les solutions satellites. L’objectif est d’avoir un flux continu de données. Le nouvel ERP sera basé sur le Dataverse et interconnectera les produits de données et les solutions analytiques.

Pour Rediger Hein, le jeu en vaut la peine : ce projet nous permettra non seulement de consolider nos nombreux ERP, mais il nous donnera aussi les moyens d’imaginer des business models entièrement nouveaux, résume le CIO. Nous serons en mesure de générer des revenus récurrents, d’optimiser les processus et l’expérience utilisateur et, à terme, devenir une entreprise axée sur les données. Si WMAS est considéré comme un tournant dans l’industrie audio professionnelle, Kopernikus le sera tout autant pour Sennheiser.

Article rédigé par

Jens Dose, IDGNS DE (adapté par E.Delsol)

Partagez cet article

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une immersion sensorielle au service de l’expérience client dans le Luxe et la Beauté
NEXT Android milieu de gamme, IA de pointe