Les développeurs ne choisissent pas les alternatives de paiement d’Apple… parce qu’elles sont encore plus chères

Les développeurs ne choisissent pas les alternatives de paiement d’Apple… parce qu’elles sont encore plus chères
Les développeurs ne choisissent pas les alternatives de paiement d’Apple… parce qu’elles sont encore plus chères

Aux États-Unis, presque aucun développeur ne choisit l’alternative de paiement introduite par Apple dans l’App Store en janvier. Si la commission prélevée par la marque à la pomme est moindre, elle s’avère finalement plus coûteuse pour les applications.

Une nouvelle politique visant à décourager les développeurs ?

Jusqu’à présent, seuls 38 développeurs sur plus de 65 000 ont franchi le pas, a déclaré Apple lors d’une audience devant un juge fédéral. Aucun d’entre eux n’est considéré comme un acteur majeur. Une révélation qui soulève de nombreuses questions sur les nouveaux frais appliqués par l’entreprise suite à son procès contre Epic Games en 2021.

L’affaire a finalement été gagnée par Apple sur neuf des dix chefs d’accusation. La société a seulement été reconnue coupable d’avoir violé la loi californienne sur la concurrence déloyale en limitant la capacité des développeurs à communiquer sur des systèmes de paiement alternatifs, potentiellement moins coûteux. En conséquence, il a introduit une nouvelle politique dans l’App Store pour se conformer à la décision.

Les développeurs peuvent désormais insérer des liens menant vers d’autres moyens de paiement, ce qui, en toute logique, leur permet d’éviter la commission de 30 % facturée par la firme de Cupertino. Cependant, Apple collecte toujours 27 % des achats effectués via ces liens. Couplée aux frais de traitement des paiements, cette pratique est finalement plus coûteuse. Epic Games est rapidement monté au créneau en dénonçant cette nouvelle politique. Spotify, Match Group et Microsoft ont emboîté le pas.

Il me semble que l’objectif était de maintenir le modèle économique et les revenus que vous aviez dans le passé. “, a déclaré la juge Yvonne Gonzalez Rogers, qui supervise depuis près de quatre ans le différend entre Apple et l’éditeur de Fortnite, en s’adressant au vice-président des finances de l’entreprise, Alex Roman. L’audience, rapportée par Bloomberga révélé que la nouvelle taxe de 27 % avait été approuvée par un comité comprenant le PDG Tim Cook et d’autres cadres supérieurs.

Le modèle d’Apple remis en question

Le modèle d’Apple est de plus en plus remis en question. En Europe, l’entreprise a été contrainte de modifier son écosystème et de l’ouvrir à la concurrence pour se conformer au Digital Markets Act (DMA). La Commission européenne lui a également infligé une lourde amende de 1,8 milliard d’euros pour pratiques anticoncurrentielles dans le streaming musical.

Aux Etats-Unis, outre son conflit avec Epic Games, le géant californien a été mis en examen par le ministère de la Justice pour abus de position dominante. Tout ce qui a fait la renommée d’Apple, c’est-à-dire son écosystème fermé, est aujourd’hui menacé par les régulateurs.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la barre de son la plus populaire n’a jamais été aussi bon marché grâce à cette énorme vente
NEXT Ce puissant ordinateur portable de jeu Lenovo (RTX 4070 + i7 14e génération) est aujourd’hui 600 € moins cher