Porter un Apple Vision Pro dans un avion est une expérience sociale

Pour la première fois depuis trois mois, j’ai osé sortir mon Apple Vision Pro lors d’un long voyage. La peur de la honte a prédominé les premières heures, avant de laisser place au plaisir de regarder un film sur écran géant. L’acceptation de la réalité virtuelle prendra du temps.

Depuis le 2 février 2024, je suis propriétaire d’un casque Apple Vision Pro. Un produit que j’ai souvent emporté en voyage, en train ou en avion, mais que je n’ai jamais osé sortir. La peur de la honte, d’être photographié ou moqué par les autres voyageurs a toujours pris le pas sur mon envie de regarder des films sur écran géant.

Le 9 mai, une semaine avant Google I/O, je me suis envolé pour San Francisco. Un vol de 12 heures, sur lequel je me suis promis de tenter l’expérience. J’ai téléchargé la veille plusieurs épisodes de séries sur Apple TV+ et Disney+, pour pouvoir les regarder sans réseau. J’ai également pris place côté hublot, entre deux rangées, pour être plus discret. Alors comment c’était?

La sortie de l’Apple Vision Pro attire l’attention

Durant les deux premières heures de vol, j’ai longtemps hésité à sortir le casque. J’ai d’abord attendu que le premier repas soit servi et que les passagers commencent à regarder des films pour pouvoir le faire discrètement, sans avoir l’air de vouloir me faire remarquer. Oui, je suis conscient que cette « pudeur » est propre à chacun, d’autres n’hésiteraient pas.

type="image/avif"> type="image/webp">>>
Comme dans la publicité Apple, des icônes et des films apparaissent au milieu de la vision. // Source : Numérama

Tout d’abord, j’ai sorti mon ordinateur pour commencer à travailler. J’ai alors décidé de sortir le casque de sa grande boite de protection, ce qui sans surprise n’est pas passé inaperçu. Mon voisin de droite, qui ne souriait pas une seule fois, semblait me dévisager pendant cette phase de préparation.

Une fois l’Apple Vision Pro sur la tête, j’ai d’abord dû activer le « Mode Voyage », qui permet à une image de rester statique malgré le mouvement de l’avion. Premier constat : l’image n’est pas extrêmement stable dans l’obscurité. J’ai dû ouvrir très légèrement le hublot pour laisser entrer un peu de lumière dans la cabine, afin d’éviter de faire exploser l’image devant moi. En mode normal, ce problème n’existe pas. C’est vraiment le mode de déplacement qui a du mal à se stabiliser.

type="image/avif"> type="image/webp">>>Attention à ne pas regarder à gauche ou à droite en mode voyage, le casque bugue.
Attention à ne pas regarder à gauche ou à droite en mode voyage, le casque bugue. // Source : Numérama

Travailler et regarder une série : un vrai plaisir en avion

Première utilisation du Vision Pro en avion : travailler sur Mac. C’est assez agréable d’utiliser son MacBook, écran éteint, avec une surface de 70 pouces devant les yeux. J’avais l’impression que les gens autour de moi me regardaient étrangement, se demandant si je tapais dans le vide, mais le réconfort était bel et bien là. J’ai écrit deux articles dans cette configuration avec une connexion ultra-stable entre le Mac et le Vision Pro (via Wi-Fi Direct). Seul regret : on n’entend toujours pas le son du Mac avec le casque (vivement visionOS 2). J’ai dû connecter les AirPod au Mac, sinon je n’entendrais pas le son des écouteurs.

Ensuite, j’ai retiré le Mac pour utiliser uniquement le Vision Pro, que j’ai connecté au Wi-Fi de l’avion. Autre utilisation amusante : regarder la télévision en direct, en l’occurrence Secret Story (oui, j’imagine). J’ai ensuite regardé un épisode de Franklin, la série que j’avais téléchargée la veille sur Apple TV+. Le mode cinéma, qui permet de se téléporter dans une pièce sombre, est incroyable. Vous oubliez complètement que vous êtes dans un avion, ce qui donne l’impression que le temps passe plus vite. J’ai enchaîné avec un épisode de Et si sur Disney+, me téléportant au sommet de la Avengers Tower à New York. Là aussi, c’est vraiment sympa.

type="image/avif"> type="image/webp">Je me suis souvent senti gêné par mon apparence. Qu'en pensent mes voisins ? // Source</a> : Numérama>>Je me suis souvent senti gêné par mon apparence. Qu'en pensent mes voisins ? // Source</a> : Numérama
Pour le son, j’ai utilisé des AirPods, pour être vraiment isolé. // Source : Numérama

Cependant, j’ai remarqué un comportement surprenant : des contenus téléchargés localement sur Apple TV+, comme Franklin, sont en 1080p. Quelle erreur d’Apple, qui rend visibles les pixels sur les écrans des casques. En streaming, la qualité 4K du contenu Apple TV+ est absolument parfaite avec le Vision Pro. Et le réseau Wi-Fi de l’avion est évidemment trop lent pour le streaming 4K Dolby Vision.

A la fin du vol, j’ai regardé un match de football en direct avec monCANAL. Le petit écran sur le siège devant moi est éclipsé par l’écran géant de 90 pouces au milieu de ma vision, avec en prime des statistiques flottantes. Je ne me vois pas y retourner après avoir profité de cette expérience visuelle.

type="image/avif"> type="image/webp">DRM oblige, impossible de vous montrer ce que je regardais sur Canal+. Mais un match de football en direct, avec les statistiques flottant à droite, est plutôt cool.>>DRM oblige, impossible de vous montrer ce que je regardais sur Canal+. Mais un match de football en direct, avec les statistiques flottant à droite, est plutôt cool.
DRM oblige, impossible de vous montrer ce que je regardais sur Canal+. Mais un match de football en direct, avec les statistiques flottant à droite, est plutôt cool. // Source : Numérama

Et puis les gens m’ont posé des questions

Pendant mon match de foot, l’hôtesse de l’air est venue me voir. Elle a d’abord commencé à me dévisager, s’arrêtant devant moi, avant que je fasse un signe pour indiquer que je la voyais. Elle m’a dit qu’elle se demandait pendant tout le vol si j’étais dans une réalité virtuelle ou si je voyais le monde, ce qui l’a incitée à ne pas me déranger. Mes voisins de derrière, lorsqu’ils ont entendu cette conversation, m’ont également posé des questions sur le casque.

Comme souvent ces trois derniers mois, je me suis transformé en manifestant. J’ai fait quelques démonstrations à l’hôtesse et à deux passagers, qui voulaient voir ce que nous ressentions avec le casque. Tous les trois m’ont dit qu’ils trouvaient ça vraiment cool, même si d’autres m’ont regardé du regard pendant cette partie démo.

type="image/avif"> type="image/webp">Avec un environnement virtuel, vous pouvez avoir l'impression d'être à la montagne lorsque vous regardez devant vous, tout en voyant la fenêtre et vos voisins sur les côtés. C'est particulier. // Source</a> : Numérama>>Avec un environnement virtuel, vous pouvez avoir l'impression d'être à la montagne lorsque vous regardez devant vous, tout en voyant la fenêtre et vos voisins sur les côtés. C'est particulier. // Source</a> : Numérama
Avec un environnement virtuel, vous pouvez avoir l’impression d’être à la montagne lorsque vous regardez devant vous, tout en voyant la fenêtre et vos voisins sur les côtés. C’est particulier. // Source : Numérama

Bilan final : un joli casse-tête, mais un vol qui passe vite

Sur un vol de 12 heures, j’ai probablement porté le casque entre cinq et six heures, avec une seule pause entre de longues utilisations. J’ai réajusté l’élastique plusieurs fois, car la pression du casque sur mon front était trop douloureuse. Je ne cesse de le répéter depuis des mois : le principal défaut du Vision Pro est son poids, le reste est largement contrôlé par Apple.

Lors de l’atterrissage, le personnel d’Air France m’a demandé de ranger le casque. J’ai alors remarqué l’apparition d’un mal de tête croissant, probablement dû à une fatigue musculaire au niveau des yeux, sans négliger l’impact des 700 grammes de pression permanente sur ma tête. Le corps humain n’est pas fait pour ça.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs. Ce contenu est fourni par YouTube.
Pour pouvoir le visualiser, vous devez accepter l’utilisation faite par YouTube de vos données qui pourront être utilisées aux fins suivantes : vous permettre de visualiser et de partager du contenu avec les réseaux sociaux, promouvoir le développement et l’amélioration des produits de Humanoid et de ses partenaires, vous afficher des publicités personnalisées en fonction de votre profil et de votre activité, définir un profil publicitaire personnalisé, mesurer les performances des publicités et des contenus de ce site et mesurer l’audience de ce site (en savoir plus)

j’accepte tout

Gérer mes choix

Et la batterie filaire, considérée à tort comme l’un des défauts du casque ? Son autonomie est de 2 à 3 heures, mais je l’ai laissé branché sur la prise de l’avion pendant tout le vol. Bref, ce n’était pas du tout un problème.

Résumé de l’expérience : l’Apple Vision Pro est un moyen agréable de s’occuper dans un avion, aussi bien pour le travail que pour les loisirs. Je l’utiliserai à mon retour, malgré ma peur d’être regardé par les autres, en espérant que les futures versions seront plus discrètes et mieux acceptées dans les transports en commun (la boite occupe 80% de mon sac à dos). Meta, avec ses casques VR plus abordables et bientôt adaptés aux avions, pourrait également contribuer à l’acceptabilité de ces cinémas portables.


Abonnez-vous à Numerama sur Google Actualités pour ne manquer aucune actualité !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ne faites pas cela pour nettoyer vos écrans. – .
NEXT Très demandée en ce moment, la tablette Samsung Galaxy Tab A9 voit son prix s’effondrer aujourd’hui