En Australie, extraire le venin d’animaux marins pour sauver des vies

En Australie, extraire le venin d’animaux marins pour sauver des vies
En Australie, extraire le venin d’animaux marins pour sauver des vies

La minuscule méduse irukandji, endémique du nord de l’Australie, est redoutable : une simple piqûre provoque une douleur insupportable mais son venin peut sauver des vies.

Jamie Seymour a déjà été piqué onze fois. Ce professeur de toxicologie à l’université James Cook du Queensland, dans le nord-est de l’Australie, étudie les animaux marins les plus dangereux du monde pour comprendre comment ils peuvent contribuer à la fabrication d’un sérum antivenin.

Dans son hangar, des dizaines de méduses irukandji, certaines pas plus grosses qu’une graine de sésame, flottent dans des bassins.

Dans un autre bassin nage un poisson-pierre, le poisson le plus venimeux du monde. Ses épines très dures transpercent la peau et la douleur est telle qu’elle peut entraîner une perte de conscience, voire la mort.

M. Seymour lui-même fait partie des personnes qui ont survécu à l’une de ses piqûres.

Dans son hangar, le biologiste signale d’autres espèces mortelles, dont une méduse-boîte capable de tuer un être humain en 10 minutes.

“L’Australie est sans aucun doute le continent le plus venimeux au monde”, a déclaré à l’AFP M. Seymour, même si les décès sont rares.

Processus délicat

Selon les dernières données disponibles, entre 2001 et 2017, il y a eu 32 décès liés aux animaux par an en Australie, la plupart attribués aux chevaux ou aux vaches.

Depuis 1883, la méduse irukandji a causé deux décès, contre 69 pour la méduse-boîte.

« Il y a entre 3 000 et 5 000 décès par an en Australie à cause de la drogue, de l’alcool et des accidents de voiture. La probabilité d’être piqué par un animal en Australie – ou mordu – est donc de l’ordre du raisonnable », souligne M. Seymour.

Son installation est la seule à extraire le venin de ces animaux marins mortels et à le transformer en antivenin. Le processus est cependant délicat.

Pour la méduse-boîte, les chercheurs retirent les tentacules, les lyophilisent et récupèrent le venin une fois solidifié.

Il n’existe pas d’antivenin pour la méduse irukandji.

Pour le poisson-pierre, une méthode consiste à insérer une seringue dans les glandes à venin du poisson et à extraire quelques millilitres du liquide mortel. Une fois que les chercheurs en ont collecté suffisamment, ils envoient le venin à un laboratoire qui le transforme en antivenin.

Ensuite, « une petite quantité de ce venin est injectée pendant six mois à un animal, comme un cheval, qui produit des anticorps naturels ».

Le plasma de l’animal est ensuite collecté et les anticorps extraits, purifiés et réduits en antivenin pour l’homme.

Ces substances sont ensuite expédiées vers des hôpitaux d’Australie et de certaines îles du Pacifique, où elles peuvent être administrées en cas de piqûre ou de morsure.

« Nous disposons de certains des meilleurs antivenins au monde, cela ne fait aucun doute. Le temps et les efforts consacrés à leur production nous distinguent de la plupart des autres pays », déclare M. Seymour.

Changement climatique

Selon les scientifiques, le changement climatique pourrait augmenter les risques de piqûres.

Il y a une soixantaine d’années, la période connue des piqûres de méduses irukandji s’étendait de novembre à décembre.

Aujourd’hui, la hausse des températures des océans se prolonge jusqu’en mars, poussant également ces méduses mortelles plus au sud.

Les étudiants de Seymour ont découvert que les changements de température peuvent également modifier la toxicité du venin.

« Par exemple, si je prépare un antivenin pour un animal à 20 degrés et que je me fais mordre par un animal qui vit à l’état sauvage à 30 degrés, cet antivenin ne fonctionnera pas », explique-t-il.

Le venin des créatures piqueuses pourrait même être utilisé pour traiter une myriade d’autres problèmes de santé, notamment la polyarthrite rhumatoïde.

Ce domaine de recherche reste largement sous-financé.

« Quand vous pensez au venin, vous le considérez comme une ratatouille. Il comporte tout un tas de composants différents », a déclaré M. Seymour. “Ce que nous essayons de faire, c’est de séparer ces éléments et de comprendre ce qui se passe.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Téléchargez PikaVue Video AI pour Windows, Mac, iOS, Android – .
NEXT Cette chaise que vous avez tous à la maison est considérée comme une icône du design