la collaboration qui redonne vie à une icône

Par Aurore de Granier8 mai 2024

Horlogerie

La bonne nouvelle

Montre emblématique des années 80, obsession des collectionneurs, la Tag Heuer Formula 1 se dévoile sous un nouveau jour à travers une collaboration unissant l’horloger suisse et la marque lifestyle Kith.

Cette montre est entrée depuis longtemps dans les annales de l’horlogerie. Obsession des collectionneurs du monde entier, la TAG Heuer Formula 1 fait des vagues depuis sa sortie il y a quelque trente-huit ans, en 1986. Premier garde-temps à porter le nom de la marque, une révolution dans l’industrie suisse qui dépasse le quartz mais également un design à l’irrévérence affirmée, la Formule 1 marque un tournant pour l’horlogerie suisse que les passionnés ont bien compris. Parmi ses fans de toujours, Ronnie Fieg, fondateur de la marque lifestyle Kith, réinvente aujourd’hui ce phénix horloger à l’ADN résolument disruptif.


A lire aussi : Le Japon, l’autre pays des montres


Retour aux années 80

Les années 1980 marquent une période sombre dans l’histoire de l’horlogerie suisse. La montre mécanique perd pied, étant de plus en plus dépassée par le quartz, venu du Japon et qui conquiert le cœur du marché à une vitesse fulgurante. Un mouvement de panique dont certaines maisons horlogères ancestrales décident de profiter. TAG Heuer fait partie de ces têtes brûlées.

TAG Heuer

En 1986, la maison créée par Edouard Heuer en 1860 renaît sous le nom que l’on connaît aujourd’hui, en étant rachetée par le spécialiste des composants de voitures de course, TAG (Techniques d’Avant Garde). Pour la première fois, le nom TAG Heuer apparaît sur un cadran. Cette renaissance s’effectue en grande pompe, accompagnée de la sortie la même année d’un modèle qui restera dans l’histoire : la Formule 1.

L’union entre l’horlogerie et le sport automobile est sacrée par cette pièce marquante qui devient immédiatement l’objet de toutes les attentions. Ce qui rendait la Formule 1 si spéciale, c’était avant tout l’utilisation de la couleur. Quand on imagine quelqu’un acheter une montre dans les années 80, c’est une mer de gris, de noir, de blanc et d’argent qui l’attendait. Et soudain apparaît un arc-en-ciel de couleurs, un objet qui permet à la jeune génération de s’exprimer et de faire partie d’un mouvement culturel alors présent dans l’art, la mode, le cinéma et la musique. A l’heure où la nostalgie est omniprésente, je peux déjà dire que cette nouvelle collection sera très convoitée » confie Nicholas Biebuyck, directeur patrimoine de la marque.

TAG Heuer

TAG Heuer

Au fil des années, ce garde-temps est devenu une véritable icône culturelle. Vendue à quelque 3 millions d’exemplaires dans sa version classique, sa notoriété ne fait que croître grâce aux collaborations unissant TAG Heuer aux plus grands pilotes de F1. Irrévérencieuse, la Formule 1 dépoussière le secteur avec Kärcher, attirant une nouvelle clientèle. En effet, si les aficionados saisissent l’importance historique de l’objet dans l’histoire horlogère, de nombreux néophytes sont entrés dans le monde de cette industrie suisse grâce à lui, dont l’Américain Ronnie Fieg, fondateur de la marque de vêtements Kith.

Réinventer l’icône TAG Heuer

En 2024, TAG Heuer confie à Kith le soin de remettre au goût du jour le design de ce grand classique. Il y a deux ans, nous avons entamé une collaboration avec le designer Ronnie Fieg, fan de longue date de Formule 1. C’est sa première montre – le modèle rouge et noir – qui a fait de lui un collectionneur. qu’il est devenu. Il était évident que son amour pour le modèle allait déboucher sur une belle collaboration”

TAG HeuerTAG Heuer

TAG Heuer

TAG Heuer et Kith unissent leurs forces pour réinventer cette légende du passé toujours aussi d’actualité, trouvant l’équilibre parfait entre nostalgie des années 80 et design contemporain. Les codes de la Formule 1 originale sont retranscrits et son cadran de 35 mm de diamètre conserve son esthétique d’origine. «Nous sommes partis à la recherche du moule original du premier fabricant en Suisse», précise Nicholas Biebuyck. Les aiguilles conservent leur forme, celle des heures étant ornée d’un cercle affichant trois triangles.

Mais Ronnie Fieg prend aussi des libertés. Dites adieu au bracelet en plastique et place à un modèle en caoutchouc ou en acier inoxydable. Le verre du cadran passe de la glace plastique à la glace saphir, mêlant l’esthétique d’hier aux codes d’aujourd’hui. Quant au logo, il est également revisité. À 12 heures, on lit « Kith Heuer », tandis qu’à 6 heures, le mantra familial de Ronnie Field : « Seulement nous » (comprenez « nous seulement »), confère au modèle un caractère encore plus exclusif.

10 garde-temps à collectionner

Le retour de la Formule 1 s’effectue en grande pompe. Au total, ce sont dix nouveaux modèles aux couleurs vibrantes, affichés en rouge course ; noir et jaune; vert, jaune et rouge – en référence à l’édition limitée des années 1980 en partenariat avec le pilote de F1 japonais Ukyo Katayama – crème ; et noir mat. Limités à 250 pièces, ces cinq modèles sont complétés par deux garde-temps dont le bracelet est en acier et la lunette disponible en bleu ou vert.

TAG HeuerTAG Heuer

TAG Heuer

A ces sept pièces s’ajoute celle de la résistance, référence directe au modèle emblématique de 1986. Bracelet en acier, lunette noire, éléments de design contrastant avec le rouge racing et cadran coquille d’oeuf, ce modèle sera vendu par Kith et TAG Heuer. Les deux derniers modèles arborent un cadran noir et des couleurs vives. Une renaissance très attendue dévoilée à Miami lors du Grand Prix de Formule 1, ce vendredi 3 mai et déjà disponible.

Montre Formule 1 de TAG Heuer x Kith, 1 500 francs suisses (un peu plus de 1 500 €), également disponible dans un coffret contenant les dix pièces et limité à 75 pièces, 18 000 francs suisses (18 400 €). Plus d’informations ici.


A lire aussi : Mouvement automatique, complexe ou quartz : comment choisir sa montre idéale ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le prix de l’iPad le moins cher baisse à nouveau
NEXT Le secteur de la technologie continue d’être tiré par l’intelligence artificielle