Comment la présence de manganèse sur Mars suggère-t-elle des parallèles fascinants avec notre propre planète ? – .

Cette nouvelle découverte suggère que ces minéraux ont été déposés par d’anciennes masses d’eau, comme des rivières, des deltas ou des lacs, selon une nouvelle étude.
Joana Campos Le Portugal météorisé 05/06/2024 18h00 4 minutes

Patrick Gasda, du groupe Sciences et applications spatiales du Laboratoire national de Los Alamos et auteur principal de l’étude qui a rendu publique la découverte du manganèse – un élément chimique de symbole Mn, de numéro atomique 25 et de masse atomique 55 u, solide à température ambiante – sur Mars, explique qu’il est très difficile que l’oxyde de cet élément chimique se forme à la surface de Mars et que l’équipe ne s’attendait donc pas à en trouver en concentrations aussi élevées dans un gisement côtier.

« Sur Terre, ces types de dépôts se produisent constamment en raison de la teneur élevée en oxygène de notre atmosphère, produite par la vie photosynthétique et les microbes qui aident à catalyser les réactions d’oxydation du manganèse. »

Patrick Gasda.

Quant à Mars, nous n’avons aucune preuve que la vie existe ou ait jamais existé là-bas, et le mécanisme de production d’oxygène dans l’ancienne atmosphère martienne est également flou, la façon dont l’oxyde de manganèse s’y forme et s’y concentre est donc vraiment intrigante. Ces résultats indiquent que des processus plus importants se déroulent dans l’atmosphère martienne ou dans les eaux de surface. et montrent qu’il reste beaucoup à faire pour comprendre l’oxydation sur la planète rouge.

Le processus de découverte

Développé par Los Alamos et le CNES (l’agence spatiale française)ChemCam utilise un laser pour vaporiser les surfaces rocheuses et analyser la composition élémentaire du plasma résultant.

Maladie de la « joue giflée » : les cas augmentent au printemps, mais qu’est-ce que c’est ?

Maladie de la « joue giflée » : les cas augmentent au printemps, mais qu'est-ce que c'est ?

L’équipe a étudié une variété de sédiments dans le cratère, notamment des sables, des limons et des boues. Ils ont remarqué que les sédiments sableux plus poreux permettaient aux eaux souterraines de s’écouler plus facilement que les boues plus fines qui dominent les lits des lacs.

Ils ont étudié comment un enrichissement en manganèse pourrait se produire dans ces sables, éventuellement par le mouvement des eaux souterraines à proximité d’un lac ou d’un delta, et quels oxydants pourraient être impliqués dans la précipitation du manganèse dans ces roches.

ID de la vidéo YouTube = oayVInNUq8w

Sur Terre, le manganèse est souvent concentré par l’oxygène atmosphérique, un processus souvent accéléré par l’activité microbienne. Les microbes utilisent les différents états d’oxydation du manganèse pour obtenir de l’énergie. Si Mars abritait autrefois la vie, la forte teneur en manganèse de ces roches lacustres aurait pu fournir une Source d’énergie cruciale.

Alerte : le CO2 atmosphérique augmente la durée de vie des virus !

Alerte : le CO2 atmosphérique augmente la durée de vie des virus !

L’environnement du lac Gale, tel que révélé par ces roches anciennes, nous donne une fenêtre sur un environnement habitable qui ressemble étonnamment aux endroits que l’on trouve sur Terre aujourd’hui.

Référence de l’article :
Gasda P., Lanza N., Meslin P. et al. Grès riches en manganèse comme indicateur des anciennes conditions de l’eau du lac Oxic dans le cratère Gale, Mars. Planètes JGR (2024).

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le premier samouraï noir fait débat dans le jeu vidéo « Assassin’s Creed : Shadows »
NEXT Toujours moins de 800 euros ce mercredi ? Le Google Pixel 8 Pro 5G dans une offre folle