Test Yale Connected Safe : de bonnes idées, mais on en attendait encore plus

Test Yale Connected Safe : de bonnes idées, mais on en attendait encore plus
Test Yale Connected Safe : de bonnes idées, mais on en attendait encore plus

Le volume intérieur du coffre permet d’y glisser facilement bijoux, montres, papiers importants, etc. Il est organisé avec une étagère que nous n’avons pas pu retirer. Non seulement c’est étrange, mais cela pourrait déranger certains utilisateurs. Une petite LED blanche est présente dans l’épaisseur de la porte. Il éclaire l’intérieur du coffre, ou du moins essaie de le faire, car il n’est vraiment pas puissant. Le clavier est facile à utiliser. Des touches rétroéclairées auraient certainement été un plus. Un voyant vert et un bip confirment la prise en charge. Si un code erroné est saisi, un bip différent retentit et une LED rouge s’allume.

Après cinq tentatives, le clavier devient inopérant et un bip retentit. La marque suggère une alarme, mais ne vous attendez pas à une sirène retentissant à 120 dB. Parallèlement, une notification est envoyée au smartphone. Pour autoriser à nouveau l’utilisation du clavier, vous devez ouvrir le coffre depuis l’application, utiliser la touche ou attendre 5 minutes.

Vous nous direz certainement que nous n’avons pas encore abordé ce qui peut paraître le plus important pour un coffre-fort : sa capacité à résister aux attaques d’un cambrioleur. Il existe deux types de normes. Les premiers correspondent au montant assurable des biens contenus dans un coffre-fort : de S1 (- 1 500 €) à C6 (300 000 €). Ces derniers reposent sur la résistance à l’effraction. Il existe des normes européennes, mais aussi en parallèle une normalisation française, A2P, qui se base sur le temps de résistance à une tentative d’effraction (de 5 à 15 minutes). Certains coffres indiquent également leur capacité à protéger leur contenu du feu.

Et notre Yale Connected Safe, alors ? Rien n’est marqué de la marque, comme on peut s’y attendre pour un coffre-fort classique. Comme pour tous les produits connectés, se pose également la question de la sécurité des données transitant par l’application, notamment les codes d’ouverture.

Facilité

Si pour notre test, nous n’avons pas fixé le coffre au mur ou au sol, il faut bien entendu le faire de votre côté. En effet, ce produit perdrait autrement une grande partie de son utilité, car rien n’empêcherait une personne malveillante de repartir avec lui sous le bras et de prendre ensuite sereinement son temps pour le forcer. Si les boulons et surtout les chevilles ne conviennent pas au matériau de votre mur ou sol, n’hésitez pas à les changer. L’idéal reste les systèmes de fixation chimique. Quant à l’emplacement, il doit être discret : fixé au sol dans un placard par exemple. Pour la pièce, c’est à vous de décider en fonction de vos usages. Le bureau et la chambre sont généralement les pièces prioritairement ciblées par les cambrioleurs, mais, s’ils ont le temps, ils scruteront malheureusement toute la maison.

La question de l’installation physique ayant été résolue, il faut procéder à la configuration dans l’application. Une fois le coffre ouvert avec la clé, on glisse les quatre piles fournies dans un boitier intégré au dos de la porte. Sur notre smartphone, nous installons l’application Yale Home et créons un compte utilisateur. Avant d’aller plus loin, nous installons la passerelle selon un procédé classique commençant par prendre en photo le QR code au dos du carré en plastique à brancher sur une prise secteur. L’opération ne s’est pas déroulée sans embûches. Cela a échoué plusieurs fois sur notre iPhone et finalement nous l’avons complété en utilisant un smartphone Android. Pour le coffre-fort, cela démarre de la même manière et très rapidement la communication s’établit via Bluetooth. On fait ensuite de même entre le coffre et la passerelle. De manière assez classique, l’application Yale Home pense en termes de pièces et vous devez donc indiquer dans quelle pièce est placé le coffre : soit dans une pièce dans laquelle se trouvent d’autres produits de la marque, soit dans une nouvelle pièce.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV James-Webb révèle des images « si détaillées » de cette nébuleuse mythique « qu’il faudra des années pour les analyser »
NEXT Bluesky comble sa plus grande lacune avec le support DM