L’AFCDP présente la 11ème édition de son Baromètre trimestriel

L’AFCDP présente la 11ème édition de son Baromètre trimestriel
L’AFCDP présente la 11ème édition de son Baromètre trimestriel

« L’AFCDP étant au plus près des préoccupations quotidiennes des OPH, l’association propose avec ce Baromètre de prendre du recul sur 3 questions clés par trimestre : le sentiment de l’évolution de la conformité des organisations, une question technique et une actualité problème. Avec 280 répondants, nous sommes heureux de partager à nouveau ces résultats et d’étudier leur évolution. », commente Paul-Olivier Gibert, président de l’AFCDP.

Avez-vous confiance dans la protection des données privées au sein de vos organisations ?

Le sentiment des DPO d’être au sein d’une organisation en conformité en matière de protection des données personnelles continue de croître (46% des répondants contre 44% en février 2024). Sur ce premier trimestre, les réglementations actuelles (DMA, DSA, DA, DPF, Cookies Wall, etc.) semblent moins perturbatrices dans les stratégies de protection des données personnelles mises en place (16% en avril et février 2024 contre 20% des sondés en octobre). 2023).

« Il semble qu’une grande partie des DPO se sentent écoutées et disposent de suffisamment d’agilité dans leur organisation pour s’adapter aux différentes problématiques de conformité. Ces problématiques évoluent avec les différentes réglementations adoptées et l’accélération de l’usage de technologies comme l’IA Générative. Le fait que la protection des données personnelles devienne progressivement un sujet de société avec une prise de conscience plus générale des enjeux, contribue sûrement à une meilleure prise en compte des recommandations des DPO. Les DPO devraient désormais être davantage impliqués en amont de tous les projets comportant du traitement de données. » déclare Paul-Olivier Gibert, président de l’AFCDP.

Pensez-vous qu’il existe des problèmes de protection des données personnelles pour votre organisation liés aux Jeux Olympiques ?

L’AFCDP constate que les Jeux olympiques de Paris 2024 ne semblent pas avoir d’impact direct sur les OPH, sauf au prisme du risque accru de cyberattaques en cette période où la France est au centre de toutes les attentions au niveau mondial.

« Après avoir suivi les décisions autour de la vidéosurveillance algorithmique et/ou basée sur l’intelligence artificielle, nous pensons que les DPO doivent rester en veille autour des traitements exceptionnels de données personnelles qui peuvent donner lieu à court terme à des événements d’une telle ampleur. et/ou à moyen terme. », commente Paul-Olivier Gibert.

Loi IA et conformité : serez-vous impactés ?

La majorité des professionnels de la protection des données personnelles (52% + 27% = 79%) se sentent déjà concernés par le Règlement européen concernant l’Intelligence Artificielle (« AI Act ») définitivement adopté le 23 avril, et les obligations de conformité d’ici une entrée en vigueur en 2025. L’objectif de ce règlement étant de garantir que toute IA mise sur le marché est conforme au droit européen, les DPO doivent anticiper la mise en conformité dès maintenant des systèmes d’IA conçus et/ou utilisés par leur organisation.

« Que ce soit en raison d’un déploiement interne de solutions utilisant l’IA, ou en raison d’usages individuels (voir ChatGPT ou autre), tout projet lié directement ou indirectement à l’IA doit impliquer le DPO. En effet, sa capacité à traiter d’énormes quantités de données permet à l’IA de potentiellement accéder, analyser et utiliser des données personnelles voire des informations sensibles sur les individus. Ce qui pose donc des questions sur la confidentialité et la sécurité de ces données personnelles, mais également sur leurs utilisations conformes au RGPD. » rappelle Paul-Olivier Gibert.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Bon plan – Le boîtier Panasonic Lumix S5 II « 5 étoiles » à 1 699,00 € (-13%)
NEXT Neil Druckmann entend « redéfinir la perception dominante des jeux vidéo » – Actualités – .