Fabio Di Giannantonio devrait servir d’exemple

C’est désormais officiel : « Diggia » pilotera l’année prochaine une Ducati Desmosedici GP25 au sein de la structure de Valentino Rossi, alors qu’il avait une offre de Pramac Yamaha sur la table. Depuis la fin de l’année dernière, Fabio Di Giannantonio est devenu un exemple, un véritable modèle qui pourrait bien être récompensé par d’énormes résultats dans peu de temps. Analyse.

Passion Italie

Fabio Di Giannantonio est la définition même d’un conducteur intelligentEt là, c’est un choix intelligent. Son renouvellement avec Ducati VR46 est tout à fait logique, pertinent et ambitieux. Personnellement, j’aime quand les pilotes se donnent la possibilité de jouer la victoire, qu’ils provoquent eux-mêmes leur destin. Au lieu de se vendre à l’argent, l’Italien préfère son ambition, car son objectif ultime sera bientôt accompli : celui de profiter d’une machine d’usine.

Depuis le début de l’année, il ne s’est rien refusé, pas même les rêves.. Il disait explicitement, parfois après des performances moyennes, qu’il avait bien l’intention de devenir pilote d’usine. A l’époque de l’imbroglio Jorge Martin, il avait lui-même invoqué son propre nom dans la conversation, ce qui avait fait rire plus d’un. Maintenant, plus personne ne ritDi Giannantonio aura le seul GP25 non officiel dans une équipe aguerrie, habituée à la victoire et aux plus hautes sphères de notre sport. Il a tout gagné, et a sans doute compris qu’il faut toujours avoir la moto la plus puissante du moment, afin de constamment prouver sa valeur. C’est la clé de la longévité en MotoGP, surtout si l’on n’a pas peur de croire en soi. Beaucoup feraient bien de s’en inspirer.

Di Giannantonio s’est d’ailleurs blessé au Sachsenring. Photo : Michelin Motorsport

Je voulais revenir brièvement sur l’état d’esprit de ce pilote. C’est fou, quand on y pense. Il y a un an, nous l’envoyions tous unanimement en Superbike. En quelques mois, il a su prouver sa valeur au monde entier avec des performances de très haut niveau. Et aujourd’hui, il se dit prêt à relever le défi imposé par le GP25 et la lourde responsabilité que cela implique. Demain, peut-être rêvera-t-il d’être candidat au guidon officiel de Ducati ;
les imbéciles seront ceux qui se moqueront de cette conception.

C’est un exemple de passion (au premier sens du terme, qui inclut le sacrifice, la douleur). Di Giannantonio fait de son mieux pour parfaire son art, quitte à se retrouver en territoire psychologique hostile comme ce fut le cas en 2022, où un pilote au talent naturel immense l’a écrasé dans le box Gresini. Il n’a pas le panache de Marquez, la personnalité et la vitesse de Lorenzo, ni le talent de Stoner, mais Di Giannantonio a tout ce dont un héros a besoin..

Ça va marcher

Si tout se passe bien pour lui, je suis convaincu que cette association fonctionnera. En 2024, il s’est révélé comme l’un des meilleurs pilotes de la Ducati GP23, parfois au niveau de
Marc MarquezTrès régulier dans ses performances, il n’a connu son premier abandon qu’au Sachsenring, et encore une fois, à cause d’un mystérieux problème technique.

Marco Bezzecchi, dont on s’attendait à ce qu’il soit beaucoup plus fort, est très souvent en retrait. Photo : Michelin Motorsport

Il y a plusieurs paramètres dont on peut douter lorsqu’on étudie un pilote, mais les deux que je vais citer me permettent d’affirmer que « Diggia » réussira. Tout d’abord, je sais qu’il n’abandonnera pas, et qu’il courra le plus intelligemment possible, avec passion. Deuxièmement, je sais qu’il sera performant si la machine lui convient car il a montré fin 2023 qu’il était parfaitement mortel au guidon.. Quand tout va pour lui – comme ce fut le cas au Qatar ou à Valence – il est quasiment imbattable, toujours extrêmement propre dans ses dépassements.

Il aura l’avantage d’avoir, j’imagine, une très bonne machine, et, qui plus est, il sera le seul d’une équipe privée à en bénéficier. Donc, si cela lui convient, il sera en mesure de faire un bond sensationnel dans la hiérarchie Ducati, en l’absence des deux Pramac et de Marc Marquez chez Gresini.
Pourrait-il être un outsider régulier de la victoire comme Johann Zarco en son temps ? Ou même, plus encore, une sorte de Jorge Martin ? Humblement, je pense qu’il a ce potentiel en lui, et il y croit fermement.

Ce ne sont que des suppositions, car la saison est encore longue. J’aurai l’occasion de revenir avec des pronostics plus précis en début d’année prochaine, bien sûr, mais je pense qu’il faut parler de ces profils discrets. Les pilotes comme lui ne paient pas grand-chose, je l’admets, mais ils sont des modèles très respectables auxquels tous les jeunes peuvent (devraient ?) s’identifier..

Que pensez-vous de ce pilote ? Dites-moi dans les commentaires!

Pour rappel, cet article ne reflète que la pensée de son auteur, et non celle de l’ensemble de l’équipe éditoriale.

Di Giannantonio est discret, mais il est tellement fort. Photo : Michelin Motorsport

Photo : Michelin Motorsport

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV tout sur l’assemblée générale annuelle de la FRMT – .
NEXT Pepe vers un retour incroyable ? – .