Julian Nagelsmann au public allemand : « S’il vous plaît, soyez bruyant »

Julian Nagelsmann au public allemand : « S’il vous plaît, soyez bruyant »
Julian Nagelsmann au public allemand : « S’il vous plaît, soyez bruyant »

« Quel est votre état d’esprit à la veille de vos débuts dans le tournoi ?
Nous voulons gagner ce match d’ouverture. Je veux que l’équipe ait confiance en elle, qu’elle fasse des choses ensemble. On a fait de bonnes séances, on a fait preuve de caractère lors de nos deux matches de préparation. Nous avons battu la Grèce, fait match nul contre l’Ukraine, mais c’était important de montrer à chaque fois que nous voulions gagner, que nous avions confiance en nous. C’est ce que nous devons montrer demain pour avoir le pays derrière nous. Nous devons profiter d’être à la maison. S’il vous plaît, soyez bruyant demain.

À quel type de confrontation vous attendez-vous ?
L’Écosse a une très bonne équipe, avec quatre ou cinq joueurs importants. C’est un entraînement physique, agressif, qui fait beaucoup de courses. Ils n’ont pas de grandes stars mais c’est une équipe très dangereuse, avec une mentalité « écossaise ». Elle sait donner des coups de pied et se précipiter, mais elle est également capable de développer un bon football. Ils auront moins de pression sur nous. Ils tenteront sans doute d’en tirer parti.

L’Allemagne n’a pas très bien performé lors de ses derniers tournois internationaux. Est-ce que cela ajoute une forme de pression sur vous ?
Cela ne sert à rien de parler du passé. Ce qui compte, c’est où nous voulons aller. Nous voulons avoir plus de succès que la dernière fois. Il est important de bien démarrer demain. C’est normal de ressentir un peu de pression avant un tel match, avant un tel tournoi. Mais c’est un privilège. Nous sommes capables de vaincre cette pression et de battre l’Écosse.

Manuel Neuer a été critiqué après son erreur contre la Grèce. Pourquoi avoir choisi de le renforcer ?
Que ce soit moi ou Manuel, nous savons comment fonctionnent les médias. Chacun doit faire son travail. Je n’ai pas le temps de lire tous les journaux, de savoir si les gens sont contents ou pas. Désolé, mais je m’en fiche. Ce qui compte, c’est ce que je dis à mes joueurs et la confiance que j’ai en eux. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Griezmann, un scandale dénoncé en Espagne !