Le New York Vendée, derniers essais avant le tour du monde

Le New York Vendée, derniers essais avant le tour du monde
Le New York Vendée, derniers essais avant le tour du monde

Après un spectacle grandiose et des courses de vitesse vendredi dernier près de la Statue de la Liberté dans la baie de Manhattan à New York, vingt-huit skippers s’élancent ce mercredi à l’assaut de l’Atlantique Nord pour la New York Vendée Les Sables d’Olonne. Cette course n’a eu lieu qu’une seule fois, en 2016, et a été remportée par Jérémie Beyou en 9 jours, 16 heures et 57 minutes.

Ce Vendée new-yorkais sera, pour certains skippers, qualificatif pour le prochain Vendée Globe qui partira le 10 novembre. Certains ont en effet déjà leur ticket, mais d’autres, comme Clarisse Cremer, ont l’obligation de le compléter. Il y a 3 200 milles à parcourir et 1 mille parcouru rapportera 1,5 milles comptés pour la sélection. Rappelons qu’ils ne pourront être qu’une quarantaine au départ des Sables d’Olonne le 10 novembre. »On va pouvoir lâcher les chevaux, tirer sur le bateau pour voir s’il y a des choses à changer ou à améliorer. confie Norman Charlie Dalin, l’un des favoris. Parmi les autres favoris, Yoann Richomme, vainqueur de la transatlantique « aller », la Transat CIC entre Lorient et New York au début du mois, Thomas Ruyant et Jérémie Beyou.

Le voilier vendéen Sébastien Simon aux pieds de la Statue de la Liberté
SAEM Vendée Globe

Nous allons très au nord, la période estivale s’installe dans l’Atlantique et cela va nous faire une belle transatlantique techniqueconfie le skipper sablais Sébastien Simon du Groupe Dubreuil, on va pouvoir se lâcher un peu plus« . «Cette fois, nous serons davantage en mode compétitionrenchérit l’autre Vendéen Benjamin Dutreux sur Guyot Environnement, il va falloir pousser le champignon et j’aimerais essayer quelques configurations de voiles seul avant le Vendée Globe« .

Onze nationalités sont représentées dans cette course transatlantique qui «permet à la course au large de rayonner à l’international et particulièrement dans un pays où la course en solitaire n’est pas suffisamment connueexplique Laura Le Goff, directrice générale du Vendée Globe, et pour certains skippers, l’enjeu est énorme d’être sur la ligne de départ du Vendée Globe..

chargement

chargement

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV George Mumford ou l’arme secrète des Oilers
NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France