Les Oilers ont de nouveau été coulés par le moteur de leur tondeuse à gazon

Les Oilers ont de nouveau été coulés par le moteur de leur tondeuse à gazon
Les Oilers ont de nouveau été coulés par le moteur de leur tondeuse à gazon

EDMONTON | Un moteur à deux temps est bon pour une tondeuse. A la limite pour un cyclomoteur. Mais quand tu joues la finale de l’association, ce n’est pas possible.

• Lire aussi : Stuart Skinner : « Nous les avons vus le faire »

Il semble toutefois que les Oilers n’aient pas encore retenu la leçon. Depuis le début des séries éliminatoires, Vincent Desharnais répète que lui et ses coéquipiers doivent jouer 60 bonnes minutes de hockey. En séries éliminatoires, il est impossible de gagner en disputant des matchs en deux parties.

Hier, pour la deuxième fois consécutive depuis le début de leur confrontation face aux Stars, les Oilers ont complètement dominé la première période avant de voir la situation passer d’un extrême à l’autre durant les 20 minutes suivantes.

«Nous avons obtenu le départ que nous souhaitions. Mais ensuite, nous avons levé le pied de l’accélérateur », résume Kris Knoblauch.

Le résultat est que Connor McDavid et ses amis ont subi une défaite de 5-3 et sont désormais menés 2-1 dans cette série.

Le retournement de situation s’est produit en deuxième période. Menés 2-0, les locaux ont vu les Stars inscrire trois buts consécutifs en l’espace de 3 min 33 sec. Troisième match, trois buts, 3 min 33 s. On dirait que Madame Minou et Jojo Savard n’ont pas dormi de la nuit.

De plus, alors que les Stars ont marqué leurs trois buts, les Oilers n’ont dirigé aucun tir vers Jake Oettinger. Dire qu’en première et troisième périodes, les Stars n’ont obtenu qu’un total de six tirs.

Le retour de Hintz profite à Robertson

Jason Robertson a amorcé cette poussée en marquant les deux premiers de ses trois buts de la soirée. Un triplé, dont le but vainqueur. C’est une excellente façon de mettre fin à une disette de 10 matchs sans faire bouger les ficelles.

Dans la matinée, Pete DeBoer, l’entraîneur-chef de l’équipe texane, s’est montré très élogieux à son égard.

« Il n’a peut-être pas marqué lors des 10 derniers matchs, mais il continue de contribuer offensivement. Il a pratiquement récolté un point par match depuis le début des séries éliminatoires. N’importe quel entraîneur accepterait cela à cette période de l’année », a-t-il déclaré à propos de l’homme qui compte désormais 16 points en 16 matchs.

Il faut croire que c’est lui qui a le plus profité du retour de Roope Hintz. Aux prises avec une blessure au haut du corps, le Finlandais avait raté les quatre derniers matchs de son équipe. Il a fait sentir sa présence en marquant les deux premiers buts de Robertson.

Pour son retour au jeu, il a été utilisé pendant 17 min 48 s.

« Nous pouvions voir sa vitesse. Il était souvent le premier sur la rondelle lors de l’échec-avant. Il a gagné presque toutes ses courses», a déclaré Robertson après la rencontre.

100 points pour McDavid

Dans le camp des perdants, Adam Henrique a également fait son apparition. De retour après sept matchs d’absence, il a trouvé le chemin des filets.

Cependant, c’est McDavid qui a mené l’attaque des Oilers. Complice du but de Zach Hyman et auteur de son quatrième but de la série – un but justement inspiré de ceux inscrits par Hyman – le capitaine des Oilers a atteint le plateau des 100 points en matchs éliminatoires.

Il lui en a fallu 64 pour l’atteindre. Wayne Gretzky (46), Mario Lemieux (50) et Leon Draisaitl (60) ont été les seuls à y arriver plus rapidement.

En raison de l’issue du match, on peut parier que cette marque est passée à 10 pieds au-dessus de sa tête.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’indispensable M. Stéphan, entraîneur adjoint des Bleus
NEXT Les dessous lunaires des propos de Ronaldinho qui ont provoqué une guerre au Brésil