Henri Leconte « choqué », le grand coup de gueule

Henri Leconte « choqué », le grand coup de gueule
Henri Leconte « choqué », le grand coup de gueule

Ancien finaliste de Roland-Garros, Henri Leconte en a « un peu marre » qu’aucun Français ne soit capable de remporter le Grand Chelem parisien.

Sauf miracle, ce n’est sans doute pas encore cette année que le tennis français amènera au palmarès de Roland-Garros un successeur à Yannick Noah chez les hommes (1983) et Mary Pierce chez les femmes (2000). Avec l’élimination d’Ugo Humbert dès le premier tour, dimanche contre Lorenzo Sonego (6-4, 2-6, 6-4, 6-3), le clan français a immédiatement perdu une de ses meilleures occasions, qui n’étaient déjà pas bien épaisses. . Ce qui n’incite guère à l’optimisme dans le clan bleu, blanc, rouge.

Ancien numéro 5 mondial, Henri Leconte ne cache pas son exaspération face au manque de résultats et de régularité des Bleus, dont le creux générationnel s’éternise. « Que peut-on attendre des Français ? Pas beaucoup. Rien comme d’habitude. Comme l’année dernière et encore pire cette année car étant donné les résultats – et sur terre battue ils n’étaient pas très bons – nous n’avons aucun point de référence. » a-t-il lâché dans la chronique quotidienne qu’il animera tout au long du tournoi, sur RTL.

Henri Leconte : “Là, c’est la catastrophe”

« En qualifications, nous avions 40 Français et nous n’avions que deux qualifiés. Seulement deux qualifiés, ce n’est pas possible ! Pour moi, ce n’est pas normal. Honnêtement, je suis choqué, ajoute le consultant, aujourd’hui âgé de 60 ans. Et puis dans le tableau final, ce sera encore plus compliqué. Alors aujourd’hui, vous allez me dire : « Que dois-je faire ? Eh bien, il faut repartir de zéro et essayer de trouver la meilleure solution possible pour que ces joueurs arrivent en pleine forme et surtout qu’ils n’aient pas peur d’aller jouer à Roland-Garros. »

Pour Henri Leconte, le niveau n’est pas le seul problème des Français, qui sont aussi trop fragiles mentalement. « On sent une chape de plomb, note celui qui fut deux fois demi-finaliste (1986, 1992) et une fois finaliste (1988) à Roland-Garros en simple, Majeur qu’il remporta en double (1984). Depuis plusieurs années, nous sommes enlisés. Nous disons : « Nous espérons l’année prochaine ». Mais à chaque fois que nous arrivons, c’est toujours la même chose. À un moment donné, on a critiqué et j’ai critiqué l’ancienne génération mais au moins on était dans les quarts et demi des Grands Chelems. Mais là, nous n’avons plus rien. »

Et l’ancien vainqueur de la Coupe Davis (1991) de conclure : « On commence à s’y habituer, mais j’en ai un peu marre. Ça y est, je le dis. Je suis un peu fatigué de voir que malheureusement, les Français, on arrive à Roland et on n’y est pas. On a de la chance d’avoir un tournoi ici, mais c’est dommage. Chaque année, c’est toujours la même chose. Nous sommes là, nous attendons. Mais c’est un désastre. » Un coup de gueule qui, on l’espère, piquera Caroline Garcia et toute la colonie française engagée sur les tribunaux parisiens.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un camion-citerne heurte un viaduc à Limoilou
NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France