«Je ne savais même pas qu’il pouvait faire ça» – .

«Je ne savais même pas qu’il pouvait faire ça» – .
«Je ne savais même pas qu’il pouvait faire ça» – .

Dimanche soir en Floride, Alexis Lafrenière a été le point culminant d’un spectacle dont les partisans des Panthers se seraient bien passés. Plus confiant que jamais depuis son arrivée dans la Ligue nationale de hockey, l’attaquant des Rangers de New York en a impressionné plus d’un.

Le Québécois a inscrit deux buts qui ont rapidement fait le tour du monde du hockey. Combinant vitesse et maniement de la rondelle, l’ailier de 22 ans a fait mal paraître Sergei Bobrovsky, qui est l’un des meilleurs gardiens de la planète.

• Lire aussi : Les Rangers s’en sortent avec une victoire en prolongation

• Lire aussi : Avoir un [autre] geste bâtard de Jacob Trouba

“C’est évidemment un joueur spectaculaire et quand il réalise des jeux comme [le premier but], vous voyez de quoi il est capable. Pour le deuxième, je ne savais même pas qu’il pouvait faire ça. Il dansait », a décrit le compagnon du trio de Lafrenière, Vincent Trocheck, à Poste de New York.

Lafrenière avec un autre petit bijou ! –

« Lafrenière a fait tout un match. Sa vitesse était évidente. Dès qu’il a pris possession de la rondelle, il a fait la différence. Il est l’un de ceux qui se sont le plus démarqués de notre côté», a ajouté l’entraîneur-chef Peter Laviolette, qui a également fait l’éloge de Barclay Goodrow, également auteur d’un doublé.

Encore jeune

La percée de Lafrenière s’est produite lors de la dernière saison régulière lorsqu’il a établi des sommets personnels de 28 buts et 57 points. Avec 12 points en 13 matchs des séries éliminatoires – un énorme contraste avec ses sept matchs sans point l’année précédente – le natif de Saint-Eustache prouve qu’il peut faire la différence.

«C’est un jeune homme», se souvient Trocheck. L’année dernière, il y a eu quelques opportunités de moins pour lui. Avec plus de chances, vous gagnez en confiance. Je l’ai définitivement vu en confiance l’année dernière. Cependant, je crois qu’il a franchi une nouvelle étape cette année.

Le principal concerné garde les deux pieds sur terre. Son travail finit par payer.

« Je dirais que j’ai travaillé dur l’été dernier, essayé d’améliorer mon patinage et de jouer à ma façon. Évidemment, jouer avec [Artemi Panarin] et Trocheck aide beaucoup », a-t-il humblement déclaré lors d’une conférence de presse.

Avec leur victoire 5-4 dimanche, les Rangers ne sont plus qu’à deux victoires d’une place en finale. Si Lafrenière continue sur sa lancée, les représentants de la Grosse Pomme peuvent y croire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un couple de policiers gagnent au Loto, ils pensent que c’est une arnaque
NEXT Aranburu gagne en Belgique, Yates gagne en Suisse