« Teungueth a été l’équipe la plus constante ces six derniers mois »

Cheikh Gueye, l’entraîneur du Teungueth FC, partage ses émotions après la victoire historique en Ligue 1 au micro de Wiwsport. Malgré les défis rencontrés, dont la perte de joueurs clés, le technicien sénégalais met en avant la solidarité et la cohésion au sein de son équipe, mettant en avant l’absence de stars individuelles. Il insiste sur l’importance du mental dans leur parcours triomphal vers le titre.

Coach, tu es enfin champion, quelles sont tes impressions ?

Teungueth a été l’équipe la plus régulière ces 6 derniers mois, et je pense qu’il faut remercier le président d’avoir débloqué les moyens nécessaires pour qu’on en arrive là. Je tiens également à remercier tout mon staff, sans eux je ne suis rien, ainsi que toutes les populations de Rufisque, Casamance, Pikine, Fatick et d’ailleurs qui nous ont soutenus. Une mention spéciale à mes amis d’enfance qui m’ont accompagné, et une mention spéciale également à ma famille. Vous savez, ce métier est très difficile, parfois je dis qu’un entraîneur ne peut pas prendre de poids ; Je pense que depuis 2 mois, j’ai perdu 6 à 7 kilos. Mais c’est le prix à payer car cette population est heureuse. Chaque fois que je rentre à la maison, je me dis que cette population, sa fierté, repose sur nos épaules. Aujourd’hui, quoi qu’on en dise, il faut remercier le bon Dieu, car on peut être bon et ne pas gagner, ou ne pas être bon et gagner. Aujourd’hui, nous avons été bons et nous avons gagné, et je pense que nous devons remercier le Bon Dieu pour cela. C’est Dieu qui donne. Nous le remercierons comme il se doit et resterons humbles, car la saison n’est pas encore terminée. Il reste encore la Coupe du Sénégal à jouer. Il est difficile d’intervenir aujourd’hui, car nous sommes extrêmement satisfaits du travail accompli.

La saison a été longue, avec ses hauts et ses bas. Comment as-tu géré tout ça ?

Un bon entraîneur doit non seulement être performant techniquement, physiquement et tactiquement, mais aussi mentalement. Teungueth a connu des défaites très difficiles, comme la défaite (4-3) à domicile contre Guédiawaye. Si nous n’avions pas les ressources mentales nécessaires, nous n’aurions pas pu nous relever. On a aussi perdu contre Pikine, un match très difficile. Hier, pour préparer ce match, je tiens à remercier Cheikh Fall, qui a aidé notre équipe technique, ainsi qu’un professeur de psychologie, qui a pris une heure hier pour faire une séance de coaching mental avec les joueurs. Cela montre à quel point il faut être fort mentalement pour réussir, car nos adversaires étaient souvent coriaces. Pour y arriver, il a fallu se battre. Il faut aussi féliciter nos adversaires, dont le Jaraaf, le Dakar SC et toutes les autres équipes. Sans eux, nous ne serions pas compétitifs. Aujourd’hui, Teungueth était compétitif car nous avions le Jaraaf derrière nous. Je pense qu’il faut féliciter ces équipes et leurs présidents. Peut-être que l’année prochaine, ils seront champions. Nous restons humbles.

À quel moment de la saison avez-vous réalisé que jouer le titre était possible ?

Depuis le match contre la Sonacos, où on a gagné. Nous avons dit que nous ne devrions pas perdre ce match. C’était la même chose contre Casa Sports. Mais on savait très bien que contre le Jaraaf ce serait très difficile de gagner. Contre l’AS Pikine, une équipe qui ne joue rien du tout mais qui est difficile à battre, et on savait aussi que même aujourd’hui contre Génération Foot, ce ne serait pas facile. Depuis qu’on a gagné contre Sonacos, parce qu’avant de jouer contre Sonacos, c’était un match décisif. Alors gagner contre Sonacos, gagner contre Casa Sports, ce sont des matchs décisifs pour remporter le titre.

N’a-t-il pas été facile, surtout après avoir perdu deux de vos meilleurs joueurs à la mi-saison ?

C’est aussi du sport d’équipe, car quand on a perdu Mbaye Jacques et Pa Oumar, ce n’était pas du tout évident, ni du côté du président ni de mon côté. Mais Teungueth n’a pas de star, cette équipe n’a pas de star. Je dis habituellement aujourd’hui qu’aucun joueur n’est essentiel, aucun joueur n’est plus important que l’équipe. Ces joueurs qui sont partis, il faut aussi les féliciter, car ils étaient avec nous lors de la première phase et grâce à eux, nous avons gagné ces matches.

wiwsport.com

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France