Entre la préfecture et les Lyonnais, les versions diffèrent

Entre la préfecture et les Lyonnais, les versions diffèrent
Entre la préfecture et les Lyonnais, les versions diffèrent

Des heurts entre supporters des deux clubs avant la finale de la Coupe de France au péage d’une autoroute ont fait 30 blessés légers et 8 parmi les forces de l’ordre.

Malgré des semaines de préparation, l’OL, le PSG et les autorités n’ont pas pu éviter des heurts entre ultras avant la finale de Coupe de France, samedi à Lille. Et quand vient le temps de faire le point, tout le monde se renvoie la balle.

Selon les informations recueillies auprès de la préfecture du Nord, 18 bus parisiens et 15 bus lyonnais transportant des ultras étaient attendus pour la rencontre classée à très haut risque.

Pour éviter tout risque de débordement, les autocars lyonnais ont dû se réunir à 15h15 sur le secteur de Rumaucourt (Pas-de-Calais), sur l’A26, afin d’être escortés par 80 policiers CRS jusqu’au stade, distant d’une vingtaine d’heures. soixante kilomètres.

Les bus parisiens devaient se retrouver sur une autre autoroute, 15 km plus loin et 1h15 plus tard : à 16h30 sur un parking du péage de Fresnes-lès-Montauban (Pas-de-Calais), sur l’A1, Y sont également attendus 80 policiers CRS.

C’est à ce moment-là que le plan a mal tourné, avons-nous expliqué à la préfecture. “Sur les 15 ultra bus en provenance de Lyon, huit stationnés sur le secteur de Fresnes-lès-Montauban avant l’arrivée des Parisiens”, ne respectant pas le point de rendez-vous.

Les policiers récupèrent les supporters de l’OL dans leurs autocars pour qu’ils partent au plus vite vers le stade avant l’arrivée des bus parisiens au même endroit.

« Inintelligible à la raison »

Restent sept bus lyonnais, toujours en circulation. Quatre arrivent dans la zone prédéfinie pour eux à Rumaucourt, mais trois sont en retard, selon la préfecture. A l’arrivée de ces trois bus en retard, on ne s’arrête pas et on se rend directement au péage de Fresnes.

“Voyant cela, les autorités incitent les sympathisants des six bus lyonnais restants à remonter pour rattraper le bus qui ne s’est pas arrêté”, poursuit cette même Source.

Trop tard : le car lyonnais arrive seul et sans accompagnement au péage de Fresnes. “C’est là que se déroulent les incidents avec des supporters parisiens à proximité”, a-t-elle précisé.

Des coups sont échangés, des fumigènes sont lancés des deux côtés. L’un d’eux a provoqué l’incendie du bus lyonnais qui a été entièrement brûlé.

“Des bagarres très violentes”, a résumé samedi soir le préfet du Nord, Bertrand Gaume. « Nous avions devant nous des gens qui étaient inintelligibles à la raison, mais que nous avons pu séparer rapidement » grâce aux escortes des deux convois, assure-t-on à la préfecture.

“Effacer l’erreur d’itinéraire”

Bilan : 30 blessés légers parmi les supporters (ecchymoses, contusions…) et huit parmi les forces de l’ordre, selon la préfecture du Nord. Le bus de Lyon « n’aurait jamais dû être sur cette route, car comme le prévoyaient les autorités, il était exclusivement réservé aux supporters parisiens », a insisté samedi soir le Collectif ultras Paris, selon lequel les Parisiens devaient « se défendre ».

Mais selon l’Olympique Lyonnais, « les bus affrétés par les supporters du KOP Virage Nord se sont rendus au bon rendez-vous de l’escorte policière, où ils ont été pris en charge par les forces de l’ordre, avec, pour certains, un retard suite à un accident de la route au départ. .

Et c’est « l’escorte policière » qui a décidé, « pour des raisons encore à déterminer », de « croiser sept autocars lyonnais parmi les 18 autocars parisiens rassemblés au péage de Fresnes ». Une « erreur de parcours manifeste » qui a conduit à des violences dont l’origine n’est, selon le club, pas « clairement établie ». Sollicité par l’AFP, le PSG n’a pas pu être joint dans l’immédiat.

Meilleurs articles

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Euro 2024. La sélection portugaise « est prête » selon son technicien Roberto Martinez
NEXT saison terminée pour Louis Penverne, Matthias Haddad et Pierre Bourgarit trop serrée pour Toulon