En attendant la finale de la Coupe, le Servette bat Lugano B – .

En attendant la finale de la Coupe, le Servette bat Lugano B – .
En attendant la finale de la Coupe, le Servette bat Lugano B – .

En attendant la finale de la Coupe, le Servette bat Lugano B

Publié : 25/05/2024, 22h32

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Ne vous y trompez pas : la répétition générale n’en était bien sûr pas une. Au mieux, ce Lugano – Servette au beurre, qui précédait d’une semaine la finale de la Coupe de Suisse, aura été une partie de poker mensongère entre Mattia Croci-Torti et René Weiler ; au pire, cette dernière rencontre de la saison n’aura été qu’un match ennuyeux car il n’y a aucun enjeu. Le score? Une victoire 0-2 pour le Servette avec un doublé de Jérémy Guillemenot. Pas de changement au classement bien sûr, Lugano termine deuxième derrière les Young Boys et Servette troisième.

Personne ne se souviendra de ce duel. Tout le monde se souviendra de celui du dimanche 2 juin au Wankdorf, Coupe en jeu cette fois. Mémoire sélective sur fond de prestige. Pour Servette, une place en finale était attendue depuis 23 ans. Alors évidemment, entre-temps, cette rencontre de Cornaredo n’était qu’identique à l’affiche.

Pas plus. Pas même les titulaires choisis des deux côtés. A ce petit jeu, Croci-Torti a mélangé toutes les cartes. Au coup d’envoi, chez les Luganais, il manquait Saipi, Steffen, Celar, Grgic, Bislimi, Belhadj ou encore Valenzuela sur le terrain. Weiler n’est pas allé aussi loin dans ses choix, mais il a laissé Antunes et Douline au repos et a mis Frick ou Rouiller sur le banc.

Conséquence : manque d’automatismes chez les Tessinois, que Servette, dans un 4-2-3-1, s’est empressé d’exploiter. A la pointe de l’attaque grenat, c’est Jérémy Guillemenot qui a immédiatement répondu, dès la 4e minute de jeu, sur un centre de Stevanovic. Bon pour l’esprit ? Mieux que ça : à la 52e minute, il double la mise.

En attendant le 2 juin

Avec un Crivelli blessé et un Nishimura qui est loin d’apporter tout ce qu’on attendait après de bons débuts sous le maillot grenat (jusqu’à son penalty manqué à Winterthour d’ailleurs…), Weiler a un buteur qui retrouve le sourire et c’est bien là la principale leçon de cette victoire, d’autant que Guillemenot marche en confiance. Il a marqué 8 buts cette saison en championnat, malgré un temps de jeu moyen : s’il avait reçu plus de minutes de Weiler… ?

Ceci dit, inutile de dessiner des plans : sans forcer, Servette s’est montré supérieur à un Lugano B, mais dimanche prochain, ce ne sera plus la même musique. Ce sera un autre Lugano, beaucoup plus concerné et talentueux avec le retour des titulaires habituels. Il faudra aussi qu’un Servette soit prêt pour cela.

Croci-Torti a préparé le choc du 2 juin en bousculant tout son effectif ; Weiler avec des choix plus parcimonieux, pour garder le rythme, pour gagner en confiance peut-être. A Berne, dans une semaine, il y aura un gagnant et un perdant. Menteur ou pas, le poker donne raison à celui qui remporte la mise.

Daniel Visentini est journaliste au Centre Sportif depuis 2018. Il a été pendant sept ans responsable de la section Sports de la Tribune de Genève. Il suit de près l’actualité footballistique, notamment celle du Servette FC et de l’équipe de Suisse.Plus d’informations

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les 20M€ qui vont bousculer le mercato ! – .
NEXT Trophée Puiforcat : Amiens, bourreaux des Girondins