Wilkens Mathieu triomphe à Shawinigan

Wilkens Mathieu triomphe à Shawinigan
Wilkens Mathieu triomphe à Shawinigan

SHAWINIGAN | Les protégés de Eye of the Tiger Management ont passé une bonne soirée au Centre Auto Gervais alors que les boxeurs undercard ont tous gagné

Le mi-lourd (172 lb) Wilkens Mathieu (9-0, 6 KO) a obtenu un KO. d’ailleurs en battant le Polonais Przemyslaw Gorgon (17-13-2, 6 KO) par arrêt de l’arbitre à 38 secondes du 4ème round.

Le Québécois de 19 ans s’est amusé aux dépens de son adversaire qui en a pris beaucoup et a reçu quatre chefs d’accusation sur huit avant que l’officiel Albert Padulo Jr ne décide que ça suffit.

Mathieu en était à son premier duel chez les mi-lourds et il a réussi l’épreuve avec brio et devant une foule qui lui était familière puisque ses grands-parents habitent Shawinigan.

On peut s’attendre à le revoir en action en août prochain lors d’un gala qui sera présenté à son domicile, au Centre Vidéotron.

Guerrero avec aplomb

Déçu de sa performance malgré une victoire au Centre Vidéotron en janvier dernier, le Montréalais Christopher Guerrero (11-0, 6 K.-O.) a promis de montrer de quoi il était capable.

Il a fait exactement ce qu’il avait promis en s’imposant sur arrêt de l’arbitre après seulement 2 min 16 sec du premier tour.

L’Américain Kenny Larson (7-2-1, 5 K.-O.) comptait déjà un huit assez tôt dans l’engagement et s’est montré sans défense face à Guerrero qui lui a sauté dessus comme un chien enragé.

Le boxeur de 23 ans souhaitait montrer ses qualités athlétiques en plus d’être divertissant. Ce fut bref, mais il livra la marchandise avec aplomb.

Christopher Guerrero a été expéditif.

Avec la permission de l’Œil du Tigre/Vincent Éthier

Gaumont hué

Alexandre Gaumont (11-0, 7 K.-O.) n’a pas vécu une soirée facile. L’annonce de sa victoire, qui semblait bien plus proche que ne l’indique la décision partagée (78-74, 74-78, 77-75), a été huée par la foule qui a plutôt applaudi l’Argentin Santiago Fernandez (8-1-1, 4 KO). ).

Le boxeur de Buckingham a connu un début de combat difficile face à Fernandez qui avait fait le déplacement pour autre chose que les attraits de Shawinigan.

Gaumont commence à reprendre de l’élan dès le troisième tour, mais se retrouve en difficulté lors des deux tours suivants. Au cinquième round, il a notamment tenté une combinaison de quatre coups de poing au visage alors que sa défense était faible. Puis il est remonté lors des trois derniers engagements où il s’est montré meilleur sans être dominant.

Une leçon d’Orobio

Jhon Orobio (9-0, 8 KO) est l’une des pépites d’Eye of the Tiger et il est facile de comprendre pourquoi. Pour lever de rideau, le poids léger (135 lb) a donné une véritable leçon de boxe à l’Argentin Alexis Gabriel Camejo (8-3-2, 1 KO) qui a tout encaissé sans broncher. C’est déjà très louable. Il a également été le premier adversaire professionnel d’Orobio à avoir tenu bon pour parvenir à une décision unanime (40-36 pour les trois juges) en faveur d’Orobio.

Et même s’il avait clairement remporté les trois premiers tours, Orobio, dit El Tigre, continuait de se jeter sur sa proie comme le fauve qui l’inspirait.

Moreno Fendero (6-0, 4 KO) a mené pour une rare fois un combat complet. Il faut remonter à son premier combat professionnel pour voir le poids moyen (164 lbs) gagner par décision. Il avait réalisé des KO. lors de ses quatre prochaines sorties.

Un peu moins explosif que d’habitude, le Français s’est heurté à un bon repreneur en la personne de Rolando Mansilla (19-15-1, 9 K.-O.), un Argentin de 38 ans qui a vu neiger, enfin peut-être pas littéralement, mais qui n’en avait certainement pas. intention d’aller au lit. Fendero a encore dominé le combat du début à la fin, les juges lui accordant tous les rounds (60-54, 60-54, 60-53).

Terrasse Unal Gomez

Le Mauricien d’adoption, Mehmet Unal (10-0, 8 K.-O.), a fait plaisir à ses fans en s’imposant par arrêt de l’arbitre à 2h17 du 4ème round face à l’Américain Rodolfo Gomez Jr (14-8-3, 10 K.-O.).

Unal prend rapidement l’avantage et bâtit sur des bases solides avant d’exploser lors de la relance décisive.

Le mi-lourd (178 lb) d’origine turque a commencé à faire trembler son adversaire dont les genoux ont cédé après une solide droite. Gomez se leva et secoua la tête, comme pour dire que cela ne l’affectait pas.

Mais ce n’était qu’une façade puisqu’il n’était plus en mesure de contrer les coups d’Unal qui achevait le travail en le mitraillant.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Ce n’est plus une priorité »… Anne Hidalgo décide de reporter sa baignade dans la Seine après les élections législatives
NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France