Orión Hernández-Radoux, l’otage franco-mexicain retrouvé mort

Orión Hernández-Radoux, l’otage franco-mexicain retrouvé mort
Orión Hernández-Radoux, l’otage franco-mexicain retrouvé mort

L’armée israélienne a annoncé vendredi 24 mai avoir récupéré les corps de trois otages détenus dans la bande de Gaza depuis l’attaque du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre. Outre les corps des otages israéliens Chanon Yablonka et Michel Nisenbaum, des soldats ont récupéré, à Jabaliya, au nord du territoire de guerre, les restes du franco-mexicain Orión Hernández Radoux.

Ils ont tous été tués le 7 octobre, rapporte l’armée, selon “nouvelle information” collectés. Jusqu’à présent, on ne savait pas s’ils étaient morts ou vivants.

Père d’une petite fille

Agé de 30 ans, Orion Hernandez-Radoux était originaire de Tepozotlán au Mexique. Il était le fils de Sergio Hernández et de Marie-Pascale Radoux, qui lui ont donné la nationalité française. Il était également père d’une petite fille de deux ans.

« Ayant un profond amour pour la musique et la danse, il a travaillé comme producteur de musique et a visité des festivals à travers le monde », rapporte le Forum des familles d’otages. Alors qu’il séjournait début octobre en Grèce, où il préparait son propre festival de musique, Orión Hernández Radoux s’est rendu en touriste en Israël deux jours avant les attentats meurtriers, pour rejoindre Shani Louk, sa petite amie germano-israélienne.

Guerre à Gaza : quels otages israéliens ont été libérés ?

Entre amis, ils se sont rendus à la rave party Tribe of Nova, près de Re’im, à la frontière entre Israël et la bande de Gaza. « Mon fils était de passage en Israël en tant que touriste, où il allait rester quelques jours seulement. Il était au mauvais endroit, au mauvais moment. »confie sa mère lors d’une interview télévisée.

Shani Louk, 22 ans, est kidnappée et tuée. Son corps ensanglanté et partiellement déshabillé est exposé à l’arrière d’un pick-up, selon une vidéo diffusée le 7 octobre et attribuée au mouvement islamiste palestinien.

Orión Hernández Radoux a également tenté de fuir mais a été rattrapé par des membres du Hamas près de Mefalsim. Bien que l’armée israélienne ait annoncé sa mort ce jour-là, il figurait jusqu’alors sur la liste officielle des otages, sans preuve de vie. En effet, les amis d’Orion qui avaient tenté de le contacter dans les heures qui ont suivi l’attaque ont été informés par le Hamas qu’il “Il allait bien, qu’il n’était pas maltraité et qu’il ne fallait pas s’inquiéter”sa mère a dit Parisien.

Déplacez le ciel et la terre

Celle-ci, peintre installée à Labastide-Saint-George (Tarn) après 25 ans au Mexique, a remué ciel et terre pour sa libération.. “Pour les otages, pour les civils, pour les enfants, pour les familles, pour toutes ces centaines et centaines d’innocents, il doit y avoir un cessez-le-feu., a-t-elle déclaré en janvier. CONTRE« C’est ce que nous demandons au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ».

Exigant en vain une preuve de vie, elle a également demandé au Hamas de « Prends soin de ton fils, car il a des faiblesses physiques ». Des manifestations de soutien ont eu lieu au Mexique.

Israël-Hamas : le combat solitaire d’une mère de soldat opposée à la guerre

Une fois le corps d’Orión Hernández Radoux identifié, sa famille a été informée de son décès par l’armée israélienne. Après l’annonce du décès de « notre compatriote »Emmanuel Macron a exprimé son « une immense tristesse ». « La France reste plus que jamais engagée en faveur de la libération de tous les otages »» a écrit le Président de la République le X.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France