impossible n’est pas Grenadain

impossible n’est pas Grenadain
impossible n’est pas Grenadain

l’essentiel
Qualifiés à deux reprises sur le fil, les hommes du duo Vilaspasa-Busque retrouvent un adversaire de renom pour une double confrontation qui débute ce dimanche à Ger-Seron-Bedeil.

Gagner le barrage à la 82e minute grâce à un penalty, combler un retard de 14 points en s’imposant à l’extérieur… A ce rythme, on se demande quel sera le prochain défi de Grenade ? Engagés dans la phase finale de Fédérale 2, les Grenadains repoussent à chaque tour les limites de l’impossible. “Je veux dire que la phase finale a vraiment commencé avec cette victoire dès les 16es contre Pont-Long”, commente l’entraîneur des attaquants Grégory Vilaspasa. «On a battu Hasparren de peu grâce à un penalty obtenu en mêlée puis transformé (21-19) et on a été méconnaissables à l’aller en 16es contre Pont-Long», rappelle l’entraîneur, louant la force de caractère de son groupe. “C’est clair que c’est un de nos traits de caractère, cette équipe ne lâche rien”, assure-t-il, ses protégés ayant réussi l’exploit de s’imposer 24-36 après avoir perdu à domicile 17-31. “On savait que c’était possible, on s’y était préparé en se disant qu’on pouvait le faire parce qu’à l’aller on avait joué le match le moins abouti de la saison, sans compter qu’ils étaient très réalistes”, confie l’ami de Matthieu Busque, comme satisfait de la mentalité comme du contenu.

Rien à voir avec les matchs de poules

« On essaie de proposer un rugby complet, les avants travaillent pour ouvrir les espaces et les trois-quarts font preuve d’inspiration, il y a un vrai plan de jeu », persiste l’entraîneur du pack. 10 essais en trois matches, c’est l’un des meilleurs ratios offensifs de cette phase finale. Un goût prononcé pour le jeu qui risque d’être altéré par l’opposition venant face à Ger-Seron-Bedeil, les champions 2022 de Fédérale 3 prônant un jeu plus « rude » depuis le début des barrages. “Je pense que c’est une équipe qui nous ressemble, un bon club avec un petit budget mais des valeurs fortes”, annonce Grégory Vilaspasa, ne voulant pas évoquer les deux matches déjà disputés dans la poule 5. “Ils avaient fait jouer à domicile et nous avons fait la même chose chez eux donc ça a donné de gros scores (36-20 pour Grenade à l’aller et 41-10 pour Ger au retour) mais qui ne reflètent pas les qualités de nos équipes. prévient le sélectionneur au cœur serré depuis le début de la phase finale. Caractéristique obligatoire pour pouvoir suivre l’épopée des Grenadains, rois du suspense et amateurs de défis.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La rare performance de Cameron Young pour entrer dans l’histoire du PGA Tour
NEXT Développement de ligues professionnelles | La différence assumée du sport féminin