Gilbert Bodart, l’ancienne gloire du football, bénéficie d’une peine de probation indépendante devant la Cour d’appel de Liège

Gilbert Bodart, l’ancienne gloire du football, bénéficie d’une peine de probation indépendante devant la Cour d’appel de Liège
Gilbert Bodart, l’ancienne gloire du football, bénéficie d’une peine de probation indépendante devant la Cour d’appel de Liège

La cour d’appel de Liège a prononcé une peine de probation indépendante de deux ans ou 20 mois de prison contre Gilbert Bodart, 62 ans, l’ancienne gloire du football qui avait menacé verbalement et par écrit un promoteur immobilier. Le tribunal a également prononcé une amende de 800 euros ou un mois de prison.

En 2006, Gilbert Bodart décide de vendre une maison et un terrain attenant situés à Verlaine. La maison avait été dévastée par une tempête et était inhabitable. Le terrain n’était pas constructible à l’époque. Un promoteur immobilier, également marchand de bétail, a accueilli un temps la famille de Gilbert Bodart chez lui. Ce dernier et un autre homme ont proposé à Gilbert Bodart d’acheter sa maison et son terrain pour tenter, après autorisation de la municipalité, d’y construire deux immeubles d’habitation. Gilbert Bodart a alors été payé 472 000 euros. Gilbert Bodart estime que le promoteur immobilier lui doit encore 100 000 euros. Une somme qu’il a décidé de réclamer en… 2020, soit 14 ans après la vente !

L’ancien footballeur aurait notamment parlé de la présence des petits-enfants du promoteur,

Le 17 janvier 2020, le promoteur immobilier se rend au commissariat pour déposer une première plainte. L’homme a en effet été menacé par Gilbert Bodart, par téléphone et SMS. Gilbert Bodart a dépêché un agent de recouvrement au domicile de l’intéressé… L’ancien footballeur aurait notamment parlé de la présence des petits-enfants du promoteur, mais aussi du fait que le foin, présent en nombre dans son exploitation, brûlait bien. … Il a également évoqué la possibilité d’organiser une chasse à l’homme.

“J’étais sous la pression de mon fils.”

Interrogé par la police, Gilbert Bodart a ajouté qu’il allait le retrouver “au coin d’un bois.» Depuis sa condamnation à 42 mois de prison pour ce qui dépasse le délai préventif, pour le braquage des Grottes de Han, il n’a plus droit à une peine avec sursis simple. Alors que lors de la procédure, il avait seulement évoqué le conflit concernant sa dette, il a cette fois mis en avant le fait qu’il aurait commis ces actes parce que le promoteur aurait fait travailler son fils au noir sans le payer… »Il payait mon fils 5 euros de l’heure. J’étais sous la pression de mon fils. Il a dû payer mon fils. Il travaillait 10 heures par jour pour 50 euros. Mon fils m’a appelé et m’a dit qu’il ne le payait pas.» Le tribunal a fait état de la peine de 160 heures de travail qui avait été prononcée, d’autant plus que Gilbert Bodart est en invalidité.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La France affrontera l’Ukraine, la Slovénie et la Lettonie en qualifications
NEXT comment le RER B se prépare à faire face aux flux de passagers au Stade de France