Donald Trump fait marche arrière après le tollé sur la contraception

Donald Trump fait marche arrière après le tollé sur la contraception
Donald Trump fait marche arrière après le tollé sur la contraception

L’ancien président américain Donald Trump a suscité mardi une vive polémique en suggérant qu’il pourrait limiter l’accès à la contraception.

Donald Trump est revenu mardi sur des propos ambigus sur la contraception, après un tollé illustrant la sensibilité de la question des droits reproductifs dans la campagne présidentielle américaine. “Je n’ai jamais préconisé, et ne préconiserai jamais, l’imposition de restrictions à la contraception”, a fustigé le candidat de droite dans un message en majuscules sur sa plateforme Truth Social. “C’est un mensonge inventé de toutes pièces par les démocrates, de la désinformation”, a-t-il ajouté. “Je ne soutiens pas l’interdiction de la contraception, et le Parti républicain non plus !”

Auparavant, la chaîne locale KDKA lui avait demandé s’il soutenait les restrictions au droit à la contraception. “Nous examinons cela et j’aurai une politique à ce sujet très bientôt”, a répondu le magnat des affaires.

« Certains États auront des politiques différentes des autres »

À la chaîne qui est revenue à la charge, lui disant qu’il laissait ainsi entendre qu’il pouvait soutenir des restrictions, par exemple sur la pilule du lendemain, Donald Trump n’a pas répondu directement. « Les choses ont vraiment beaucoup à voir avec les États, et certains États auront des politiques différentes des autres », a-t-il déclaré.

Il a ensuite promis de dévoiler une « politique très globale (…) dans environ une semaine ». L’équipe de campagne de son rival, le président démocrate Joe Biden, a rapidement réagi, l’accusant de s’efforcer « de revenir en arrière et de supprimer les libertés des femmes ».

Elle a rappelé dans un communiqué que la Cour suprême, dont l’équilibre était altéré par les nominations faites par Trump, avait invalidé la garantie constitutionnelle du droit à l’avortement. “S’il remporte un second mandat, il est clair qu’il veut aller encore plus loin en restreignant l’accès à la contraception et aux contraceptifs d’urgence”, a assuré une porte-parole, Sarafina Chitika.

Trump exclut la possibilité d’une interdiction nationale de l’avortement

La question de l’avortement et des droits reproductifs en général est l’un des thèmes clés de la campagne présidentielle de novembre. Joe Biden et sa colistière, Kamala Harris, en ont fait l’un de leurs principaux angles d’attaque contre Donald Trump.

Pris entre ses partisans les plus conservateurs et le constat qu’une interdiction de l’avortement est impopulaire auprès de nombreux Américains, ce dernier a semblé récemment exclure la possibilité d’une interdiction nationale de l’avortement, rejetant cette responsabilité envers les Etats.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV A Orange, des étudiants participent aux JO d’escrime
NEXT « Il devient urgent de faire votre procuration »