Breaking news

Chronique de Billy Bertrand | Un duel au sommet ; deux failles à exploiter

Après avoir remporté leurs divisions respectives en saison régulière, les Rangers de New York et les Panthers de la Floride se retrouvent désormais en finale de l’Est.

Les Rangers aimeraient célébrer le 30e anniversaire de leur dernière Coupe Stanley en ajoutant un cinquième titre à leur longue histoire. Les Panthers, quant à eux, cherchent toujours à mettre la main sur le trophée pour la première fois. Ils veulent également disputer leur deuxième finale consécutive, après avoir vu leur parcours de Cendrillon se terminer en finale contre Vegas l’année dernière, perdant en cinq matchs.

Deux clubs très talentueux et on n’en attend pas moins avec seulement quatre équipes encore en vie. Il y a évidemment plusieurs facteurs qui détermineront qui représentera l’Est en finale, mais une question se pose pour chaque équipe.

Les Rangers peuvent-ils renforcer leur défense ?

Même s’ils ont passé assez facilement les deux premières rondes, les Rangers sont loin d’être une équipe parfaite. Ils ont accordé au moins trois buts lors de six de leurs 10 matchs et un examen plus attentif du processus défensif montre plusieurs défauts que les Panthers pourraient exploiter.

Défense des Rangers

Disons qu’Igor Shesterkin ne devrait pas avoir à payer un repas d’ici la fin des séries, car ses coéquipiers lui en doivent un. Seuls les Bruins de Boston, le Lightning de Tampa Bay et les Jets de Winnipeg ont accordé plus de tirs depuis l’enclave que les Rangers lors des séries éliminatoires de 2024. Pas tout à fait le genre de performance défensive qui inspire confiance à huit victoires de mettre la main sur la Coupe Stanley.

Cette défense douteuse sera mise à l’épreuve face à la véritable locomotive qu’est l’attaque des Panthers. Matthew Tkachuk et Aleksander Barkov mènent la charge avec 14 et 13 points, mais c’est la profondeur du club qui fait particulièrement peur. Carter Verhaeghe, Sam Bennett, Anton Lundell, Sam Reinhart, Vladimir Tarasenko, Evan Rodrigues ; il est tout simplement impossible de ralentir l’ensemble de leur personnel en même temps.

Résultat : 11 joueurs différents ont marqué au moins deux buts lors des 11 matchs des Panthers. Si l’on compare l’offensive des Panthers avec les mêmes chiffres que le graphique ci-dessus, on constate rapidement que les Rangers auront les mains pleines.

Attaque des panthères

Les Rangers ont la puissance de feu pour suivre le rythme dans cette série, mais c’est une stratégie risquée. D’autant que les Panthers comptent Barkov, finaliste pour le Trophée Selke, et Sergei Bobrovsky, finaliste pour le Vézina, qui compliquent grandement la tâche.

Les Panthers pourront-ils retrouver leur magie sur les équipes spéciales ?

Avec un taux d’efficacité de 22%, l’avantage numérique des Panthers est solide, mais sans plus. C’est bien pour une 8e place sur 16 équipes en séries éliminatoires et pour une 15e place sur 32 en saison régulière. Parfaitement respectable et moyen, mais la moyenne ne suffit pas dans la finale Est. Leur attaque massive a toutefois été l’une des plus dangereuses de la LNH en termes d’opportunités.

Attaque à cinq des Panthers

Pour deux minutes de jeu, les Panthers sont deuxièmes pour le nombre de buts attendus, mais ils ne parviennent pas à capitaliser sur leurs opportunités. Matthew Tkachuk a généré à lui seul près de trois buts attendus, derrière Leon Draisaitl et Zach Hyman, mais il n’a pas encore atteint la cible lors de l’attaque précipitée. Sam Reinhart a mené la LNH avec 27 buts en avantage numérique cette saison, mais il n’en a qu’un à son palmarès après 11 matchs.

Le talent est là, c’est la finition qui manque et cela ne s’annonce pas plus facile face aux Rangers, dont les unités spéciales dominent ce tournoi printanier, tant offensivement que défensivement.

Unités spéciales des Rangers

Le penalty des BlueShirts a été parfait dans sept des dix matchs éliminatoires. Et même si vous parvenez à percer leur défense, vous devrez alors trouver un moyen de déjouer Igor Shesterkin, qui a affiché un excellent pourcentage d’arrêts de ,902 en désavantage numérique. Leur attaque massive est également dominante, avec des buts lors de six de leurs 10 matchs et au moins deux buts à quatre reprises. Bien que la majorité de chaque match se joue à 5 contre 5, ces courtes périodes de jeu de puissance peuvent rapidement faire boule de neige et renverser le cours d’une série.

Prédiction

Un véritable duel au sommet à l’Est. Deux vainqueurs de division qui ont survolé assez facilement les deux premiers tours, c’est une série qui devrait nous offrir un jeu haut en couleur, tant en talent qu’en robustesse. Les deux clubs ont des gardiens de but capables de voler une victoire à eux seuls et des talents offensifs d’élite. C’est tout un duel sur le papier et le modèle de prédiction de Sportlogiq » est d’accord, alors qu’il donne un très léger avantage aux Panthers, estimant leurs chances de victoire à 51,3 %, et prédisant une issue en six matchs.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Cyclisme. Itinéraire – Belgique – Lennert Van Eetvelt et Florian Vermeersch le retour – .
NEXT Le Tour de France partira de Barcelone en 2026