Droits de l’Homme – Mme Bouayach reçoit le Prix Nord-Sud du Conseil de l’Europe à Lisbonne – .

La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Amina Bouayach, a reçu le Prix Nord-Sud, décerné par le Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe, « en reconnaissance de ses contributions exceptionnelles à la défense et à la promotion des droits de l’homme.

Le prix a été remis à Mme Bouayach, mardi au Parlement portugais, par le président de la République du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, et le président de l’Assemblée de la République portugaise, José Pedro Aguiar-Branco, en présence de d’éminentes personnalités du monde de la politique, des affaires, des arts et des médias.

Ce prix prestigieux est décerné chaque année depuis 1995 à deux candidats (personnalités, militants ou organisations) qui se sont distingués par leur engagement exceptionnel en faveur de la solidarité entre le Nord et le Sud.

+ 20ème anniversaire de la création de l’Autorité Équité et Réconciliation +

Dans un discours prononcé à cette occasion, Mme Amina Bouayach a déclaré : « Cet honneur a pour moi une signification toute particulière, puisqu’il coïncide avec le 20ème anniversaire de la création de l’Instance Équité et Réconciliation. Comme vous le savez, cet organisme représente un exemple pionnier de justice transitionnelle dans le monde arabe et musulman et, par son orientation vers la réparation communautaire, son adoption de l’approche genre et l’indemnisation effective des victimes de violations passées de graves droits de l’homme, constitue une expérience unique au monde.

Ajoutant que : « Cette étape fondamentale dans la construction de l’État de droit au Maroc, a également été fondatrice d’une approche marocaine des droits de l’homme, fondée sur une interaction constante entre la société civile et l’État, et caractérisée par trois éléments clés : (i ) le consensus entre toutes les parties prenantes, plutôt que le compromis, (ii) l’innovation capable de développer les réponses appropriées les mieux adaptées au contexte national, et (iii) l’inclusion de toutes les parties prenantes, dans une approche participative incluant les 12 régions du Royaume.

Le Président du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) a enfin souligné que : « La réforme du code de la famille n’aurait pu être réalisée sans la vision unificatrice de Sa Majesté, qui a su transformer les hésitations de la société, en l’an 2000, sur la question des droits des femmes et de l’égalité des sexes, un succès décisif et rare dans la région.

Article19.ma

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France