Manchester City reste le roi de la Premier League

Manchester City reste le roi de la Premier League
Manchester City reste le roi de la Premier League

Rodri a marqué dimanche le troisième but de Manchester City au stade Etihad.

AFP

Manchester City, plus fort que West Ham (3-1), s’est assis dimanche sur le trône d’Angleterre pour la quatrième année consécutive, une performance inédite qui éclipse encore l’étonnant Arsenal, vice-champion dominé par une génération exceptionnelle issue des « Citizens ». », comme Phil Foden.

Pep Guardiola a assuré le titre lors de la 38e et dernière journée en tenant à distance les « Gunners » de son ancien adjoint Mikel Arteta, vainqueurs in extremis d’Everton (2-1) et relégués à deux points.

Le brillant entraîneur espagnol, après une première saison 2016-2017 difficile, a banalisé l’extraordinaire en remportant six des sept dernières éditions de la très exigeante Premier League.

Au royaume du football, sa redoutable armada s’installe plus que jamais à la table des géants, celle du Liverpool FC des années 1970/80 et du Manchester United d’Alex Ferguson, monstre sacré de 1993 à 2003 (huit titres) puis de 2007 à 2013 ( cinq).

Les fonds émiratis qui l’ont dopé depuis 2008 n’expliquent pas à eux seuls la suprématie de City, machine à gagner magnifiée par Guardiola et peuplée de grands talents comme Foden, récemment élu meilleur joueur de la saison, à 23 ans.

Foden frappe encore

L’attaquant anglais a semblé tuer tout suspense d’un missile dans la lucarne (2e, 1-0) et d’une relance en toute fraîcheur (28e, 2-0), refroidissant de loin un Emirates initialement incandescent.

Le moral d’Arsenal, mené 1-0 par Everton, remontait avant la pause : les « Gunners » égalisaient par l’intermédiaire de Takehiro Tomiyasu (43e, 1-1) juste après la réduction du score de West Ham à l’Etihad (42e, 2-1).

La machine à rêves s’est bloquée sur un nouveau but de Rodri (59e, 3-1) pour City, s’est réveillée lorsque Kai Havertz a inscrit le but vainqueur (89e, 2-1), mais le coup d’envoi de West Ham n’est pas venu.

Les doubles vice-champions d’Angleterre ont tout de même réalisé une saison de haut vol : l’attaque s’est envolée, la défense enchantée autour de William Saliba et Gabriel, et le collectif renforcé par Declan Rice et Havertz a remporté 28 victoires (record du club), deux de plus que le” Invincibles » de 2004.

Le club au maillot rouge et blanc a surtout eu le malheur de tomber sur une équipe de City qui n’a perdu que trois matches cette saison, le dernier début décembre.

La jeune équipe d’Arsenal peut s’enorgueillir d’être devenue le concurrent le plus menaçant des Mancuniens, devant le Liverpool de Jürgen Klopp, troisième devant Aston Villa.

L’entraîneur allemand a eu droit à des adieux émouvants pour son dernier à Anfield, à la hauteur du bilan laissé après neuf années d’amour et de succès. Foule à l’arrivée du bus, le palpitant « You’ll Never Walk Alone » et le géant tifo « Jürgen » ont accompagné la victoire 2-0 contre Wolverhampton.

Les « Reds » retrouveront la Ligue des champions la saison prochaine sous la direction du Néerlandais Arne Slot, l’ancien entraîneur de Feyenoord qui a officialisé son arrivée sur les bords de la Mersey.

Man United triste 8e

Tottenham termine sur une bonne note 3-0 à Sheffield United et assure sa cinquième place, synonyme de qualification pour la Ligue Europa, après une saison sans compétition européenne.

Comme les « Spurs », Chelsea (2-1 contre Bournemouth) va également retrouver la compétition continentale grâce à une sixième place qui semblait encore lointaine à la mi-avril.

L’équipe de Mauricio Pochettino a essuyé son lot de blessés (Nkunku, Lavia, James…) et a traîné comme un ballon sa première partie de saison manquée, avant de relever la barre en 2024 de façon spectaculaire.

Les Londoniens joueront au minimum la Conference League, ou la Ligue Europa, selon le résultat de la finale de la FA Cup.

La « Cup » reste la seule et étroite voie vers l’Europe pour Manchester United, malheureusement huitième, son pire classement depuis 1990… Presque personne ne pariera cependant sur la victoire d’Erik ten Hag et de ses joueurs, le 25 mai contre City.

Newcastle, vainqueur 4-2 à Brentford, ne devance les « Reds Devils » que grâce à une différence de buts plus favorable.

En bas de tableau, Luton a comme prévu rejoint les relégués Sheffield United et Burnley. Les trois promus retrouvent le Championship et laissent leur place à Leicester et Ipswich, en attendant la finale de promotion entre Leeds et Southampton le 26 mai à Wembley.

(AFP)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Vélo. Tour de Suisse – La 3e étape, répétée à Rüschlikon ? Profile de carrière – .
NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France