à Martigues, le Nîmes Olympique n’a pas gâché la fête

à Martigues, le Nîmes Olympique n’a pas gâché la fête
à Martigues, le Nîmes Olympique n’a pas gâché la fête

National / 34ème et dernière journée. Les Martégaux montent, mais les Crocos leur ont mené la vie dure, samedi 18 mai.

Il y a vingt-deux ans, Nîmes et Martigues, respectivement avant-dernière et dernière de l’exercice 2001-2002, tombaient ensemble en National. Si, depuis, les Crocos étaient revenus (en 2008), goûtant même trois saisons en Ligue1, ce n’était pas le cas des Sang et Or, coincés au niveau amateur et incapables de s’en sortir. Jusqu’à ce samedi 18 mai, dans un stade Francis-Turcan à guichets fermés et avec à leur tête un ex-Croco, Grégory Poirier (2009-2010). Un entraîneur qui, d’ailleurs, plaît beaucoup au directeur sportif Sébastien Larcier…

Avec Ondoa et Camara côté droit

Samedi, les Nîmois n’ont pas gâché la fête. Il faut dire que les Martégaux avaient très envie de le faire. Ils avaient retenu la leçon de l’année dernière, lorsque, en position favorable à l’accession, ils avaient été sabordés lors de l’avant-dernière journée, en queue de l’équipe de Borgo (3-0).

Les Provençaux entraient en force dans le match et marquaient très vite d’un superbe mouvement, conclu par un centre d’Ipiélé pour une tête plongeante de Robin hors de portée d’Ondoa (1-0, 6e). Une première partition qui appelle deux précisions.

D’abord, le gardien camerounais, sous contrat mais dont on ne connaît pas l’avenir, a été aligné en récompense de son investissement dans le groupe, malgré son statut de remplaçant. Ensuite, NO n’avait pas d’arrière droit disponible, c’est Camara qui s’y est collé (plutôt bien d’ailleurs), et le but est venu du côté gauche…

Seulement cinq titulaires réguliers

Adil Hermach n’alignait que cinq titulaires habituels au coup d’envoi. Il voulait en voir en action, en prévision de la saison prochaine. Les Khalid, Thoumin ou encore Paviot n’ont pas vraiment saisi leur chance, le coach crocodile sortant même les deux premiers à la mi-temps, remplacés par les deux indiscutables Mendy et Mbemba.

Preuve qu’il ne voulait pas perdre et qu’il n’appréciait pas ça “Certains jouent un peu comme des petits seniors”. Le technicien s’est même retrouvé avec deux, voire trois attaquants centraux (Mbina, Doucet, voire Mbemba) : “Nous avons dû jouer dur, pour l’éthique.”

Mais rien n’y fait, malgré deux occasions de Mbina (arrêt d’Aymes, 16e, et petit filet, 60e) et un coup franc de Picouleau avec rebond que Doucet manque de peu de prolonger (82e). Mais Martigues a tenu bon, aurait pu faire le break (Ondoa décisif face à Diawara, 79e) et mérite de revoir la L2.

« La saison prochaine est pour vous »

Quant au NON, la onzième place finale est-elle méritée ? « Bravo, Crocos. La saison prochaine, la montée est pour vous », a déclaré un responsable provençal aux Nîmois, avant qu’ils ne montent à bord… de leur bus, direction la féria et les vacances. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Sébastien Larcier : « Il va falloir améliorer ça le mois dernier, avec Adil (Hermach), on l’espère… »

Adil Hermach, entraîneur de Nîmes
« On aurait pu revenir au score… Ce match me donne envie de reprendre vite et pourquoi pas essayer de vivre des moments comme ceux que vit là Martigues. Où serai-je le 8 juillet pour la reprise ? A la Bastide… »

Sébastien Larcier, directeur sportif de Nîmes
« C’est une saison frustrante, car il y avait place à faire beaucoup mieux. Nous devons accepter qu’il y a des étapes dans une reconstruction. Maintenant, il va falloir améliorer ça le mois dernier, avec Adil, on l’espère… »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Tesla, Dacia, MG… Les prix de leurs voitures électriques fabriquées en Chine risquent d’augmenter
NEXT « Ressourcement », Bruno Genesio est « prêt à repartir au combat » avec le LOSC