de violents combats à Rafah et Jabaliya ; un quatrième corps d’otage de Gaza rapatrié par l’armée israélienne

de violents combats à Rafah et Jabaliya ; un quatrième corps d’otage de Gaza rapatrié par l’armée israélienne
de violents combats à Rafah et Jabaliya ; un quatrième corps d’otage de Gaza rapatrié par l’armée israélienne
>>
Une unité blindée de l’armée israélienne lance une attaque à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, le 15 mai 2024. MOSTAFA ALKHAROUF / ANADOLU VIA AFP

La guerre entre Israël et le Hamas a fait 35 386 morts dans la bande de Gaza, en majorité des civils, selon un bilan publié samedi 18 mai par le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien. Côté israélien, plus de 1 170 personnes sont mortes – pour la plupart également des civils – lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre 2023, selon un décompte de l’Agence France-Presse (AFP) établi à partir de sources officielles israéliennes. De plus, selon l’armée israélienne, 624 de ses soldats ont été tués lors des combats dans la bande de Gaza.

Lire aussi | Dans la bande de Gaza, les premières palettes d’aide humanitaire ont été déchargées sur la jetée flottante

Ajouter à vos sélections

Les combats s’intensifient à Jabaliya et Rafah

Selon des journalistes de l’AFP, les tirs d’artillerie et les frappes aériennes se poursuivent à l’est et au nord-est de Rafah. Une grève a fait deux morts dans un camp de personnes déplacées, a rapporté l’hôpital koweïtien de la ville. Les Brigades Al-Quds, branche armée du Jihad islamique palestinien, ont également fait état de violents combats dans l’est de la ville avec les troupes israéliennes entrées dans ce secteur le 7 mai. L’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, a estimé que https://twitter.com/UNLazzarini/status/1791867434518860143?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Etweet%7Ctwtr%5Etrue depuis le 6 mai et le début des opérations terrestres israéliennes dans cette localité située à la limite sud de la bande de Gaza.

Au nord de la bande de Gaza, correspondants de l’AFP, témoins et médecins, ont fait état d’intenses affrontements dans la nuit de vendredi à samedi dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la ville de Gaza. Début janvier, Israël a annoncé avoir démantelé la structure de commandement du Hamas dans le nord de l’enclave palestinienne, mais l’armée de l’État hébreu a annoncé vendredi que le mouvement palestinien contrôlait “totalement” Jabaliya à son arrivée ” Il y a quelques jours “.

Lire le résumé | Article réservé à nos abonnés Israël : l’armée et Benjamin Netanyahu en profond désaccord sur la guerre à Gaza

Ajouter à vos sélections

« Des dizaines de personnes ont été martyrisées et des centaines d’autres ont été blessées » dans le camp de Jabaliya, a déclaré samedi le Hamas, accusant l’armée israélienne de « détruire les bâtiments résidentiels (…) et ciblant les écoles et les refuges ».

L’armée israélienne annonce avoir rapatrié le corps d’un quatrième otage à Gaza

Le corps de Ron Benjamin, 53 ans, a été retrouvé avec ceux de trois otages dont les corps avaient été rapatriés vendredi, a annoncé le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari. L’homme de 50 ans a été enlevé par le Hamas le 7 octobre 2023 après avoir été tué lors de l’attaque menée par le mouvement palestinien dans le sud d’Israël.

La veille, l’armée israélienne avait déclaré avoir retrouvé les corps de trois otages israéliens à Gaza, dont celui de Shani Louk, une germano-israélienne de 23 ans présente au festival de musique électronique Nova, le 7 octobre 2023. Les autorités israéliennes ont également identifié les deux autres corps retrouvés comme étant ceux d’une femme de 28 ans, Amit Buskila, et d’un homme de 56 ans, Itzhak Gelerenter. Selon M. Hagari, ils étaient également présents au festival de musique. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a adressé ses condoléances aux familles sur Telegram. « Cette terrible perte est déchirante »Nous « pleurons avec les familles »a-t-il assuré, promettant de ramener « tous les otages, les vivants et les morts ».

Lire aussi | Guerre Israël-Hamas : l’armée israélienne annonce avoir retrouvé et rapatrié de Gaza les corps de trois otages

Ajouter à vos sélections

Un pétrolier touché par un missile lancé par les Houthis au large du Yémen

« Vers une heure du matin [heure locale, minuit en France]les Houthis, soutenus par l’Iran, ont lancé un missile balistique anti-navire dans la mer Rouge, qui a touché le Ventun pétrolier battant pavillon panaméen, détenu et exploité par une société grecque »https://twitter.com/CENTCOM/status/1791851421152743816 Selon Centcom, le navire avait récemment accosté en Russie et se dirigeait vers la Chine.

L’attaque a provoqué des inondations, entraînant “une perte de propulsion et de pilotage”et un navire de la coalition mise en place par les États-Unis pour sécuriser la mer Rouge « a immédiatement répondu à l’appel de détresse du Vent ». Mais “aucune assistance n’était requise”car l’équipage a pu reprendre le contrôle du navire, et celui-ci a continué sa route, selon Centcom, qui a précisé qu’aucune victime n’avait été signalée.

L’application mondiale

Le matin du monde

Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer

Téléchargez l’application

Les Houthis ont mené depuis novembre des dizaines de frappes de drones et de missiles contre des navires dans la mer Rouge et le golfe d’Aden, perturbant le commerce maritime mondial dans cette zone stratégique. Alliés de l’Iran, ils disent agir en solidarité avec les Gazaouis.

Lire l’enquête | Article réservé à nos abonnés Les Houthis, rebelles yéménites devenus des acteurs incontournables au Moyen-Orient

Ajouter à vos sélections

Premier déchargement d’aide humanitaire sur la côte de Gaza

“Plus de 300 palettes d’aide humanitaire” ont été déchargés, les premiers à entrer en utilisant le quai flottant américain temporaire amarré sur la côte de la bande de Gaza, a indiqué l’armée israélienne. De son côté, le Hamas a insisté samedi, dans un communiqué, « qu’aucune voie d’acheminement de l’aide, y compris la jetée flottante, ne constitue une alternative aux routes sous supervision palestinienne ».

Après avoir bloqué pendant des jours l’arrivée de l’aide humanitaire dans le territoire palestinien assiégé et menacé de famine, l’armée américaine a annoncé vendredi l’arrivée de “environ 500 tonnes [d’aide] dans les jours à venir “.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Gaza : l’acheminement de l’aide humanitaire par voie maritime est largement insuffisant compte tenu de l’ampleur des besoins

Ajouter à vos sélections

Londres a annoncé de son côté qu’une cargaison d’aide britannique avait été « transporté avec succès vers la côte de Gaza (…) en même temps que l’aide des États-Unis et des Émirats arabes unis » via le corridor maritime chypriote, tandis que la France a déclaré qu’un navire de la marine chypriote, avec 60 tonnes d’aide à son bord, était en cours de déchargement sur le ponton américain. La voie terrestre reste néanmoins « le plus viable et le plus efficace »a réaffirmé l’agence humanitaire des Nations Unies (OCHA).

Washington a évacué dix-sept médecins américains de Gaza

Ils ont quitté l’enclave palestinienne, dans laquelle ils étaient bloqués depuis la prise par l’armée israélienne du passage de Rafah, à la frontière avec l’Egypte, par le passage de Kerem Shalom, entre le territoire palestinien assiégé et Israël, a indiqué un responsable américain proche du l’affaire à l’AFP, sous couvert d’anonymat.

“Nous sommes en contact étroit avec les organisations auxquelles appartiennent ces médecins américains”, a déclaré un porte-parole du Département d’État, ainsi qu’avec leurs familles, a-t-il déclaré. Une Source proche du dossier a indiqué à l’AFP que trois autres médecins américains faisant partie d’une mission médicale volontaire avaient choisi de rester malgré l’incertitude quant aux possibilités futures de quitter Gaza.

Le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden attendu en Arabie Saoudite et en Israël

La Maison Blanche a annoncé vendredi que son conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, se rendrait en Arabie Saoudite ce samedi, et en Israël dimanche. Alors que le président des États-Unis, Joe Biden, s’efforce de parvenir à une normalisation des relations entre ces deux pays, Jake Sullivan devait rencontrer le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman, ainsi que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil national de sécurité.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Guerre Israël-Hamas : le projet arabe pour le « lendemain » dans une impasse

Ajouter à vos sélections

La conversation en Arabie Saoudite avec le chef du royaume devait porter sur « questions bilatérales et régionales, y compris la guerre à Gaza »ainsi qu’en haut « des efforts continus pour parvenir à une paix et une sécurité durables dans la région »a déclaré le porte-parole.

Avec Benjamin Netanyahu et d’autres hauts responsables israéliens, l’envoyé de Joe Biden doit également évoquer le conflit entre l’Etat hébreu et le Hamas, « y compris des négociations pour obtenir la libération de tous les otages [détenus à Gaza] et pour répondre à la crise humanitaire ». L’échange portera également sur la volonté commune des États-Unis et d’Israël de « vaincre durablement le Hamas à la fois par la pression militaire et par un projet politique »a expliqué John Kirby.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Mario Del Pero, historien : « L’idée selon laquelle l’intérêt national des États-Unis ne correspond plus à celui d’Israël est de plus en plus répandue »

Ajouter à vos sélections

Le monde

Réutiliser ce contenu
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les JO 2024, l’Euro et le Real Madrid visés par l’État islamique ? – .
NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France