Ganna écrase le temps, Pogacar augmente son avance

Ganna écrase le temps, Pogacar augmente son avance
Ganna écrase le temps, Pogacar augmente son avance

Ganna écrase le chrono, Pogacar augmente son avance

Publié aujourd’hui à 17h38

Après trois ans d’attente, Filippo Ganna a renoué avec la victoire sur le Tour d’Italie en remportant le deuxième contre-la-montre, samedi sur les bords du lac de Garde, devant Tadej Pogacar qui s’envole au classement général.

A la veille de la première grande étape de montagne, Pogacar, deuxième du contre-la-montre, compte désormais 3 min 41 sec d’avance sur son nouveau dauphin, le Britannique Geraint Thomas. Un gouffre qui ne demande qu’à s’élargir dès la troisième semaine, où le Slovène retrouvera son terrain de prédilection avec des cols à profusion.

Samedi, Pogacar, vainqueur de trois étapes déjà dans ce Giro, a dû s’incliner de 29 secondes face à un pur spécialiste du temps, considéré comme le meilleur coureur de la planète.

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Ganna, double champion du monde du contre-la-montre en 2020 et 2021, a été battu de seize secondes par Pogacar lors du premier contre-la-montre à Pérouse il y a une semaine. Mais le parcours, avec une longue bosse à terminer, ne lui a pas profité.

Cette fois, il était chez lui, sur un parcours très vallonné de 31,2 km entre Castiglione delle Stiviere et Desenzano del Garda.

Après la première partie technique, où Pogacar avait l’avantage, la voiture Ineos a su développer sa formidable puissance dans les longues lignes droites en direction du lac de Garde pour mettre fin à trois ans de disette sur le Giro.

Les Suisses en retraite

« Je suis finalement retourné en Italie après toutes ces années. C’est une sensation très intense. Surtout parce que j’habite près d’ici. Je suis très content”, a réagi l’Italien après sa septième victoire sur le Giro, la sixième sur un contre-la-montre, mais surtout la première depuis 2021.

Loin derrière au classement général et parti en milieu d’après-midi, Ganna a dû attendre deux heures avant de connaître le dénouement qu’il a suivi depuis la « sellette » en compagnie de Jonathan Milan, avec qui il voudra gagner une seconde place. médaille d’or olympique sur piste en poursuite par équipes cet été à Paris.

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

“C’était stressant, j’ai souffert”, souffle-t-il, félicité en plein entretien protocolaire par son équipier Geraint Thomas, remonté à la deuxième place du général. Mais le Britannique est loin, comme tous les autres, à l’image de grimpeurs comme Daniel Martinez (2e à 3h56) ou Romain Bardet (désormais 8e à 7h52).

Côté suisse, le Zurichois Fabian Lienhard (90e à 5h21) et le Vaudois Robin Froidevaux (98e à 5h32) terminent très loin des leaders.

Pogacar a beaucoup travaillé sur le contre-la-montre cet hiver, notamment sa position aérodynamique, après avoir pris 1 min 38 sec en 22 km face à Jonas Vingegaard lors du dernier Tour de France. Un impératif pour le Slovène s’il veut devenir le premier coureur à réaliser le doublé Giro-Tour où il y a à chaque fois deux temps au programme.

Une étape « monstrueuse » dimanche

Dimanche, une redoutable étape de montagne attend les coureurs avec ses 222 km et ses 5 400 mètres de dénivelé positif.

La journée commence par les antipasti Lodrino et San Zeno avant de gravir le col de Mortirolo, ainsi nommé selon la légende après une bataille particulièrement sanglante entre Charlemagne et les troupes lombardes.

Et ce sera loin d’être terminé puisque les cinquante derniers kilomètres seront presque entièrement en montée, avec des passages à 19% dans les derniers mètres vers Livigno. “Une étape monstrueuse”, a commenté Pogacar qui aura l’occasion de sceller sans doute définitivement le sort de cette 107e édition du Tour d’Italie.

AFP

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France