Une journée culturelle et artistique au collège Notre-Dame de Gemmenich, en hommage à l’histoire de Moresnet-Neutre

Une journée culturelle et artistique au collège Notre-Dame de Gemmenich, en hommage à l’histoire de Moresnet-Neutre
Une journée culturelle et artistique au collège Notre-Dame de Gemmenich, en hommage à l’histoire de Moresnet-Neutre

Odeur de cuisine, bombe de peinture, cliquetis métalliques réguliers, notes d’espéranto, etc. : il n’était pas question de mathématiques, de géographie ou d’anglais ce jeudi au collège Notre-Dame de Gemmenich. Les 430 élèves de la 1re à la 6e secondaire ont été immergés dans une série d’ateliers le temps d’une journée qui se voulait artistique, culturelle et surtout immersive. C’est le principe du Parcours d’Éducation Culturelle et Artistique (PECA) mis en place dans les différents établissements de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans le cadre du Pacte d’Excellence, qui vise à offrir une « expérience culturelle complète ». “C’est-à-dire à la fois la connaissance théorique de l’objet culturel, mais aussi la composante relationnelle, la rencontre des artistes, puis la composante existentielle. Le fait par exemple, dans le cas d’une pièce de théâtre, de revivre la pièce, d’interpréter des passages, etc. C’est une dimension qui est souvent oubliée et confondue avec le ludique car on pense que cela va attirer les jeunes. Mais pour moi, c’est la composante expérimentale de l’art qui les séduit !explique le directeur du CND, Benoît Hilligsmann.

« Revaloriser ce patrimoine culturel souvent oublié »

Les 22 ateliers et balades culturelles proposés « à la carte » aux étudiants étaient guidés par une thématique très locale : « l’histoire insolite de Moresnet-Neutre », territoire qui correspond aujourd’hui à La Calamine considérée comme neutre de 1816 à 1919. et le voyage culturel a commencé il y a plus de deux mois, pour les deuxième et troisième années, avec la lecture du livre. Zinc de David Van Reybrouck, puis par la découverte de son adaptation au théâtre par la troupe Dynamo. Ce jeudi matin, l’acteur principal de l’Hervien, Patrick Donnay était présent pour un « bord de scène ».

D’autres jeunes se sont initiés à l’aquarelle avec pour modèle la pensée calaminaire, d’autres ont suivi un atelier de slam sur les questions d’identité et de territoire, tandis que la société espérantiste de Verviers présentait ce langage international dont Moresnet-Neutre voulait être le berceau,…. Vanessa Denis (alias De Nys) a proposé de manipuler la matière, le cuivre et le laiton. “Il fallait limer la pièce, la poncer, la frotter puis dessiner dessus à l’aide d’un graveur et d’un marteau. C’est remarquable : la plupart ont commencé avec des dessins personnels à main levée.

La journée s’est terminée par l’exposition de toutes les créations, dont une fresque murale qui égayera la cour. Le jeune réalisateur, qui en est à sa 3ème année à ce poste, espère par ce choix »reforger l’identité de l’école » Et “revaloriser ce patrimoine culturel souvent oublié ». “C’est souvent ce qui s’en rapproche le plus qu’on prend le moins de peine à découvrir ». Une approche d’autant plus pertinente compte tenu des liens du collège avec cette partie de l’histoire. « Nous avons eu les petits-enfants d’Émil Rixen, dont il est question dans le livre Zinc, ici à l’école. Et Léo Rixen (NDLR : un de ses fils) célébré la messe de Pâques l’année dernière »désigne celui dont le grand-père avait une nationalité neutre.


Un voyage en trois étapes

Ce parcours d’éducation culturelle et artistique a été mis en place avec l’aide de Julie Gustin, référente culturelle PECA au SeGEC. Une première journée pédagogique destinée aux enseignants a été mise en place en février. Ils ont regardé la pièce Zinc et ont eux-mêmes participé à différents ateliers et visité le musée de la métallurgie de Liège et le musée de la Vielle Montagne à La Calamine. Après la lecture, la soirée constituait la deuxième étape pour les étudiants, avec la présence de Léo Rixen. “Il est monté sur scène à la fin et a remercié la troupe, puis a évoqué la situation que nous vivons actuellement avec des conflits d’identité, de langue et de nationalité. C’était très touchant.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Soufiane El Bakkali remporte le 3000 m steeple avec Paris en ligne de mire [Vidéo] – .
NEXT Slafkovsky se donne en spectacle, mais la Lettonie a le dernier mot