la « méthode Santini » pour cibler les blocages d’accession en 1

la « méthode Santini » pour cibler les blocages d’accession en 1
Descriptive text here

l’essentiel
Tout au long de la saison, l’entraîneur ruthène Didier Santini a défendu l’idée que pour bien jouer en 2, il fallait seulement anticiper le match à venir. La méthode est bonne.

Depuis plusieurs semaines, les footballeurs ruthènes, de par la qualité de leurs résultats en championnat de Ligue 2, se positionnent à la porte des barrages d’accession à la Ligue 1.
Pourtant, leur entraîneur, Didier Santini, parle beaucoup d’ambitions de match ou de résultats mais très peu des barrages eux-mêmes. Une tactique ?

En effet, pour lui, c’est un horizon qui sera ou non un sujet de discussion au soir du dernier match qui se jouera face à Ajaccio, vendredi. Le coach aveyronnais est comme ça. Il dit souvent de lui-même qu’il ne peut se concentrer que sur une chose à la fois. En effet, pour Didier Santini, la seule chose qui prime, c’est le match à venir. De plus, il n’est pas nécessaire de l’interroger sur ses sentiments futurs qui dépasseraient le match à venir. De plus, le coach ne dispose pas de les éléments informatifs.

Celles-ci lui sont fournies par les membres de son staff technique qui analysent en amont les matchs des prochains adversaires de la RAF. Le sélectionneur Didier Santini a besoin de tous ces éléments d’observation sur l’adversaire pour le comprendre, l’analyser pour en parler.
Il y a aussi la nécessité importante de s’appuyer sur les retours de vos joueurs sur leur dernière rencontre.

En effet, dans le processus de travail de l’entraîneur ruthène, chaque joueur qui vient de disputer un match doit expliquer ce qu’il a ressenti du match tant individuellement que collectivement.
Tous ces éléments façonnent le ressenti de l’entraîneur ruthène pour comprendre ce qui s’est passé et s’en servir pour planifier le match à venir. Dès lors, on comprend mieux pourquoi Didier Santini refuse de se projeter plus loin que le match à venir.

Une méthode adoptée par tous les acteurs

Rencontrer les joueurs de la RAF, c’est aussi entendre ce besoin de vivre le moment présent.
Un jour, dans une interview, le milieu de terrain Lorenzo Rajot a fait cette remarque. « Ne me parlez pas des barrages de L1. Nous verrons où nous en serons le soir du dernier match. Logique et imparable.

Tout autant lorsque Didier Santini, interrogé sur le fait que son équipe encaisse vraiment trop de buts, répondra d’emblée ; « Tant que nous gagnons des matches, ça me va. C’est ainsi que joue mon équipe.

Ajaccio vendredi à Paul-Lignon

Le dernier match du championnat aura lieu ce vendredi à Paul-Lignon, pour Rodez qui reçoit Ajaccio. Les Aveyronnais devront battre les Corses pour gagner trois points, atteignant la barre symbolique et exceptionnelle des 60 points gagnés lors d’une saison de L 2 (record du club).

Par ailleurs, le RAF suivra à distance les résultats de Caen (6e) qui accueille le dernier, de Valenciennes et du Paris FC (4e) qui jouera à Bastia (12e). Caen (55 pts) peut encore doubler le RAF (57 pts) pour obtenir la 5ème place en cas de victoire et de défaite de Rouergats contre Ajaccio. Le Paris FC peut conserver sa quatrième place en cas de victoire en Corse. L’enjeu est donc palpable pour toutes ces équipes en vue de conquérir une quatrième et une cinquième place donnant à toutes deux une place pour disputer les barrages de montée en L1.

La RAF ne s’inquiète donc pas. « Je préfère parler du spectacle, de la folie sur le terrain comme mon équipe sait le faire. Nous sommes ici pour établir un lien avec notre public. Ce dernier ne nous critique jamais. Nos supporters sont bienveillants, positifs, nous soutiennent. J’aime ce club ruthène où je me sens bien. Je peux discuter avec mon président, avec mon directeur sportif, avoir une vraie relation avec eux et non pas une rencontre informelle juste le soir du match comme cela arrive dans certains clubs. J’ai besoin de me sentir bien pour travailler sereinement. Je l’ai trouvé à Rodez. C’est une force qui fait aussi du bien aux joueurs. À l’heure où les droits TV ne sont pas encore décidés en Ligue 2, l’inquiétude est grande dans le monde du football professionnel. De plus, la Ligue 2 passera à 18 clubs la saison prochaine ce qui verra la disparition de deux clubs et avec de nombreux joueurs. Pouvoir rejoindre un club sérieux et bien géré devient un problème pour de nombreux acteurs du football professionnel. Aussi, quand on est dans un club où l’on peut travailler en confiance et avec des personnes compétentes, c’est un grand plaisir.

“On a fait des choses folles”

« Quand je regarde notre saison, je me dis que si on est là, c’est parce qu’on a fait des choses folles sur le terrain. Cela a été notre force. Je n’aime pas ce football où l’on voit des équipes gérer et calculer. Nous devons transporter du public. Notre sport est un spectacle. L’attitude des joueurs sur le terrain peut faire se lever le public dans les tribunes. Je veux ça de mes joueurs. Il faut procurer des émotions, apporter du rêve. Cette saison a apporté ces sentiments à notre public. Il faut continuer à offrir ces moments intenses. En tant qu’entraîneur, je trouve facile d’entraîner une équipe aussi professionnelle. Je m’appuie sur un personnel technique de très grande qualité et une équipe de direction exceptionnelle. Il est beaucoup plus difficile de travailler pour des entraîneurs qui s’occupent d’une équipe régionale ou nationale. Ils n’ont pas les mêmes structures de travail.

Ainsi, le RAF est devenu cette saison, « une formation difficile à jouer », se donnant surtout le temps de simplement vivre le présent. Et Didier Santini s’en félicite…

RAF : barrages et barrages vers la L1

Il reste encore de nombreux matches à jouer aux footballeurs ruthènes avant même de penser à jouer en Ligue 1 la saison prochaine.

Tout d’abord, il faudra terminer cinquième ou quatrième de Ligue 2 au soir de la dernière journée de championnat qui aura lieu ce vendredi. Là, Rodez (5e) accueille Ajaccio (14e) qui ne joue plus aucun but dans cette compétition.

A l’inverse, Rodez doit battre les Corses pour espérer dépasser le Paris FC qui se déplacera à Bastia. Les Parisiens sont quatrièmes et comptent un point de plus que le RAF.

Tout l’intérêt de terminer le championnat à la quatrième place est de lancer les play-offs en recevant le cinquième du championnat, le mardi 21 mai à 20h30. En effet, lors de ces play-offs le cinquième va au quatrième pour un match unique conclu par des tirs au but en cas d’égalité à la fin du temps réglementaire.

Ensuite, le vainqueur de ce match ira jouer contre le troisième de Ligue 2 pour un match, également conclu par des tirs au but en cas d’égalité, le vendredi 24 mai à 20h30. Enfin, le vainqueur des barrages de Ligue 2 affrontera, en match aller-retour, le 16ème de Ligue 1 (jeudi 30 mai à 20h30 et dimanche 2 juin à 17h) avec le premier match au stade des équipes de Ligue 2 et le deuxième match au les terrains de l’équipe de Ligue 1. En résumé, pour le RAF, il faudra passer par 4 matches pour parler de Ligue 1 si les Aveyronnais se qualifient pour les barrages.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La reine Máxima remet les prestigieux prix du roi Guillaume Ier à trois entreprises
NEXT Un départ important à la VFM, le staff renouvelé