La fin du Liverpool de Jürgen Klopp, triste comme celle des Beatles

La fin du Liverpool de Jürgen Klopp, triste comme celle des Beatles
La fin du Liverpool de Jürgen Klopp, triste comme celle des Beatles

Le 26 janvier 2024, l’annonce par Jürgen Klopp de son départ du Liverpool FC en fin de saison plongeait la ville de la Mersey, soudain frappée par la stupéfaction, dans une tristesse qui n’était pas sans rappeler celle qu’elle avait éprouvée lors de la séparation de les Beatles en 1970. La scission des Liverpool Four avait mis fin à une carrière officielle de neuf années de bonheur (de fin 1961 avec l’arrivée de Ringo Starr à 1970). Un bail comparable aux neuf saisons du sélectionneur de la casquette passées sur le banc des Reds (d’octobre 2015 à mai 2024) et dont le nom résonne si bien chez Kop.

Mieux ! « Kloppo » et Liverpool FC étaient la continuation d’un tropisme anglo-allemand déjà éprouvé par les Beatles qui, avant d’être célèbres en Angleterre, avaient fait leurs armes lors de quatre séjours dans les clubs miteux de Hambourg entre 1960 et 1962. Les « Fab Four » a même adapté deux de leurs tubes en allemand en 1964, « I Want To Hold Your Hand » (« Komm, gib mir deine Hand ») et « She Loves You » (« Sie liebt dich »).

La cause du départ de l’entraîneur Jürgen, dont le contrat courait jusqu’en juin 2026 ? L’usure physique et mentale, malgré la moisson de titres, révélée le 26 janvier : «Je suis à court d’énergie. Je vais bien, mais je sais que je ne peux pas faire ce travail encore et encore.» On pense à la chanson de John Lennon, « I’m so fatigué », tirée du White Album (1968) : «Je suis tellement fatiguée, je n’ai pas dormi un clin d’œil. Je suis tellement fatiguée, mon esprit est en train de cligner des yeux…

Avril 1970 – avril 2024

En tout cas, dès l’annonce de la fin de son bail, Jürgen Klopp, malgré tout combatif, a voulu finir en beauté, espérant offrir aux Reds une remontée extraordinaire de quatre titres dans les compétitions en cours : Premier League, Ligue Europa. , FA Cup et Coupe de la Ligue. Et bingo ! Le 25 février, c’est ce dernier trophée que ses gars, dont pas mal de rookies, ont remporté à Wembley contre Chelsea (1-0).

Le chœur Beatlesien »Venir ensemble! En ce moment, c’est fini pour moi !» collait parfaitement à « Kloppo », debout, les bras tendus, recueillant fièrement les acclamations d’un tour rouge de bonheur. Hélas! Le 17 mars, Liverpool s’incline en quart de FA Cup face à Manchester United dans la dernière minute de la prolongation (4-3).

Jürgen Klopp

Crédit : Getty Images

Et après deux victoires en Premier League, une séquence encore plus sombre viendrait considérablement miner les chances des Scousers : un nul à MU (2-2) PL le 7 avril, puis une défaite quasi éliminatoire le 11 avril à Anfield face à l’Atalanta (0- 3) dans une C3 où ils figuraient parmi les favoris (1-0 seulement au retour) et enfin nouveau revers à domicile, le 14 avril, contre le petit Crystal Palace (1-0). Ici commença le chemin de croix pour le club et surtout pour son entraîneur, sur l’air de Carry That Weight sur l’album Abbey Road (1969) : «Garçon, tu vas porter ce poids. Porter ce poids longtemps«…

Étonnamment, la rupture des Reds en avril 2024 a suivi pratiquement le même timing que celle des Beatles en 1970. C’est le 10 avril de la même année que Paul McCartney a annoncé publiquement son départ des Beatles, provoquant ainsi la fin officielle de la relation. Fab Quatre. La Fin, comme le chantait Paulo dans Abbey Road ? Pas assez. Ni pour le Liverpool FC, toujours en course au titre de champion, ni pour les Beatles, avec des productions post-séparation à venir…

La colère de Van Dijk et le choc Salah-Klopp

Mais le 24 avril, les Reds ont sombré à Everton (2-0), chez le voisin détesté, provoquant la colère du public de Virgil van Dijk. Le capitaine reproche vivement à ses coéquipiers d’avoir laissé filer le titre en ne s’impliquant pas pleinement. Pire ! Trois jours plus tard, vers la fin du match de la désillusion à West Ham (2-2), le ton est monté entre Mohamed Salah et Jürgen Klopp, le premier reprochant au second sur le banc de touche son entrée trop tardive. Un scandale télévisé entre Mo et « Kloppo », les deux héros des années de gloire !

Ensemble, avec les autres Reds également, Liverpool est devenu numéro un mondial en 2019 (Ligue des Champions, Super Coupe de l’UEFA et Coupe du monde des clubs), tout comme la Beatlemania a tout pris dans les années soixante. Le jeu conquérant, offensif et pétillant de l’équipe de la Mersey était devenu incontournable et le charisme rayonnant de Jürgen Klopp n’avait d’égal que le génie du management de Brian Epstein, le mentor des Beatles qui avait mené les Fab Four au sommet du Top. Et puis l’inspiration a fini par s’estomper lors de la saison 2022-2023 et la télépathie collective des Reds (identifiables aussi aux Beatles) s’est évanouie après toutes ces années à se battre au sommet.

Le conflit Klopp-Salah comme symbole : « Liverpool se déroule sous nos yeux »

Les colères de Van Dijk et du choc Salah-Klopp à des moments cruciaux où le titre de champion était encore une possibilité font référence aux querelles internes qui ont miné les Beatles, à l’insu des habitants de Liverpool. On apprend ainsi au printemps 1970 que John Lennon avait en effet annoncé son départ du groupe à ses trois « coéquipiers » en septembre 1969. Une décision qu’ils avaient ensemble souhaité rendre publique plus tard, pour ne pas compromettre la commercialisation de leur nouvel album à venir, Abbey Road…

Qu’il en soit ainsi…

Début mai 2024, malgré les chances mathématiques encore faibles d’être champion d’Angleterre, la lutte se poursuivait au Liverpool FC. Sur la mélodie crépusculaire de The Long And Winding Road de McCartney également sorti en mai 1970, le 11 : «La route longue et sinueuse. La route longue et sinueuse qui mène à votre porte» («La route longue et sinueuse. La route longue et sinueuse qui mène à votre porte“). Quelle porte ? Celle de la Ligue des champions 2024-2025, peut-être, puisque les Reds termineront tout de même troisièmes de la PL, derrière City et Arsenal, dans le désordre. Mai 2024 aura été le triste épilogue de la fantastique aventure du Liverpool FC de Jürgen Klopp tout comme mai 1970 le fut pour les Fab Four, avec la sortie de leur dernier album officiel, Let it be, le 8, ainsi que de la comédie musicale éponyme. documentaire de Michael Lindsay-Hogg sorti le 20.

Liverpool recevra Wolverhampton le samedi 19 mai. Malgré la tristesse de leur séparation d’avec Jürgen Klopp, les Reds tenteront de finir en beauté, comme l’avaient également fait les Fab Four 54 ans plus tôt, presque jour pour jour, en livrant leur magnifique chant du cygne. , le hit céleste Qu’il en soit ainsi. Ainsi soit-il.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Limoges déclassée pour raisons financières
NEXT Cristiano Ronaldo a remis tout le monde sur la bonne voie