ces entreprises, même loin de Paris, travaillaient pour les Jeux Olympiques

ces entreprises, même loin de Paris, travaillaient pour les Jeux Olympiques
ces entreprises, même loin de Paris, travaillaient pour les Jeux Olympiques

Mobilier urbain, équipements de traitement des eaux usées… Plus d’une vingtaine d’entreprises d’Occitanie ont remporté des marchés dans le cadre des appels d’offres pour les JO 2024. Deux mois avant le début du concours, deux d’entre eux dressent un premier bilan.

Créé spécialement pour accueillir les athlètes du monde entier, un village olympique a vu le jour aux portes de Paris. Une petite ville construite en un temps record.

Parmi ceux qui ont rendu cela possible, une entreprise de Fabrègues, ville d’un peu plus de 7 000 habitants située à quelques kilomètres de Montpellier dans l’est de l’Hérault.

Sa mission : développer le mobilier urbain « innovant et inclusif ». En bois, en acier ou en béton recyclé, Arnaud Allez, directeur du pôle mobilier urbain d’Agora, et son équipe ont imaginé “des modules droits, des modules étagés pour pouvoir être positionnés à différentes hauteurs, en fonction de l’usage.”

Pour l’entreprise, il s’agit d’un projet de 600 000 euros, sur deux ans, commandé spécialement pour les jeux. Et un coup de projecteur significatif : « Cela nous apporte une notoriété, tant en France qu’à l’international, d’avoir travaillé sur un projet d’une telle ampleur. Cela nous fait rayonner au-delà des frontières. Le mobilier est installé depuis fin février. Il y restera définitivement.

Avec 2 800 logements, le village olympique est un chantier colossal. Et une opportunité pour cette autre affaire proche de Montpellier. Elle est spécialisée dans le recyclage des eaux usées. “La machine du village des athlètes servira à recycler les eaux usées et à restituer l’eau potable aux étages du bâtiment destinée aux douches et aux machines à laver”explique Guilhem Molles, le directeur technique de Nereus.

L’entreprise a décroché un deuxième contrat. Avec une autre machine qui pompera l’eau des égouts pour irriguer la végétation. Au total, c’est un contrat d’une valeur de 500 000 euros pour l’entreprise et beaucoup de motivation pour ses salariés. “Tout le monde a eu beaucoup de plaisir à travailler sur un projet comme les Jeux Olympiques de par son ampleur et la notoriété du projet.reconnaît Guilhem Molles. Et le sport parle à tout le monde.

Fierté et belle visibilité pour ces entreprises d’Occitanie qui espèrent rebondir et conquérir d’autres marchés grâce aux Jeux Olympiques.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Jean-Louis Gasset annonce la fin de sa carrière d’entraîneur
NEXT La FIFA tiendra une réunion d’urgence pour décider d’exclure ou non Israël