Kiedrzynek, le gardien du PSG qui a vécu toutes les émotions face au Paris FC

Kiedrzynek, le gardien du PSG qui a vécu toutes les émotions face au Paris FC
Descriptive text here

Un chèque manqué qui aurait pu tout gâcher. Heureusement pour Katarzyna Kiedrzynek, sa belle saison avec le PSG, son club fétiche où elle est revenue l’été dernier, se poursuit jusqu’à vendredi, date de la grande finale du championnat. Si le club des Rouge et Bleu a l’opportunité de devenir champion de France pour la deuxième fois chez les féminines, il le doit en grande partie grâce à son gardien polonais. Et le plus terrible, c’est que s’il avait été éliminé ce samedi soir en demi-finale face au Paris FC (2-2, 5-4 tab), il aurait aussi pu en vouloir à « Kasia » ou « Kate », la chérie de les ultras.

Sur une passe anodine de Jade Le Guilly, Kiedrzynek a poussé son ballon trop loin, offrant l’ouverture du score à Clara Matéo (36e). Un but qui n’aurait jamais dû être accordé par le VAR, Matéo étant en position de hors-jeu. Mais l’erreur du gardien est aussi grande que celle du corps arbitral. En seconde période, sur le but de Daphné Corboz (56e), Kiedrzynek a été trop courte dans son intervention, avec des gants savonneux. Un grand jour, elle n’aurait sans doute pas manqué cette intervention.

Et puis tout a basculé après une séance de tirs au but maîtrisée du PSG. « Kasia » se montre décisive sur la deuxième tentative du Paris FC en stoppant le tir de Mathilde Bourdieu. De quoi envoyer son club en finale du championnat. «Ceux qui la connaissent savent qu’à la fin du match, elle s’est rapidement excusée de son erreur», explique son entraîneur Jocelyn Prêcheur. Elle a rattrapé son erreur en réalisant ce penalty. En fin de compte, c’est plus important. Elle a également fait un défilé lors de la seule occasion du Paris FC en fin de match. Elle a su se remobiliser. »

Loin d’être simple dans une saison particulière pour les gardiens du PSG. Car même si elles s’entendent à merveille, les deux concurrentes, Constance Picaud et Katarzyna Kiedrzynek, doivent alterner les titularisations. La Française a disputé 20 matches, la Polonaise 18, toutes compétitions confondues. Mais, blessée, la gardienne de 33 ans n’avait plus joué depuis fin mars avec le PSG et a fêté sa dernière sélection avec la Pologne le 11 avril.

Fraîchement retraitée internationale, elle « s’est blessée avant la demi-finale aller de Ligue des champions (NDLR : 20 avril), précise Jocelyn Prêcheur, qui aurait dû la titulariser ce jour-là à Lyon. C’était alors trop court pour la finale de Coupe de France. Mais elle a passé une excellente semaine d’entraînement. S’il n’y a pas cette erreur ce soir, nous n’aborderons pas le sujet. » Titulairera-t-elle la finale vendredi ? « Je n’ai pas encore pris ma décision. Nous prendrons contact avec les gardiens. »

Le groupe parisien se retrouvera lundi après un dimanche de repos bien mérité. Un autre point sera pris en compte pour Jocelyn Prêcheur : Constance Picaud est en fin de contrat fin juin. Une situation qui pourrait peser sur le moral de la Française. « Ce ne sont pas des situations faciles, rappelle le sélectionneur. Quoi qu’il arrive, Katarzyna Kiedrzynek, qui a quitté le club en 2020, juste avant l’unique titre de championne de France, aura l’occasion d’ajouter une ligne à son palmarès vendredi. Et soyez assuré qu’elle le fêtera avec ferveur chez les ultras.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une dizaine de voitures incendiées
NEXT Un éclat de pression est relâché en interne