Football. L’AG Caen a tenu bon pour maintenir un combat acharné

Football. L’AG Caen a tenu bon pour maintenir un combat acharné
Football. L’AG Caen a tenu bon pour maintenir un combat acharné

Par

Aline Chatel

Publié le 11 mai 2024 à 21h58

Voir mon actualité
Suivre le sport à Caen

L’AG Caen maintenu en National 3 avec un des meilleurs gardiens du championnat, un des meilleurs attaquants et des frères qui n’ont pas grand chose à faire à ce niveau au milieu, c’est normal. Pourtant, l’Avant Garde a réalisé une très belle prestation, sauvant sa peau avant la dernière journée de championnat.

Un électrochoc concluant

Malgré une colonne vertébrale – Pascal Michelizzi, Sabri et Azzeddine Toufiqui, Michaël Faty – extrêmement compétitive, sa longue saison désastreuse l’avait plongé loin de la ligne de flottaison. Samedi 11 mai 2024, l’AGC a remporté sa cinquième victoire d’affilée (2-1) et c’est synonyme de maintien. Le choc attendu fin mars avec le limogeage de l’entraîneur Christophe Duboscq a été couronné de succès.

Félix Legras, désormais épaulé par l’entraîneur qualifié Hervé Savaroc pour répondre au cahier des charges, a su trouver les mots et les ajustements nécessaires pour remobiliser un groupe qui plongeait sans cesse. La victoire sur Flers a confirmé la progression de Caen et le petit plus d’entrain qui lui permet de conserver un résultat.

Une très bonne première mi-temps

Rapidement devant grâce à un but d’Arthur Marut sur corner, auteurs du break en première mi-temps par l’inévitable Michaël Faty après une percée de Morgan Hardoin, l’AG Caen a régné sur la première mi-temps. Son avantage à la pause (2-0) était très logique.

La première mi-temps a été bonne en contenu et en générosité. On s’est dit qu’on allait avoir d’autres occasions de marquer un troisième but pour se mettre à l’abri et c’est le contraire qui s’est produit.

Hervé Savaroc, entraîneur de l’AG Caen

Difficultés en seconde période

Dans une ambiance chaude et sous un soleil dégagé, qui a même nécessité des pauses fraîches, Flers a mis son adversaire en difficulté tout au long du deuxième acte. Sans la maladresse de Demba Dia, qui a raté quelques ratés, et l’aide du poteau, le but d’Emilien Cramoisan n’aurait pas été le seul des visiteurs. « Flers aurait mérité d’égaliser », reconnaît Hervé Savaroc. L’Avant Garde a perdu de sa superbe.

On a reculé, on n’a pas su gérer le bon début de seconde période de l’équipe adverse et on a souffert sans pouvoir réagir. Notre seconde mi-temps est très moyenne.

Hervé Savaroc

L’AGC a aussi pu compter, comme souvent, sur un grand Pascal Michelizzi, son dernier rempart. « Pascal fait une excellente saison, il est décisif. » A l’arrivée, les trois points étaient au bout et les chants de joie ont longtemps résonné dans le vestiaire de Venoix. « Nous avons joué deux mi-temps diamétralement opposés dans le contenu, mais les valeurs de cœur et de courage nous ont permis de conserver ce résultat qui nous a sauvés », savoure Hervé Savaroc. Le maintien est logique au vu de l’effectif caennais, mais il a mis très longtemps à se dessiner.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce qu’il faut retenir du témoignage au procès de Donald Trump
NEXT L’After Foot complet du vendredi 24 mai 2024