34ème journée de Betclic Elite. Combatif jusqu’à la dernière seconde, le Limoges CSP s’est incliné 86 à 90 pour son dernier match de la saison. – .

34ème journée de Betclic Elite. Combatif jusqu’à la dernière seconde, le Limoges CSP s’est incliné 86 à 90 pour son dernier match de la saison. – .
34ème journée de Betclic Elite. Combatif jusqu’à la dernière seconde, le Limoges CSP s’est incliné 86 à 90 pour son dernier match de la saison. – .

A l’image de sa saison, l’équipe du Limoges CSP n’a pas baissé les bras lors de son dernier match de championnat, quelques jours avant l’ultimatum posé par la Ligue Nationale de Basket au club pour présenter son budget. Alors qu’il n’y avait aucun enjeu pour les Limougeauds dans cette rencontre, Nicolas Lang et ses coéquipiers ont tout fait pour ressortir la tête haute de cette année pas comme les autres.

Il repart avec un signe fort vers la tribune des Ultras : Nicolas Lang dit au revoir à Beaublanc. Pour cette saison, c’est sûr. Peut-être pour toujours aussi. A l’image de ce qu’ils ont montré toute l’année, les Limougeauds se sont montrés particulièrement combatifs lors de cette dernière soirée de la saison régulière Betclic Elite. Un état d’esprit salué par le sélectionneur en fin de match.

« Ce sont des gars fiers, courageux et compétitifs. Ils ont fait le travail. Ils sont restés unis face à l’adversité.

Jean-Marc Dupraz, entraîneur du Limoges CSP

En conférence de presse, le capitaine Nicolas Lang a lui évoqué la façon dont son équipe a dû vivre cette saison perturbée par les déboires financiers et les deux victoires retirées.

« Nous sommes des morts-vivants. Nous avons juste essayé de mettre un pas devant l’autre. […] J’ai l’impression que nous avons vécu 3 saisons en 1. »

Nicolas Lang, capitaine du Limoges CSP

L’ovation au coup de sifflet est méritée, au terme d’une saison où ce qui s’est passé en coulisses n’a fait que renforcer l’amour de son public pour son équipe, s’il pouvait encore l’être. . Plus que jamais, l’ambiance au Palais des Sports est à la fois bienveillante envers ses joueurs et hostile envers ses dirigeants. Car c’est avec le désormais traditionnel refrain « Direction Démission » descendu de la tribune des Ultras Verts que la propriétaire du club, Céline Forte, a été accueillie. Le groupe de supporters déploie alors une banderole : « Respect pour nos joueurs, honte pour nos dirigeants ». Un nouveau slogan pour dire à l’équipe qu’elle aura été impeccable tout au long de la saison, contrairement à la gestion financière.

Contrairement à son dernier adversaire la JL Bourg, 4ème de Betclic Elite avant cette 34ème journée et donc qualifiée pour les quarts de finale des playoffs, il n’y avait pas de défi pour Limoges, sur le papier du moins. Car il y avait la volonté de récompenser ceux qui les soutenaient et de sceller une dernière fois cette cohésion. “La meilleure façon de les remercier est de terminer par le meilleur match possible. » a déclaré Jean-Marc Dupraz, l’entraîneur de Limougeaud avant la rencontre.

Sortir la tête haute, ignorer les deux victoires retirées, le départ de l’entraîneur Ilias Kantzouris en pleine saison, tous les rebondissements extra-sportifs qui ont ponctué cette année pas comme les autres : tel est l’état d’esprit de lequel Nicolas Lang et ses coéquipiers se sont présentés ce samedi soir à Beaublanc.

Ils se sont donc battus contre une équipe redoutable. Au coup d’envoi, les Limougeauds ont donné leur rythme, menant 7 à 1 après 2 minutes de jeu mais rapidement les hommes de Freddy Fauthoux, ancien palois, ont profité de chaque erreur de leur adversaire, et ont réussi à mener pour la première fois. jusqu’à la fin des 10 premières minutes de jeu. Leurs atouts offensifs leur permettent de prendre un écart pouvant aller jusqu’à 13 points.

La moindre erreur est payée en espèces

Jean-Marc Dupraz, entraîneur du Limoges CSP

“Nous aurions pu être en difficulté mais nous avons réussi à rester dans le match : cela montre le caractère de cette équipe.”

Nicolas Lang, capitaine du Limoges CSP

Mais la 3e faute de la pépite de Bourg-en-Bresse Zaccharie Risacher, et la combativité des Limougeauds, dans le secteur défensif notamment, réduisent l’écart : le CSP rentre aux vestiaires avec 3 points de retard sur le score de 38 à 41. .

“C’est une équipe très résiliente, aussi bien sur la durée que sur un match.”

Jean-Marc Dupraz, entraîneur du Limoges CSP

Après la pause, les joueurs de Jean-Marc Dupraz ont retrouvé la réussite à distance qui leur avait manqué jusqu’ici (31% en première période, contre 50% pour la JLB, 2 tirs sur 7 à 3 points pour Tyree Appleby). Mais les coéquipiers de Maxime Courby ont retrouvé un second souffle et ont conclu le 3ème quart-temps en menant 67 à 59. Dans la dernière partie du match, Tyree Appleby a réalisé 3 tirs à 3 points permettant à Limoges de ne pas se laisser distancer. A 2 minutes du coup de sifflet, 5 points séparent les deux équipes. Dans le Money Time, le CSP n’abandonne toujours pas : Nicolas Lang et Danilo Nikolic enchaînent deux coups gagnants, Limoges revient à égalité, Beaublanc se relève, tout comme Céline Forte quelques secondes auparavant, mais pour quitter le Palais des Sports, comme à sa regrettable habitude. Mais une erreur d’Alexandre Chassang a scellé l’année du CSP par une courte et belle défaite : 86 à 90. Les joueurs ont salué le public qui leur a réservé une standing ovation et qui leur a témoigné un soutien sans faille. Un au revoir un peu amer car la saison n’est pas vraiment terminée.

Car désormais, c’est hors des tribunaux que tout se joue. Le CSP se lance dans un Money Time qui n’a jamais aussi bien porté son nom, mais cette fois, le frisson est bien moins agréable que celui qui peut traverser les supporters limougauds quelques minutes avant le buzzer.

La saison se poursuivra dans quelques jours, loin du Palais des Sports, dans les bureaux parisiens de la LNB. A Paris, ce mercredi 15 mai, date de l’ultimatum posé par la DNCCG, le Conseil supérieur de direction aura entre les mains les documents qui scelleront l’avenir du CSP de Limoges. Les dirigeants présenteront-ils des comptes verts au gendarme financier du basket français ? Céline Forte a-t-elle accepté l’offre de Lionel Peluhet, a-t-elle opté pour les mystérieux investisseurs qui font beaucoup parler depuis le 4 mars, est-elle en mesure de présenter des garanties suffisantes pour permettre à la DNCCG de valider le maintien du Limoges CSP dans Betclic Elite ? Quoi qu’il en soit, le Conseil supérieur de gestion passera au peigne fin le budget envoyé par le club de Limougeaud avant de recevoir ses dirigeants le 10 juin.

Les acteurs du CSP doivent attendre que la situation se calme, d’une manière ou d’une autre.

« Comment voulez-vous que nous réfléchissions à notre avenir ? Nous attendrons. J’ai pris des notes sur cette saison, dans 10 ans je pourrai écrire un livre… Je garderai un bon souvenir de beaucoup de gens, et aussi un très mauvais de beaucoup d’autres personnes.

Nicolas Lang, capitaine du Limoges CSP

A trois jours de cette ultime échéance, tout semble terriblement incertain. Dans la brèche, le Limoges CSP ne peut plus compter sur ses joueurs, ni sur le 6ème homme : le club historique doit s’appuyer sur une poignée de personnes, qu’il faut espérer avoir pour lui un amour aussi sincère. et puissant que celui qui fait vibrer Beaublanc depuis si longtemps.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Des militants palestiniens publient une vidéo d’un otage israélien vivant
NEXT la liste restreinte pour remplacer Luka Elsner