« Il ne faut pas surjouer » prévient Pierre-Louis Barassi avant le choc

« Il ne faut pas surjouer » prévient Pierre-Louis Barassi avant le choc
Descriptive text here

l’essentiel
Touché aux côtes lors des huitièmes de finale de la Coupe des Champions il y a un mois, Pierre-Louis Barassi revient au centre de l’attaque pour la réception au Stade Français ce dimanche (21h05). Avec ambition mais sans « envie particulière de se montrer ».

Le Stade Français se présente en leader après un week-end de repos. Ce choc permet-il d’éviter de trop se projeter vers le Leinster ?

La finale de la Coupe d’Europe a lieu dans deux semaines, ce n’est pas comme si nous jouions la semaine prochaine. Mais en réalité, l’enjeu du match avec la réception du premier est suffisant. Nous avons pu récupérer en début de semaine pour pouvoir arriver avec de la fraîcheur mercredi. Nous avons la chance de pouvoir jouer des deux côtés mais cela nous oblige à basculer très vite entre les deux compétitions à chaque fois. Il va falloir être prêt à cela.

Lire aussi :
Stade Toulousain – Stade Français : après les Harlequins, d’un sommet à l’autre pour les « rouge et noir »

Ce sera un choc des styles entre une défense solide et une équipe très concentrée sur l’offensive…

Ils sont concentrés sur le registre défensif mais quand on met les ingrédients ensemble, on est aussi efficace en défense. Après, ils sont aussi très, très dangereux sur les turnovers et sur les attaques sur phases arrêtées. Ce n’est pas seulement la défense qu’il faut examiner avec eux, ils ont de grandes personnalités. Alors oui, il y a un choc des styles mais aujourd’hui, chaque club du Top 14 a sa manière de jouer. Il s’agit de se concentrer sur nous-mêmes et sur notre jeu, c’est ce qui est important.

Lire aussi :
Stade Toulousain : « C’est le type le plus énervant que j’ai jamais croisé… » Thomas Ramos accusé par un joueur des Harlequins

Le Stade Toulousain reste sur 30 matches sans défaite à domicile en Top 14. Est-ce quelque chose que vous avez en tête ?

Pas du tout, honnêtement. On prépare chaque match pour le gagner et que ce soit à domicile ou à l’extérieur, on met les mêmes ingrédients. Après, évidemment, quand on est poussé par notre public – je crois que cette saison, nous avons été complets à chaque match (sauf contre Montpellier lors de la 2e journée, NDLR) – ça nous donne un supplément d’âme. Mais on n’en parle pas trop.

Lire aussi :
Stade Toulousain-Stade Français : Dupont remplaçant, Ntamack au repos, Ramos retrouve son 15… Découvrez la composition de Toulouse

Qu’est-ce qui a changé depuis le match aller où vous étiez opposé par cette défense ?

Ce dont nous avons parlé, c’est que nous n’avions eu que neuf jeux de coups de pied. Nous avions été un peu trop excessifs dans notre envie de jouer. Je ne dis pas qu’on va botter mais depuis ce jour, on s’est concentré sur l’utilisation de cette arme pour faire pression. Qu’est ce qui a changé ? Un peu de tout. Ils étaient déjà premiers il me semble, on est sur une bonne dynamique, c’est à domicile donc on a envie de montrer un bon visage. Il ne reste plus beaucoup de matches, les places sont chères et nous pouvons nous mettre dans une très bonne position en cas de victoire.

Lire aussi :
Stade Toulousain – Stade Français : pourquoi Santiago Chocobares, ni blessé ni suspendu, ne pourra pas postuler pour le choc du Top 14

Vous parliez d’endroits chers. Sur le plan personnel, comment trouver le bon équilibre entre l’envie de se montrer et l’envie de se fondre dans le collectif ?

Il ne faut surtout pas surjouer. Chacun de nous mérite d’être là où il est aujourd’hui. Nous avons une équipe solide, je pense que nous sommes l’équipe qui a joué le plus de joueurs cette saison. L’enjeu, c’est que tout le monde soit en forme, à 100%, pour donner du fil à retordre aux coachs avec leur composition. Après, il n’y a pas d’envie particulière de s’afficher ou quoi que ce soit. Mon envie est de gagner le plus de matches possible et d’aller le plus loin possible dans les deux compétitions.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Tout était en place pour assister à un désastre », selon Luis Enrique, mais Paris a quand même gagné
NEXT Sangaré fait une révélation sur le tacle de Mané