A la Foire de Tours, ils veillent à la sécurité des fêtards du village gastronomique

A la Foire de Tours, ils veillent à la sécurité des fêtards du village gastronomique
A la Foire de Tours, ils veillent à la sécurité des fêtards du village gastronomique

Une immense discothèque à ciel ouvert, où l’alcool coule à flots. Deux salles, deux ambiances au village gastronomique de la Foire de Tours, jeudi 9 mai 2024. Comme chaque fin de soirée, les mangeurs cèdent la place aux fêtards jusque tard dans la nuit.

Au fur et à mesure que les ruelles centrales se vident, le flux se dirige vers la trentaine de bars d’ambiance, en bordure du village. Grâce aux deux jours fériés consécutifs, la fréquentation est particulièrement élevée. Le pic de fréquentation est atteint à 22 heures, alors qu’ils étaient plus de 12 000.

“Avec l’alcool, la sortie peut facilement mal tourner”

« Je suis venu chercher l’originalité, rencontrer du monde et passer un bon moment. J’ai envie d’être surpris, je me laisse emporter. Pour l’instant, la soirée répond à mes attentes”, sourit Anthony, la vingtaine. Le seul bémol c’est qu’il ferme à 1h du matin « C’est trop tôt, la soirée vient à peine de commencer ! » D’autres ne contestent pas cette règle. « Après 30 ans de salon, nous savons à quoi nous attendre. Au bout d’1h il faut partir pour éviter tout tracas”commente son ami.

En effet, les agents de sécurité doivent faire appel à la psychologie, voire à la force, pour évacuer le site. « Avec l’alcool, la sortie peut facilement mal tourner. En général, tout se résout de manière très pacifique. »raconte Géraud Lanièce, le directeur général de Tours Événements.

Après 23 heures, les visiteurs ont tendance à se concentrer aux abords du site, près des bars d’ambiance.
© (Photo NR, Rachel Herman)

Tout au long de la soirée, l’équipe de sécurité surveille en temps réel la circulation sur le site jugé sensible. Ce système bien rodé s’appuie sur la vidéosurveillance, 27 caméras sur le site, et une cellule qui compte chaque entrée et sortie. La sécurité est assurée par 30 agents de la société API Protection, partenaire fidèle du salon.

« Ils sont spécialisés dans la gestion de ce type d’événement. Ils sont placés en position de videurs et formés pour intervenir au plus vite pour neutraliser les personnes et les expulser. Ils ont également la possibilité de les remettre aux autorités extérieures.poursuit Géraud Lanièce.

Deux équipes, l’une fixe, l’autre mobile, encadrent les flux et anticipent les combats. Fréquemment observées, elles sont rapidement stoppées. « Nous ne sommes pas là pour frapper les gens mais pour assurer leur sécurité. Nous opérons avec des talkies-walkies et des codes couleurs : orange pour un petit problème, rouge pour un combat, écarlate pour un grand combat.explique Didier Chevallier, le responsable de la protection des API.

« Tout le monde va dormir »

Plusieurs points de tension sont identifiés, dont la sortie en fait partie. « Il y a toujours des irréductibles qui ne veulent pas partir. Nous allons gentiment leur dire que tout le monde va se coucher, nous d’abord.dit Didier Chevallier.

Le processus démarre vers 0h30, en présence de 6.600 personnes sur le site. Quinze minutes plus tard, la musique s’arrête, les barreaux baissent le rideau. Les visiteurs sont fermement invités à quitter les lieux par une seule sortie, face à la fête foraine.

Une partie des visiteurs poursuit les festivités à la fête foraine qui ferme une heure plus tard.
© (Photo NR, Rachel Herman)

En quelques minutes, le site est vide. Les agents de sécurité vont bientôt céder la place à ceux du service d’entretien ménager, très tôt le matin. « Nos opérations de sécurité sont très variées, allant du concert de Michel Sardou au congrès des maires, mais la Foire de Tours est de loin celle qui requiert le savoir-faire le plus poussé. »

La sécurité à un prix élevé

L’organisateur Tours Événements paie le prix fort pour sécuriser les lieux. « Pour la foire, le dispositif est colossal, il nous coûte 230 000 €. Nous ne lésinons pas sur les ressources avec une équipe rodée et solide. Nous souhaitons conserver le côté familial de la foire», explique Iman Manzari, présidente de Tours Événements. Une somme à laquelle il faut ajouter 155 000 €, à la charge de la commune, pour sécuriser la fête foraine avec deux agents de sécurité postés à chacune des sept entrées. Un nouveau dispositif, imposé par la préfecture depuis que le plan Vigipirate a été reclassé au niveau « urgence ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France