Marché | Série A | Pisté par le PSG, « Kvara » est retombé sur terre avec Naples

Marché | Série A | Pisté par le PSG, « Kvara » est retombé sur terre avec Naples
Marché | Série A | Pisté par le PSG, « Kvara » est retombé sur terre avec Naples

Il y a un peu plus d’un an (le 31 mars 2023 pour être précis), Armando et Clara, un couple de fans du Naples, se retrouvaient propulsés dans l’actualité locale… puis nationale. Au paradis à l’aube d’un Scudetto qui ne pouvait plus échapper à leur équipe, ils ont décidé, d’un commun accord, de rendre hommage à l’un des grands protagonistes du titre de l’équipe alors entraînée par Luciano Spalletti : Khvicha Kvaratskhelia. Comment ? En prénommant leur enfant Daniele, Kvicha, tout simplement.

C’est le premier enfant à s’appeler ainsi ici.», s’est félicité papa Armando, qui porte l’un des deux prénoms d’un célèbre joueur argentin passé par la ville du Vésuve… Mais depuis ce jour béni de fin mars, le monde a bien changé à Naples. Si le petit « Kvara » a grandi et a fêté son premier anniversaire, le grand a connu lui aussi bien des difficultés d’ailleurs, seulement huitième avant le match contre Bologne (18 heures) ce samedi au stade Diego Armando Maradona.

Trois entraîneurs (Garcia, Mazzarri et Calzona), des résultats catastrophiques (12 défaites en championnat, humiliation 4-0 contre Frosinone au 8e tour de la Coupe d’Italie…), des supporters grondants et un président (Aurelio De Laurentiis) seul contre tout le monde après une série de mauvais choix : la grande fête s’est transformée en une grosse gueule de bois. Et dans ce contexte compliqué, Kvaratskhelia a également sombré pour sa deuxième saison napolitaine.

Est-il victime du contexte, ou a-t-il simplement surperformé la saison dernière, couronnée par 14 buts et 17 passes décisives et le trophée de meilleur joueur de la saison ? La vérité se trouve certainement à la croisée des chemins. « Kvara » pourra toujours utiliser les turbulences de cet exercice comme prétexte pour justifier une baisse des rendements. Mais il est vrai aussi qu’il n’a pas vraiment mis les bouchées doubles pour sortir son équipe des limbes. Ses coéquipiers non plus.

Il a perdu sa légèreté

Même s’il a été l’un des grands artisans du titre, Kvara avait déjà connu des difficultés et une grosse sécheresse la saison dernière.», rappelait récemment La Gazzetta du Sport à propos de l’ancien joueur du Lokomotiv Moscou et du Dinamo Batoumi. A l’époque, Luciano Spalletti n’hésitait pas à le sortir lors de certains matches (17 remplacements au total), mais par souci d’économie et de gestion. L’actuel sélectionneur italien souhaitait préserver son plus grand talent.

Aujourd’hui, la donne a quelque peu changé, puisque ses sorties sont plutôt dues à un manque de performance. “Il est évident que quelque chose ne va pas si, pour gagner, il faut éliminer le joueur le plus talentueux.», a encore souligné le quotidien rose. Des hauts, pas mal de bas, quelques grincements de dents à la sortie du terrain (Rudi Garcia peut en témoigner) : la saison du Géorgien ne décollera jamais vraiment. Son compteur affiche 10 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues à trois matches de la fin de la saison.

Pour certains, le numéro 77 napolitain, souvent tête baissée, a perdu sa légèreté, celle qui lui permettait de fixer et d’éliminer son adversaire avec sa magie naturelle. Pour d’autres, il souffre avant tout d’un contexte collectif défaillant et des ambiances de la saison napolitaine, secouée par les critiques et les sifflets. Comme si la grosse note sur la facture lui était venue en premier. “Avec Spalletti, il a fait la différence dans les 30 derniers mètresrappelé Gazzetta du Sport fin février. Il est désormais contraint de frapper désespérément à distance, car il est le seul à assumer la responsabilité de faire quelque chose. Même en prenant le risque d’échouer et de mal paraître.» “L’année dernière, c’était un Martien. Cette saison, il est tout simplement revenu sur terre», a résumé l’ancien joueur du club Raffaele Ametrano en décrivant « un seul club de football ».

Khvicha Kvaratskhelia.

Crédit : Getty Images

L’avis de Luciano Spalletti sur tout ça ? “Parfois certains joueurs ont besoin d’être réconfortésil a répondu à Corriere della Sera Vendredi. Ils doivent se convaincre qu’ils sont forts. Il n’en faut pas beaucoup pour se démotiver. Des joueurs comme lui peuvent être cultivés, défendus et défendus chaque jour. Que s’est-il passé à Naples ? Trois entraîneurs en une saison, alors que normalement c’est en cinq ans. Comment assimiler en quelques mois des choses à des hommes qui ont des méthodes et des caractères différents ?

Egalement ancien joueur du Naples, Valon Behrami estime également que « Kvara » a de nombreuses circonstances atténuantes cette saison. “Les joueurs comme lui et Osimhen devraient partira déclaré celui qui est désormais consultant sur la chaîne DAZN. Ils ont fait quelque chose d’historique, puis ils ont vu une mécanique parfaite détruite avec le départ de l’entraîneur puis du directeur sportif (Cristiano Giuntoli à la Juve, ndlr).» Si l’international nigérian est certain de faire ses valises en fin de saison, du moins à la condition sine qua none de voir un club payer le montant de sa clause libératoire (120 millions d’euros), en est-il de même avec son Géorgien. coéquipier ?

Le PSG aux aguets, mais…

En France, un intérêt du PSG a été révélé ces derniers jours par nos confrères de RMC Sport, faisant même office de discussions entre les dirigeants parisiens, en quête du successeur de Kylian Mbappé, et l’entourage du joueur. Pourtant, de l’autre côté des Alpes, on parle toujours de la possibilité d’une prolongation de contrat, comme l’a confirmé à plusieurs reprises son agent Mamuka Jugeli. Sans rien terminer. Actuellement, « Kvara » perçoit toujours un salaire de 1,4 million d’euros (bonus inclus). Trop petit pour la taille prise depuis son arrivée. La demande de son entourage selon le média transalpin : 5 millions d’euros net + bonus jusqu’en 2028. Et les rumeurs concernant le PSG mais aussi le Barça ont mis la pression sur la direction napolitaine, qui «souhaite faire de Kvara une pierre angulaire de son futur projet», affirmait le quotidien napolitain Le Mattino ces dernières semaines.

Selon La Gazzetta du Sport, Mamuka Jugeli a effectué un bref passage à Naples entre fin avril et début mai. Entre ses mains, notamment, une offre du club catalan. “Kvara veut un contrat digne d’un “meilleur joueur”, ce qui est normal pour un joueur passé de presque inconnu à 17ème au dernier classement du Ballon d’Or.», pouvait-on lire dans les colonnes du quotidien. “On discute avec le club, on verra la suite» a admis son agent début mars. Il partira si un autre club présente une offre que Naples ne peut refuser.» Soit environ 100 millions d’euros probablement, compte tenu de l’âge du joueur et de l’expiration de son contrat (2027).Je ne peux pas parler d’un montant précis, c’est De Laurentiis qui décide. Je protège mon joueur et son contrat. Tout sera plus clair en mai prochain, il ajouta. « C’est une bonne chose, le mois d’avril est terminé depuis dix jours maintenant.

Khvicha Kvaratskhelia

Crédit : Getty Images

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Chine lance des manœuvres militaires de représailles « autour » de Taiwan
NEXT La Chine lance des manœuvres militaires autour de Taiwan